Plusieurs sociétés qui certifient que les navires sont en état de navigabilité ainsi que les compagnies d'assureurs de navires ont cessé de prêter leurs services aux pétroliers impliqués dans le commerce du pétrole vénézuélien, car les États-Unis ciblent l'industrie maritime pour durcir les sanctions contre ce pays d'Amérique latine.

Les sanctions américaines ont fait chuter les exportations pétrolières du Venezuela à leur plus bas niveau depuis près de 80 ans, privant le gouvernement socialiste du président Nicolas Maduro de sa principale source de revenus et laissant les autorités à court de liquidités pour les importations essentielles telles que la nourriture et les médicaments.

Les sanctions font partie des efforts des États-Unis pour affaiblir la mainmise de Maduro sur le pouvoir après que Washington et d'autres démocraties occidentales l'aient accusé de truquer l'élection de 2018. Malgré l'effondrement économique du pays, Maduro a tenu bon et a frustré l'administration du président américain Donald Trump.

Le gouvernement de Maduro affirme que les Etats-Unis tentent de se saisir du pétrole du Venezuela et rappelle que les mesures américaines sont une persécution illégale qui fait souffrir le peuple vénézuélien.

Washington a perfectionné son action sur l'industrie maritime ces derniers mois dans le but de mieux appliquer les sanctions sur le commerce du pétrole et d'isoler Caracas, a déclaré à Reuters l'envoyé spécial de Washington sur le Venezuela, Elliott Abrams.

"Ce que vous verrez, c'est que la plupart des armateurs, des assureurs, des capitaines de navires vont simplement se détourner du Venezuela", a déclaré M. Abrams à Reuters dans une interview.

"Cela ne vaut tout simplement pas la peine de s'inquiéter ou de prendre des risques pour eux."

Les États-Unis font pression sur les compagnies maritimes, les assureurs, les certificateurs et les États du pavillon qui enregistrent les navires, a-t-il dit.

Les sociétés de classification des navires, qui certifient les normes de sécurité et d'environnement des navires, ressentent la chaleur pour la première fois.

Les États-Unis font pression sur les classificateurs de navires pour qu'ils établissent si les navires ont enfreint les réglementations en matière de sanctions et pour qu'ils retirent leur certification le cas échéant, afin de renforcer encore les sanctions, a déclaré un fonctionnaire américain à Reuters, sous couvert d'anonymat.

Sans certification, un navire et sa cargaison ne sont pas assurés. Les propriétaires de navires seraient également en infraction avec les contrats commerciaux qui exigent le maintien des certificats. En outre, les autorités portuaires peuvent refuser l'entrée d'un navire ou l'immobiliser.

Le Lloyd's Register (LR), dont le siège est à Londres et qui est l'un des principaux classificateurs de navires au monde, a déclaré qu'il avait retiré ses services à huit pétroliers qui faisaient du commerce avec le Venezuela.

"Conformément à notre programme de respect des sanctions, lorsque nous avons connaissance de navires opérant en violation de sanctions des USA, la classification LR est retirée", a déclaré une porte-parole du Lloyd's Register.

Abrams a déclaré que la pression sur l'industrie maritime fonctionnait.

Nous avons eu un certain nombre de tankers qui sont venus nous voir et nous ont dit : "Notre compagnie d'assurance vient de retirer l'assurance, et le navire est en haute mer et nous devons aller au port. Pourriez-vous nous donner une licence pour une semaine ?", a déclaré M. Abrams.

En juin, les États-Unis ont désigné six compagnies maritimes - dont deux basées en Grèce - et six pétroliers qu'ils possédaient pour avoir participé à des échanges commerciaux interdits au Venezuela.

Un autre grand classificateur de navires, DNV GL Maritime, dont le siège est à Hambourg, a déclaré avoir suspendu les services de trois de ces navires en juin.

