Les anciens présidents latino-américains dirigés par Cristina Fernández de Kirchner (Argentine), Luiz Inacio Lula Da Silva (Brésil), José Mujica (Uruguay), Ernesto Samper (Colombie), Evo Morales (Bolivie), Manuel Zelaya (Honduras), Alvaro Colom (Guatemala), Tabaré Vázquez (Uruguay), Martín Torrijos (Panama), Salvador Sánchez Cerén (Salvador) et Leonel Fernández (République dominicaine), ainsi que les anciens ministres des affaires étrangères, tels que Celso Amorin, Jorge Taiana, David Choquehucanca, Jose Miguel Insulsa, qui était également secrétaire général de l'OEA, ont demandé samedi au gouvernement équatorien de "mettre fin aux interdictions" des candidats pour les élections qui doivent se tenir dans ce pays en février 2021.

"Nous exprimons notre profonde inquiétude quant aux décisions prises par les autorités électorales équatoriennes dans le but de proscrire la formation politique appelée "Révolution citoyenne", à laquelle participe l'ancien président Rafael Correa, ainsi que d'éminents dirigeants politiques équatoriens", indique également la note, signée par le président du Parlasur, Oscar Laborde.

La note rappelle qu'"au cours des deux dernières années, l'autorisation d'obtenir la vie légale a été refusée à trois reprises" à cet espace politique et le gouvernement de Lénine Moreno a été invité à "respecter les normes nationales et internationales qui garantissent la validité d'une démocratie effective" dans la nation andine.

Le mardi 15 septembre, le Conseil national électoral (CNE) de l'Équateur a retiré la "Fuerza Compromiso Social" du registre des partis politiques, le groupe dans lequel la Révolution citoyenne avait trouvé un espace de participation aux élections de l'année prochaine.

"Cette élimination intervient après quatre ans que cette formation politique a été légalement approuvée, après avoir participé à trois processus électoraux et deux jours avant la période d'enregistrement des candidats", ont déclaré les dirigeants qui ont signé la lettre.

Ils soulignent également que le Compromiso Social a obtenu deux des trois présidences des régions les plus riches du pays et les plus peuplées au niveau électoral.

"Le plus grave est que ces décisions étatiques violent ce qui est expressément contenu dans le Pacte international relatif aux droits civils et politiques des Nations unies, la Convention américaine relative aux droits de l'homme de l'OEA et la Constitution de la République de l'Équateur elle-même". Tous ces statuts "garantissent le droit à la libre association, à la non-discrimination et à la participation politique des citoyens".

Ces derniers jours, Revolución Ciudadana a réussi à s'allier à une autre organisation politique, appelée "Centro Democrático" (Centre Démocratique), pour leur permettre un nouvel espace de participation, auprès duquel ils enregistreront leurs candidats dans les prochains jours.

"Cependant, un membre du CNE a fait des déclarations selon lesquelles il n'acceptera pas l'enregistrement du Centre démocratique, en invoquant des préceptes juridiques inexistants, ce qui entraînerait l'effondrement de la démocratie et la marginalisation de millions d'Équatoriens qui ont exprimé leur volonté de soutenir le projet politique de la Révolution citoyenne", souligne le texte.

Enfin, les dirigeants exhortent les autorités équatoriennes à "respecter les principes et les normes nationales et internationales qui garantissent une démocratie effective en Équateur".

 

Source: Ámbito - Traduction: Romain Migus