Le 17 avril 2008, a été déclaré "Journée de l'Union des nations sud-américaines", un mécanisme d'intégration des pays d'Amérique du Sud, promu par le commandant Hugo Chavez.

Il s'agit d'une référence au premier sommet sud-américain de l'énergie qui s'est tenu sur l'île de Margarita, en République bolivarienne du Venezuela, le 17 avril 2007.

Lors de cette réunion présidentielle, il a été décidé que l'initiative d'intégration appelée Communauté sud-américaine des nations serait rebaptisée Union des nations sud-américaines (Unasur).

L'objectif de la journée est axé sur la réaffirmation de la construction d'une identité sud-américaine chez les citoyens de tous les pays membres et une prise de conscience favorable du processus d'intégration.

L'Unasur est née en 2008 en tant que projet progressiste promu par le défunt président vénézuélien Hugo Chávez et soutenu par d'autres dirigeants régionaux tels que Lula, le défunt président argentin Néstor Kirchner, et les dirigeants de l'époque de l'Équateur, Rafael Correa, et de la Bolivie, Evo Morales.

L'objectif de ce bloc est de promouvoir l'intégration régionale dans les domaines de l'énergie, de l'éducation, de la santé, de l'environnement, des infrastructures, de la sécurité et de la démocratie. Elle était censée être un espace pour rechercher l'intégration et renforcer les relations entre les 12 États membres.

L'initiative vise à construire, au milieu de la diversité, l'Union des Nations, comme une tâche historique irréversible, clé de la consolidation de la zone de paix sud-américaine, de la stabilité régionale, de la préservation des valeurs démocratiques et de la promotion des droits de l'homme.

Cependant, tout au long de son existence, l'Unasur a subi quelques revers, notamment en raison du départ de pays ayant adopté des modèles néolibéraux de droite comme l'Équateur, la Colombie, le Pérou, entre autres.

Cette année 2021, il est prévu de relancer l'organisation, comme l'a mentionné le ministre vénézuélien des affaires étrangères Jorge Arreaza : "L'Unasur n'est pas morte. "Nous devons aller au dialogue avec les gouvernements, il doit y avoir un agenda pour la transition".

Arreaza a souligné qu'actuellement les "peuples d'Amérique du Sud reprennent le chemin de l'Unasur" sous l'idéologie de l'intégration dans laquelle ils peuvent travailler avec des acteurs tels que la Russie, la Chine, la Turquie ou l'Europe.
Lors de sa participation au forum international virtuel sur ce thème à la fin de 2020, il a ajouté que.

"L'UNASUR est une organisation avancée, qui propose des réponses aux problèmes réels de nos peuples."

La première rencontre des peuples et organisations d'Abya Yala en vue de la construction d'une Amérique plurinationale a souligné en décembre dernier l'importance de relancer l'Unasur et de travailler au développement du Runasur, conçu comme l'"Unasur des peuples", un instrument d'intégration et de débat pour avancer sur les questions d'éducation, de communication, de système financier et de services de base, entre autres priorités.

Parmi les conclusions de la réunion figure l'appel à une réunion pour le lancement et la formation du Runasur qui se tiendra du 24 au 26 avril de l'année prochaine, pour laquelle une commission a été formée par des représentants de la Bolivie, de l'Argentine, de l'Équateur et du Venezuela avec la participation d'indigènes, de travailleurs professionnels et d'intellectuels de 12 pays.

"Les peuples auront le Runasur pour consolider la libération des peuples d'Amérique du Sud et de toute l'Amérique latine", a déclaré l'ancien président de la Bolivie, Evo Morales, lors de sa participation à la réunion.

Morales a appelé à la construction d'un monde dans lequel l'unité des mouvements sociaux, des travailleurs ruraux et urbains, unis par des luttes historiques pour la justice, comme la revendication légitime de souveraineté de l'Argentine sur les îles Malouines et les efforts justes de la Bolivie pour avoir accès à la mer.

 

Source: Telesur - Traduction: Romain Migus