La société a repris ses services lorsque les États-Unis ont retiré ces navires de la liste des entités sanctionnées après que les compagnies maritimes qui possèdent et exploitent les navires aient accepté de cesser leurs activités commerciales avec le Venezuela.

Effet de dissuasion


Les États-Unis ont menacé de sanctions toute entreprise impliquée dans le commerce du pétrole avec le Venezuela, ce qui a eu un effet paralysant même sur le commerce autorisé par les sanctions.

Certaines compagnies pétrolières refusent d'affréter des navires qui ont fait escale dans des ports vénézuéliens au cours de l'année écoulée, même si le voyage était exempt de sanctions.

"Les États-Unis se sont focalisés sur le secteur du transport maritime avec le Venezuela et cela a causé beaucoup d'incertitude car personne ne sait qui sera le prochain", a déclaré une source du secteur du transport maritime.

Les assureurs sont également dans l'embarras. Ils ont été prudents dans leur interprétation des sanctions américaines afin d'éviter toute violation potentielle, a déclaré Mike Salthouse, président du sous-comité des sanctions de l'association International Group. Le groupe représente des sociétés qui assurent environ 90 % du transport maritime commercial dans le monde.

"S'il y a une ambiguïté sur ce qui est légal et ce qui est illégal, il est presque impossible pour un assureur de dire si quelqu'un est couvert ou non", a-t-il déclaré.

Même lorsque les navires et les compagnies sont retirés de la liste des sanctions, ils peuvent rencontrer des difficultés, a déclaré M. Salthouse.

"La stigmatisation associée à une inscription sur la liste des sanctions peut durer un certain temps", a-t-il déclaré.

Les compagnies pétrolières, par exemple, peuvent revoir leurs relations avec les sociétés qui possèdent ou gèrent des navires que les États-Unis avaient désignés puis retirés pour éviter tout problème éventuel avec d'autres navires, a-t-il dit.

Une vraie menace

Le Venezuela figure sur la liste des zones à haut risque établie par les responsables du marché de l'assurance de Londres.

"Si un navire navigue vers le Venezuela, il doit en informer l'assureur et il se peut que celui-ci ne puisse pas le couvrir", a déclaré Neil Roberts, responsable de la souscription maritime à la Lloyd's Market Association, qui représente les intérêts de toutes les entreprises de souscription sur le marché londonien du Lloyd's.

L'industrie est confrontée à "la menace directe et réelle de voir son commerce stoppé par une administration américaine vigilante en raison d'une infraction involontaire", a-t-il déclaré.

"Ce risque suffit à lui seul à alimenter la multiplication des contrôles de conformité".

Certains des plus grands registres de pavillon mondiaux, dont le Panama et le Liberia, examinent également de plus près les navires qui ont été impliqués dans le commerce du Venezuela, car ils subissent la pression des États-Unis pour retirer l'enregistrement des navires qui violent les sanctions.

Les avocats maritimes du Panama ont déclaré que leur registre inflige des amendes aux navires qui ne se conforment pas aux directives maritimes américaines publiées en mai. Le registre est principalement composé de navires qui ont été retirés de leur pavillon et qui sont visés par des sanctions multilatérales plutôt que par des sanctions américaines unilatérales, ont indiqué les avocats.

Les responsables du registre du Libéria n'ont pas répondu aux demandes de commentaires.

Le secrétaire américain au commerce Wilbur Ross, un ancien investisseur dans le secteur maritime, a contribué à l'élaboration de la stratégie visant le secteur maritime, selon des sources.

Un porte-parole du ministère du commerce a reconnu que M. Ross avait travaillé avec d'autres agences gouvernementales "pour déterminer la meilleure façon de tenir responsables ceux qui se soustraient aux sanctions américaines" sur le Venezuela.

Abrams s'est engagé à maintenir la pression.

"Il y a des gens qui ne coopèrent pas ... Nous allons poursuivre le navire, l'armateur, le capitaine du navire."

 

Source: Marianna Parraga, Elida Moreno, Reuters - Traduction: Romain Migus