Je pense que lorsque beaucoup d'entre nous regardent le monde aujourd'hui, nous avons l'impression de regarder un film de science-fiction : 22 millions de chômeurs officiels aux États-Unis, alors que les analystes disent que le chiffre réel pourrait être le double de cela, des prévisions de la pire crise économique depuis la Grande Dépression des années 1930, et des files d'attente de 15 heures où ils donnent de la nourriture ou de l'argent pour en acheter.

En Équateur, ils donnent aux familles des personnes qui meurent des cercueils en carton COVID-19, tandis que les corps des autres victimes gisent dans les rues ou chez les gens sans que personne ne vienne les chercher. Au Brésil, en Colombie et au Salvador, les protestations et les manifestations avec le bruit des casseroles se poursuivent, malgré le couvre-feu et la militarisation, car elles ont fermé les frontières alors que la production alimentaire nationale était insuffisante, ce qui a provoqué des pénuries alimentaires qui ont fait monter les prix. La faim est arrivée dans les foyers et les estomacs des plus pauvres.

Le Programme Alimentaire Mondial (WFP) estime qu'en plus des 820 millions de personnes qui souffrent déjà de la faim dans le monde, 135 millions d'autres souffriront d'une insécurité alimentaire aiguë, conséquence préliminaire de la crise sanitaire. Les principales victimes sont les femmes, les nourrissons et les enfants (ONU, 2020). Cette situation a à son tour des répercussions majeures sur la santé, la nutrition et l'aide humanitaire, provoquant des flux plus importants de migration forcée, de déplacements, de violence et de conflits sociaux.

En Amérique latine et dans les Caraïbes, on compte déjà 19 millions de personnes supplémentaires souffrant de la faim et 37,71 millions de chômeurs. Les pays "modèles" comme les États-Unis et leurs laquais en Amérique latine paient aujourd'hui le prix de la réduction de l'État, de la privatisation cruelle des services de base (en particulier la santé publique) et de l'abandon des paysans. Pendant ce temps, les pays continuellement diabolisés comme la "Troïka de la tyrannie", le Venezuela, Cuba et le Nicaragua, font preuve de leur supériorité morale et de leur capacité à gérer efficacement la crise en s'appuyant sur les forces qu'ils ont acquises dans le secteur public et avec des sociétés plus organisées et plus conscientes de leurs responsabilités sociales, disciplinées à travailler pour le bien commun.

Cela révèle une fois de plus les mensonges, l'impudeur et le cynisme des médias hégémoniques qui dissimulent la vérité : l'impérialisme sous toutes ses formes est non seulement mauvais, mais sa vision du monde échoue continuellement.

Où en sommes-nous dans notre Nicaragua assiégé, calomnié et sanctionné ?

J'ai grandi dans un Nicaragua qui apparaissait toujours dans le discours public comme un objet de pitié, la main tendue pour la charité en réponse à la faim, à l'extrême pauvreté et à la douleur dans lesquelles notre peuple était plongé. C'était encore pire en temps de crise internationale, comme l'ouragan Mitch. Je m'en souviens comme si c'était hier. Dans les écoles publiques, nous, les enfants, faisions la queue pour recevoir une cuillère à café de lait en poudre enveloppée dans une feuille de papier pour cahier, et nous voyions certains de nos petits camarades de classe s'évanouir de faim ou simplement être incapables de faire attention ou de jouer dehors. Nos chaises de bureau étaient des pavés de ciment sur lesquels nous devions nous mettre à l'aise. Et si vous tombiez malade, vous n'aviez pas de chance car il n'y avait pas d'endroit où aller.   Sans parler des fusillades et des batailles nocturnes que nous entendions entre les "Come Muertos" et les "Galleros" - les deux gangs de jeunes de mon quartier composés de garçons mal nourris et pieds nus.

Aujourd'hui, le Nicaragua ne figure plus sur les cartes décrivant la tragédie de la faim extrême ou de la violence désespérée comme ses voisins le Honduras, le Guatemala et le Salvador. Cependant, ce fait est délibérément caché par les médias d'entreprise.

Le Nicaragua est confronté à une campagne internationale de diffamation féroce, avec des mensonges dans la presse mondiale, alors qu'une situation complètement différente est vécue dans le pays. Dans le contexte de COVID-19, les familles ressentent une pression économique plus forte en raison des impacts indirects sur notre économie ouverte et capitaliste, mais elles reconnaissent et ressentent également la normalité, la paix et le calme.

De nombreux pays d'Amérique latine se sont empressés d'imposer des mesures de confinement draconiennes, mais incohérentes : fermeture des marchés de la classe ouvrière et des petites entreprises, tandis que les chaînes internationales de supermarchés restent ouvertes dans un contexte de concurrence déloyale qui entraîne des pertes énormes pour les petits producteurs, les commerçants et les distributeurs. En revanche, le Nicaragua n'a pas "coupé et collé" de telles politiques pour faire face à la situation sanitaire. Son approche a plutôt été sage, mesurée, adaptée à notre contexte et à notre réalité, et appropriée au nombre de cas. L'accent a été mis sur la protection de l'économie paysanne et populaire et de la vie de la plupart des Nicaraguayens qui en vivent. C'est un exemple de la maxime du philosophe péruvien Mariátegui : la révolution en Amérique latine ne doit pas être "une copie ou une imitation... elle doit être une création héroïque". À chaque problème unique, une solution unique.

Ces décisions sont soutenues par des réalisations tangibles et intangibles au cours de 14 années de progrès significatifs dans la promotion de la dignité humaine. C'est particulièrement vrai dans le domaine de la santé, avec une meilleure couverture hospitalière, une plus grande diversité et un personnel mieux formé. C'est également vrai pour l'éducation, la sécurité, la production et la construction de routes dans les zones rurales. Et elle est soutenue par la confiance, la ténacité et le sacrifice de milliers de familles nicaraguayennes qui luttent au quotidien pour soutenir l'économie populaire. Elle est soutenue par la force des brigades de santé communautaires dans lesquelles la population fusionne avec le gouvernement. Et elle est soutenue par les centaines de milliers de familles de petits et moyens agriculteurs qui sont un bastion de la production, produisant environ 85% de la nourriture que nous, Nicaraguayens, mangeons.

Aujourd'hui, grâce à nos familles paysannes et aux politiques publiques du gouvernement sandiniste, le Nicaragua n'est plus sur la carte de la faim. Au contraire, nous sommes sur la voie de la souveraineté alimentaire parce que notre production alimentaire est locale et qu'elle est distribuée en petits groupes - ce qui est encore plus vrai si l'on considère la taille du pays. C'est pourquoi il y a suffisamment de nourriture au Nicaragua en ces temps difficiles, et les prix sont restés stables ou ont légèrement baissé.

La culture paysanne du pays, ainsi que son talent et sa capacité infinie à travailler chaque jour, garantissent que les paroles du président Daniel Ortega le mois dernier resteront vraies : "Nous ne mourrons pas de faim". La première saison de plantations est sur le point de commencer et les familles d'agriculteurs s'y préparent avec amour. Elles préparent leurs semences, mettent des attelages de bœufs et attendent les premières averses, l'arôme de la terre humide et une bonne lune pour semer les graines sacrées de maïs, de riz et de haricots qui assureront à nouveau notre résistance en tant que peuple.

 

Yurlis LUNA (Mathématicienne, éducatrice populaire, agroécologue et chercheuse. Doctorante en écologie et développement durable au Colegio de la Frontera Sur, ECOSUR, Mexique.

Source: Nicaravoix