Selon le ministère de l'Intérieur, avec 80 % des votes comptés, l'opposition obtiendrait une majorité parlementaire dans le pays.

Selon les résultats préliminaires présentés par le ministère de l'intérieur des élections législatives qui se sont tenues au Suriname le 25 mars, l'opposition remporterait davantage de sièges au Parlement avec la possibilité de changer de président.

Le Parti de la réforme progressive, dirigé par Chan Santokhi, remporterait 20 sièges au Congrès, tandis que le Parti national démocratique, au pouvoir, obtiendrait 16 sièges au sein du corps législatif, selon le ministère, ce qui représente 80 % des votes comptés.

Si les élections sont remportées, l'opposition aura la possibilité d'élire un nouveau président au Parlement, en remplacement de l'actuel chef de l'Etat, Dési Bouterse.

La Communauté des Caraïbes (Caricom), pour sa part, a déclaré que la journée électorale s'était déroulée dans le calme total dans le pays : "Nous n'avons pas détecté de preuves d'actes frauduleux, mais nous avons vu que les élections étaient bien organisées et transparentes", a déclaré la chef de mission Dora James.

Plus de 380 000 personnes ont été appelées à élire les 51 membres de l'Assemblée nationale, ainsi que les membres des conseils régionaux et de district, dans cette nation sud-américaine.

 

Source: Telesur

Traduction: Romain Migus