Lors du coup d'État contre Evo Morales en novembre 2019, une des premières mesures de la dictature en place a été de jeter en prison sans aucune forme de procès valable les autorités électorales de Bolivie. Au jour où nous publions cet article, ces personnes croupissent encore dans les geôles de la dictature. Un proche de Carlos Mesa, le candidat de droite qui avait perdu contre Evo Morales a été mis en place des autorités électorales légitimes, il s'agit de Salvador Romero. C'est ce politicien de droite, ancien informateur des USA qui est chargé de "l'impartialité" des prochaines élections. Les 2 Rives

Le Tribunal suprême électoral (TSE) a reporté la date des élections en Bolivie pour la troisième fois du 6 septembre au 18 octobre sous prétexte de la pandémie, ce qui a excédé la patience du peuple bolivien qui bloque 150 points dans le pays en signe de protestation.

Les revendications du peuple vont au-delà des questions électorales : il réclame l'accès au droit à la santé, à l'éducation et au travail... et la démission de la présidente de facto, Jeanine Áñez.

Après ce nouveau report, les médias ont rapporté que les organisations sociales rejetaient la nouvelle date électorale sur un coup de tête. Mais la vérité est qu'elle a été rejetée non seulement parce qu'elle a été considérée comme une moquerie en raison des multiples reports, mais aussi parce que la décision a été prise unilatéralement, de façon inconstitutionnelle et illégale, par le biais d'une résolution qui ne tenait pas compte des lois 1297 et 1304, soumettant la Constitution politique de l'État ainsi l'Assemblée législative.

La loi 1297 sur le report des élections générales stipule que les élections auront lieu dans un délai maximum de 127 jours, du 3 mai au 6 septembre, comme le suggère le Tribunal Suprême Electoral (TSE). La loi 1304 ne fait que modifier l'article 2 de la loi 1297.

Une résolution ne peut pas se situer au dessus d'une loi, par conséquent l'élection du 18 octobre serait un acte nul et non avenu, que Mme Áñez pourrait ne pas reconnaître. Pour cette raison, Luis Arce, candidat du Mouvement pour le Socialisme (MAS), a conditionné un accord pour qu'une nouvelle date électorale soit établie par une loi et non par une résolution afin d'entrer dans le cadre juridique constitutionnel et d'avoir une validité juridique.

Qui est Salvador Romero ?

Salvador Romero, président du TSE, en est conscient. Quel est son jeu ? Il apparaît dans les câbles révélés par WikiLeaks qui démontrent son lien avec le Département d'État américain et l'Agence américaine pour le développement international, connue sous son acronyme anglais USAID. Par le biais de l'USAID, l'Agence centrale de renseignement (CIA) canalise des fonds pour des opérations politiques contre les gouvernements non alignés sur les États-Unis.

D'autre part, les câbles révèlent que Salvador Romero était un informateur de l'ancien ambassadeur américain Philip Goldberg (2006-2008) qui a été expulsé de Bolivie par Evo Morales pour avoir conspiré contre le gouvernement.

L'USAID a financé des "conférences" de Salvador Romero contre Evo Morales dans le passé. Où est sa prétendue neutralité politique ? D'autre part, les liens étroits avec Carlos Mesa, le candidat à la présidence de la Comunidad Ciudadana (CC), sont mis en évidence par des photos qui circulent dans les réseaux sociaux.

En 2003, Romero a été nommé président du tribunal électoral (CNE) par Carlos Mesa, qui était président de la Bolivie cette année-là. Evo Morales avait dénoncé que ce corps électoral était un corps dirigé par les Etats-Unis.

Salvador Romero au Honduras

Un fait révélateur pour comprendre le contexte actuel de la Bolivie est la participation de Salvador Romero à la persécution politique contre l'ancien président Manuel Zelaya au Honduras et la légitimation des fraudes électorales ultérieures. Romero a été envoyé par les États-Unis au Honduras après le coup d'État de 2008 contre Zelaya, et a été nommé directeur du National Democratic Institute (NDI) entre 2011 et 2014 [Le NDI est la branche relations internationales du Parti Démocrate des USA, NdT].

Depuis l'arrivée de Salvado Romero au Honduras, la droite a toujours remporté les élections, grâce à la fraude soutenue par les États-Unis et le NDI, financé par le National Endowment for Democracy (NED) et l'Usaid.

Le NED est un autre canal de financement de projets et de groupes pour mener à bien des coups d'État ou des déstabilisations dans les États, en utilisant des groupes de jeunes d'extrême droite. Par coïncidence, les groupes paramilitaires en Bolivie sont composés de jeunes étudiants universitaires. Le NED a financé des partis politiques et des ONG.

NED, USAID, NDI, entre autres, sont des acronymes différents pour le même objectif : imposer les intérêts américains à des pays qui ne sont pas alignés sur les politiques de Washington. Les liens de complicité entre Salvado Romero et les États-Unis, et ses agences telles que la CIA et USAID, ont été prouvés.

La Bolivie et le chemin du Honduras : coup d'État, proscription et fraude

Le coup d'État au Honduras a été le fer de lance d'un projet régional visant à reconquérir les pays que les États-Unis appellent "leur arrière-cour", depuis leur frontière avec le Mexique au sud. A partir de là, des coups d'Etat "mous" successifs ont été réalisés, au Paraguay à Fernando Lugo, au Brésil à Dilma Rouseff, ils ont essayé au Venezuela, mais ils n'ont pas pu le faire en raison de la loyauté de leurs forces armées et de la milice populaire, ainsi que de la conscience idéologique politique.

Ensuite, les plans pour la Bolivie ont été accélérés et ils se sont lancés, où les conditions internes pour y parvenir ont été données. À l'extérieur, la Bolivie était seule, avec une UNASUR désactivée, entourée de pays alignés sur les États-Unis et dans un contexte de chute libre des États-Unis en tant que puissance économique mondiale, avec la montée de la Russie et de la Chine.

C'est pourquoi les États-Unis doivent s'approprier les ressources naturelles de la Bolivie, dont l'or et l'argent ont construit tout le continent européen avec la conquête de l'Amérique.

Aujourd'hui, la Bolivie concentre 60 % des réserves mondiales de lithium et peut positionner n'importe qui comme une puissance régionale, voire mondiale. Dans le pays, les coups d'État "soft" ou institutionnels ne fonctionnent pas, en raison de l'idiosyncrasie du peuple bolivien, d'une Assemblée législative contrôlée par le MAS et d'un pouvoir judiciaire élu par les urnes : il fallait alors un coup d'État violent.

L'avenir de la Bolivie pourrait être marqué par celui du Honduras : coup d'État, mise hors la loi et fraude. Le coup d'État contre Manuel Zelaya a eu lieu en 2009, puis il a été suivi par la proscription et l'imposition du président de facto Roberto Micheletti. Les premières élections ont eu lieu un an plus tard et le président "démocratique" Porfirio Lobo (2010-2014) est entré en fonction.

Puis Orlando Gutiérrez (2014-2018) qui s'est présenté pour une réélection et a assumé un second mandat en 2018. Dans toutes ces élections, il y a eu une fraude sans dissimulation, avec le soutien de l'OEA de Luis Almagro. De cette façon, ils ont donné une façade démocratique à la dictature jusqu'à aujourd'hui. Ces présidents ont pris le relais avec les gens dans les rues pendant des semaines qui ont été brutalement réprimées. Il y a eu des arrestations, des assassinats, des disparitions, des tortures, des blessures et des exils.

 

Veronica ZAPATA

Source: Clea - Traduction: Romain Migus