La société nicaraguayenne a un grand défi à relever : faire en sorte que le Nicaragua soit un jour exempt de violence à l'égard des femmes. Et comment y parvenir ? En promouvant une culture du dialogue qui, par la conversation, par une culture de la paix et de la coexistence pacifique, nous permettra de parvenir à un consensus face au désaccord.

Dans ce sens, la commissaire Vilma Rosa González a parlé des Commissariats aux femmes, un sujet très sensible, pour la protection des droits des femmes, le droit à la vie, le droit de vivre en sécurité, le droit au travail, le droit de préserver la vie.

Elle a rappelé que la question du commissariat de police des femmes trouve son origine dans une politique publique du gouvernement de Réconciliation et d'Unité nationale du président Daniel Ortega pour l'attention portée aux femmes dans tous les domaines : le renforcement des capacités des femmes, l'autonomisation des femmes dans le leadership, dans la créativité, et la mise en valeur de leur contribution à l'économie.

Les Commissariats aux femmes du Nicaragua ont commencé en 1993 avec un projet pilote dans le district de police V. En 1997, le deuxième poste de police a été ouvert dans le district X, à Ciudad Sandino : "Nous avons vu que ce projet pilote était positif ; les femmes n'avaient pas d'espace pour aider les autorités, elles étaient très réprimées et n'avaient pas l'habitude de signaler les agressions, ni les agresseurs. La police a vu qu'il y avait de la violence contre les femmes mais elle ne l'a pas signalée", a expliqué le chef de la police.

Elle a ajouté qu'après l'ouverture de ces deux commissariats, les femmes ont commencé à les approcher, perdant leur crainte de porter plainte contre leurs agresseurs et, comme elles voyaient une institution policière où la violence contre les femmes était la plus concentrée ou la plus intentionnelle, des commissariats ont été créés au siège du département.

En 2007, la police nicaraguayenne disposait de commissariats pour femmes dans toutes les capitales départementales du pays, et en 2014, des commissariats ont été créés dans les 153 municipalités du pays.

Ces commissariats fonctionnent mais le gouvernement, dans un effort pour étendre, pour massifier cette expérience, pour rétablir ce droit des femmes à vivre en paix, a reformulé en 2019 une grande campagne nationale "Femmes pour la paix et la vie" où toutes les institutions impliquées dans cette question sont : le ministère de la famille, le ministère de la femme, le ministère de la santé, de la jeunesse et le bureau du médiateur des droits de l'homme.

"Toutes ces institutions doivent travailler ensemble car il est du devoir de l'État de prévenir la violence, mais aussi de punir les agresseurs", a déclaré la commissaire Vilma Rosa Gonzalez.

Ell a ajouté qu'un processus de relance des postes de police pour femmes a été lancé, le premier dans le district V, où le projet est né, le 6 février 2020. Et à ce jour, il y a 10 commissariats qui ont été relancés dans 9 districts de Managua, jeudi dernier à Leon, ce jeudi à Boaco et ainsi de suite tous les jeudis, un est ouvert dans les départements.

Elle a précisé que les relances sont destinées à activer les campagnes, "pour rappeler aux hommes et aux femmes que nous sommes ici, cette relance a impliqué le renforcement de l'équipe de travail, la recherche, l'amélioration des lieux, des équipements techniques. Cela a été un processus de renforcement du travail d'enquête dans les commissariats avec d'autres femmes, cela a activé tout un mécanisme interne, pas seulement la relance des unités".

 

Quelles sont les statistiques sur la violence contre les femmes au Nicaragua ?

Entre autres informations, le commissaire a expliqué que dans 55 % des cas de violence contre les femmes, elle vient du conjoint, qu'il s'agisse de son mari, de son concubin, d'un ami, actuel ou ancien.

Trente-cinq pour cent se produisent dans le cadre familial et seulement 10 % se produisent au dehors, ce qui indique qu'il s'agit de modèles de comportement qui ont été hérités et qui se reflètent dans la famille.

"Nous ne naissons pas violents, nous devenons violents dans la famille, avec l'exemple de nos parents, l'exemple des voisins. Vous devenez alors un générateur de violence. C'est pourquoi la campagne est basée sur la communauté, pourquoi tous les ministères travaillent à partir de la communauté, de la prévention", a-t-il déclaré.

Elle a déclaré qu'au Nicaragua, la police est chargée de recevoir les plaintes et d'enquêter sur les affaires.

Il est important de souligner que depuis la relance des postes de police pour femmes, il y a eu une augmentation de près de 20 % des plaintes par rapport au premier trimestre de l'année dernière.

Jusqu'à présent, 5 390 plaintes ont été reçues au cours de cette période dont 1497 crimes. 

 

Source: El 19 - Traduction: Romain Migus