Erick Foronda, alors secrétaire particulier du dictateur Jeanine Añez, a dirigé un "cabinet de guerre" composé du ministre du gouvernement Arturo Murillo et du ministre de la défense Fernando López Julio, ainsi que de la ministre des communications de l'époque, Roxana Lizárraga, pour décider du déploiement des forces spéciales de l'école Condor de Sanandita, de la municipalité de Tarija, Yacuiba, dans la ville de El Alto où le massacre de Senkata a eu lieu le 19 novembre dernier.

Un mois après le massacre, le 14 décembre 2019, lors d'une cérémonie de promotion des diplômés de l'école Condor, le ministre López Julio a déclaré que ces troupes étaient des "héros de Senkata", louant l'efficacité de la "Force 10", l'unité d'élite qui aurait été chargée d'exécuter ce massacre "anti-subversif".

"Devant vous se trouve la Force 10, que j'appelle les héros de Senkata, dont la mission est d'organiser, de planifier, de former et d'exécuter des opérations d'action directe et des opérations spéciales pour maintenir l'ordre", a déclaré M. Lopez dans son discours.

Dans cet acte révélateur, mené par le ministre López dans la ville de Sanandita, étaient présents, outre Jeanine Añez, la ministre de la Présidence de l'époque Yerko Núñez et la ministre de la Communication Roxana Lizárraga.

Massacre au lendemain de l'inauguration du Haut Commandement

Selon une source militaire très fiable qui s'est entretenu avec le journal Sol de Pando, de ce "Cabinet de guerre" articulé par Foronda, l'action armée contre les mouvements sociaux mécontents du profil fasciste du régime a été rendue opérationnelle, remplaçant le Haut Commandement militaire à la veille du massacre, "par des généraux choisis par le père de Luis Fernando Camacho et par Fernando López Julio", assure la source.

En tant que secrétaire privée de Jeannine Añez, Foronda était chargée de "canaliser" les décisions prises au sein du gouvernement bolivien du point de vue américain. | Montage photo Sol de Pando

"Le général Sergio Orellana Centellas a été nommé commandant en chef en remplacement du général Kalimann après une réunion tenue dans le bureau de Fernando López avec Luis Fernando Camacho et son père, M. José Luis Camacho. Le général Inchausti était également présent à cette réunion et a été nommé commandant général de l'armée", a déclaré l'informateur de Sol de Pando.

Le Haut Commandement militaire fidèle à Jeanine Añez a été pris en charge le 14 novembre 2019 et le lendemain, le 15 novembre, le premier massacre du régime "transitoire" a eu lieu dans la ville de Huayllani, municipalité de Sacaba, à Cochabamba. Le massacre de Senkata à El Alto de La Paz aura lieu cinq jours plus tard, le 19 novembre.

"Ce qui a attiré notre attention", rappelle la source, "c'est que dans toutes les réunions tenues par le cabinet de guerre, y compris la réunion avec le père de Luis Fernando Camacho, M. Erick Foronda était présent en tant que mandataire de Jeanine Añez. Lorsque les ministres Murillo et López sont intervenus, ils l'ont toujours regardé comme s'ils attendaient son approbation

Une main noire de la CIA dans le Palacio Quemado

Foronda, ancien responsable des relations publiques à l'ambassade des États-Unis à La Paz, était l'agent de la CIA que le gouvernement de Donald Trump avait introduit dans le gouvernement de transition - après la démission et l'exil volontaire d'Evo Morales et de ses dirigeants législatifs - afin de réprimer la résistance populaire qui s'opposait à la montée de l'extrême droite née du vide du pouvoir laissé par Morales.

En tant que secrétaire privé de Jeannine Añez, Foronda était chargée de "canaliser" les décisions prises au sein du gouvernement bolivien du point de vue américain. C'est lui qui a transmis, via son compte Twitter, le 13 novembre 2019, les "félicitations" du Département d'Etat au nouveau régime.

Il est intéressant de noter que lors des événements de Huayllani et Senkata, qui se sont produits respectivement les 15 et 19 novembre, l'agent américain a suspendu les activités de son réseau social, gardant le silence pendant une semaine qui est la période du conflit national sanglant.

Son dernier tweet, un jour avant le massacre de Huayllani, était dirigé contre l'ancien ministre du gouvernement Sacha Llorenti, qui à l'époque était encore ambassadeur à l'ONU. "Vous n'avez pas eu le courage de démissionner. Ensuite, vous serez renvoyé... Et vous devrez quitter les États-Unis dans moins de 72 heures", a condamné le 14 novembre l'insolent agent de la CIA.

Pendant les jours des deux massacres, Foronda a disparu du réseau social. Il est réapparu le 21 novembre, alors que le pays avait déjà été "pacifié" de manière sanglante. "Dieu a pris le contrôle. Allez, la Bolivie", a-t-il proclamé.

Et comme si cela ne suffisait pas, le comportement de Fernando López Julio - le ministre de la Défense dont le curriculum fait ressortir le fait qu'il a été instructeur à Sanandita et officier formé pendant la narcodictature García Meza qui a fondé cette école en 1981 - est similaire à celui de Foronda. Pendant les jours du massacre, il n'avait aucune activité dans les réseaux sociaux et a réactivé son twitter également le 21 novembre, avec un poste visant clairement à légitimer les massacres :

Les experts de la Commission interaméricaine des droits de l'homme (CIDH), qui sont en Bolivie depuis un mois, ont le devoir de convoquer Erick Foronda pour qu'il explique les activités qu'il a menées - en tant que secrétaire particulier de Jeanine Añez - les 15 et 19 novembre, avec les ministres Fernando López, Arturo Murillo et Roxana Lizárraga, en relation avec les mouvements militaires mandatés par le pouvoir exécutif.

En attendant la version du colonel Fernando Boyán Aguilera

Le commandant de l'école des condors boliviens (Esconbol, qui est le nom officiel de ce centre d'instruction militaire), le lieutenant-colonel Fernando Boyán Aguilera, appartient à un groupe d'officiers fidèles à l'ancien ministre de la présidence Juan Ramón Quintana, qui a entretenu une relation privilégiée avec cette force spéciale pendant le gouvernement d'Evo Morales.

Le colonel Boyán a dû subir une pression intense pour faire venir ses troupes du Gran Chaco à El Alto. Aucune enquête fiable sur cette affaire ne peut se passer de son témoignage.

Les archives du ministère de la Défense et du haut commandement militaire contiennent une série de communications officielles, de notes de service et de circulaires qu'il faut décrypter pour établir clairement les flux et les itinéraires dans le mouvement de ces troupes : quand et par quels moyens elles ont été transportées de Sanandita vers les hauts plateaux d'El Alto, où elles ont séjourné, combien il y en avait, etc.

De même, selon notre hypothèse de travail, il existe des différences substantielles entre les massacres commis à Huayllani et à Senkata. Les événements de Sacaba ont eu lieu alors que le nouveau haut commandement militaire n'avait pas encore pris le contrôle de la situation. Sol de Pando soutient qu'à Huayllani, ce ne sont pas les forces spéciales de Sanandita qui ont agi, mais des paramilitaires de la soi-disant "résistance Kochala" sous les ordres directs du ministre du gouvernement Arturo Murillo. Dans le cas de Huayllani, une interprétation rigoureuse de l'expertise balistique en charge du Bureau du Procureur est donc essentielle.

L'enquête vient de commencer.

 

Source: Bolpress - Traduction: Romain Migus