L'ancien ministre des affaires étrangères Celso Amorim a dénoncé que la souveraineté et les emplois au Brésil sont menacés par l'arrêt de la Cour suprême fédérale (STF) qui a autorisé la vente de huit raffineries de la société d'économie mixte d'État Petrobras.

"En tant que citoyen brésilien, et j'ai eu l'occasion de discuter de questions directement liées à la défense de la souveraineté nationale, je ne peux que regretter une décision qui affaiblit notre capacité à garantir l'énergie, sous diverses formes, au peuple brésilien", a déclaré M. Amorim, cité par Prensa Latina.

Jeudi dernier, le STF a autorisé la compagnie pétrolière mixte Petrobras à vendre huit raffineries sans l'aval du Congrès du pays sud-américain.

Le tribunal brésilien a rejeté un appel judiciaire déposé par le conseil d'administration du Congrès après avoir souligné que Petrobras aurait fait valoir que les raffineries sont une partie subsidiaire de la société, afin de pouvoir vendre les actifs de la compagnie pétrolière pour des parties.

Le vote des membres de la our Supreme dans la décision judiciaire a été de six voix en faveur de la vente des raffineries contre quatre contre.

Ainsi, la société s'attend à recevoir environ 8 milliards de dollars pour les huit raffineries et pour la vente des actifs restants, soit un total de 23 milliards de dollars jusqu'en 2023, selon les études du plan d'investissement de Petrobras.

À cet égard, le juge Alexandre de Moraes a déclaré que "la fraude, la déviation de l'objectif, la perte de contrôle des actionnaires n'est pas ce qui se produit dans le scénario actuel. Je ne pense pas qu'il y ait un manque de respect pour notre décision", a-t-il souligné.

Selon l'ancien chef de la diplomatie, "sans énergie, il n'y a pas de production ; sans production, il n'y a pas d'emploi ; et sans emploi, il n'y a pas de revenu durable", a-t-il souligné.

Et soyons clairs, a poursuivi M. Amorim, "dans la plupart des cas - et ce ne sera pas une exception - la privatisation est un mot plus acceptable pour couvrir la dénationalisation".

"C'est de cela qu'il s'agit : confier à des intérêts étrangers des activités qui sont fondamentales pour la sécurité et le bien-être des gens", a-t-il déclaré.

L'ancien ministre de la défense a également souligné que l'élimination de ces activités stratégiques constituait une menace sérieuse pour le pays. Cela aurait dû peser, je pense, sur la décision de la Cour", a-t-il déclaré.

Pour sa part, le juge Ricardo Lewandowski de la Cour Supreme, dans son vote contre, a souligné l'importance de la question pour la souveraineté du pays.

"Nous sommes confrontés à un problème qui concerne la sécurité nationale elle-même", a-t-il déclaré.

Il a averti que le Brésil augmentera l'exportation de pétrole brut et l'importation de produits dérivés, et retournera sur "la voie (de la dépendance) du colonialisme au XXIe siècle".

La Fédération unique des compagnies pétrolières, pour sa part, a déclaré que la Cour suprême "place une fois de plus les intérêts du marché au-dessus des intérêts nationaux".

Ce samedi, les autorités politiques, les mouvements sociaux et les syndicats, ainsi que les artistes et les intellectuels, promeuvent une journée nationale de défense du patrimoine du peuple brésilien, à l'occasion du 67e anniversaire de Petrobras.

 

Source: El Ciudadano - Traduction: Romain Migus