Le gouvernement du Nicaragua prend des mesures pour éviter l’augmentation du prix des aliments

[TTW_POST_TERMS_ICON taxonomy="post_tag" ]
7 juin 2022
[TTW_POST_TERMS_ICON taxonomy="post_tag" ]

Selon le ministre de l’industrie et du commerce, Jesús Bermúdez, le pays dépend à 65 % des importations de matières premières, de sorte que les complexités au niveau international ont des répercussions importantes au Nicaragua.

« De janvier à aujourd’hui, le gouvernement a absorbé 100% de l’augmentation de l’essence, du diesel et du gaz. Cela signifie que dans le cas de l’essence, par exemple, le prix devrait être de 65,50 córdobas par litre, mais le prix actuel par litre est de 48,97 córdobas. Dans le cas de l’essence ordinaire, qui devrait être à 56,36 córdobas, le prix est de 47,81 córdobas par litre, soit une économie de 8,55 córdobas par litre, et le diesel, qui devrait être à 50,21 córdobas par litre, est à 43,21 córdobas par litre. Cela a en quelque sorte permis aux prix de ne pas augmenter autant qu’ils l’auraient dû », a-t-il déclaré.

Il a noté qu’un accord ministériel a été publié pour étendre une sauvegarde afin de réduire les droits de douane sur des produits de base tels que la farine de blé, l’huile brute, l’huile de soja raffinée et l’huile de palme brute.

Un autre programme détaillé est le programme de poulet solidaire, qui consiste en 3 000 tonnes de poulet importées des États-Unis et vendues sur les marchés populaires à 26,50 córdobas la livre « alors que cette livre devrait normalement coûter 41,50 córdobas », a-t-il expliqué.

Prix du panier de la ménagère

Il a également fait référence aux augmentations subies par 14 des 23 produits du panier de la ménagère, par rapport aux prix de la même période en 2021.

Il a déclaré que l’un de ceux qui ont subi une augmentation est le pétrole. « C’est parce que l’Indonésie a restreint les exportations de pétrole, de pétrole brut. Cela entraîne donc une baisse de l’offre au niveau international et une augmentation des prix. D’autre part, l’huile de tournesol, qui est produite en Ukraine, qui est produite en Russie, ne va évidemment pas sur le marché international et cela entraîne une baisse de l’offre d’huile que nous utilisons pour fabriquer du pétrole raffiné », a-t-il déclaré.

Un autre exemple est le pain, qui, bien que subventionné, coûte 24,41 euros par livre, « mais si nous n’avions pas la subvention, ce pain coûterait environ 30 córdobas par livre », a-t-il déclaré.

Croissance prévue en 2022

Selon M. Bermúdez, la Banque mondiale estime la croissance du PIB mondial à 3,2 %, l’OMC indique une croissance du PIB mondial de 3,4 %. Entre-temps, la CEPALC prévoit une croissance de 1,8 % en Amérique latine et dans les Caraïbes, à l’exception de l’Amérique centrale et du Mexique, où la croissance devrait être de 2,3 %.

En 2021, le Nicaragua a connu une croissance de 10,1 % selon les estimations de la Banque centrale, de sorte que la croissance en 2022 devrait être supérieure à 5 %.

« Nous y arrivons. Nous espérons que cette année, si la croissance ne peut être de 10,1 %, elle devra être supérieure à 5 %. Nos indicateurs économiques se portent très bien malgré la crise », a-t-il déclaré.

M. Bermúdez a rappelé que le monde subit encore l’impact de la pandémie et les répercussions du conflit russo-ukrainien, raison pour laquelle certains pays ont restreint leurs exportations.

« Avec ces événements qui se produisent, l’inflation commence à croître », a déclaré le fonctionnaire, rappelant que l’inflation dans la zone euro est de 7,4%, aux États-Unis 8,3%, en Chine 2,1% et en Amérique centrale le Honduras a un taux d’inflation de 8,3% étant le pays avec l’inflation la plus élevée, tandis que le Nicaragua connaît une inflation de 4,05%.

Exportations

M. Bermúdez a déclaré qu’en 2022, les exportations ont augmenté de 18,1 %. Il a notamment expliqué qu’entre janvier et mai 2022, le régime général, hors zone franche, a enregistré des exportations de l’ordre de 1 825 millions de dollars.

« L’année dernière à la même époque, de janvier à mai, nous avions des exportations de 1 538 millions de dollars. En d’autres termes, nous avons une croissance pour le régime général de 18,6 %, ce qui est assez similaire à l’année dernière », a-t-il déclaré.

Production

Le chef du MIFIC a déclaré que le plan de lutte contre la pauvreté est en cours d’exécution et que le plan de production, de consommation et de commerce sera lancé cette année, en vue d’accroître la productivité, la formation et l’amélioration de la main-d’œuvre agricole et rurale, ainsi que l’expansion des marchés internationaux et l’ajout de valeur à la production.

 

Source: El 19 – Traduction: Romain Migus