Pérou: la lutte continue – Anahi DURAND

[TTW_POST_TERMS_ICON taxonomy="post_tag" ]
26 juillet 2023
[TTW_POST_TERMS_ICON taxonomy="post_tag" ]

Sept mois se sont écoulés depuis que le parlement a chassé Pedro Castillo et investi Dina Boluarte de la présidence. Depuis, la coalition putschiste qui a inventé une fraude et boycotté le gouvernement de Castillo a progressé dans la reconquête du pouvoir qu’elle croyait avoir perdu depuis quinze mois. Avec des méthodes de moins en moins démocratiques, ils mettent en place un projet de restauration autoritaire et mafieuse du Pérou, en s’appropriant tous les pouvoirs de l’État. Le grand obstacle à leurs desseins a été la mobilisation populaire qui a éclaté le 7 décembre, exigeant unanimement la démission de Dina Boluarte, la fermeture du Congrès et une nouvelle Constitution. Ils ont reculé devant la répression brutale et la nécessité de réorganiser leurs forces, mais le 19 juillet, ils ont repris les manifestations.

Il s’agit d’un scénario très complexe de décomposition des pouvoirs existants, de tensions au sein des acteurs sociaux et de carrefour historique. Pour mieux analyser la situation, nous abordons le problème sous deux angles : d’une part, la restauration en cours menée par les secteurs les plus rétrogrades et corrompus de la politique péruvienne et, d’autre part, la mobilisation populaire d’en bas, qui fait preuve de détermination et de persévérance, mais aussi de limites qui rendent difficile la réalisation de ses objectifs.

Restauration autoritaire et mafieuse

Il est évident que le Pérou subit un assaut autoritaire dans lequel la coalition du coup d’État, composée du fujimorisme et de la droite, des groupes de pouvoir économique, des médias et des forces armées, agit comme un bloc restaurateur avec Dina Boluarte comme masque juridique. Malgré leurs différences, ils s’accordent sur la tâche de relancer le modèle néolibéral et de continuer à subordonner l’État au marché, laissant les citoyens sans protection et permettant le pillage des ressources au profit d’une élite minoritaire.

Dans les années 1990, Alberto Fujimori, Vladimiro Montesinos et leurs partenaires politiques et économiques ont clairement indiqué que la démocratie était un obstacle à l’imposition du néolibéralisme, car il n’y avait rien de mieux qu’une dictature pour vendre les entreprises publiques aux enchères, faire des affaires avec les transnationales et gagner de l’argent grâce à la grande corruption. Cela leur a bien réussi et, pour se maintenir, ils ont supprimé l’autonomie des institutions, accumulant tous les pouvoirs. Aujourd’hui, le bloc restaurationniste réédite son passé mafieux et autoritaire, en s’appropriant les pouvoirs de l’État par la force et les compromis parlementaires. Ils ont pris le contrôle de la Cour constitutionnelle et du bureau du médiateur et cherchent maintenant à contrôler le système judiciaire en nommant les responsables du nouveau Conseil national de la justice.

Mais il ne leur suffit pas de contrôler l’exécutif, le législatif et le judiciaire. Pour minimiser les risques, ils cherchent à prendre le contrôle du système politique. Au Parlement, ils ont disqualifié des opposants comme l’ancien président Martín Vizcarra, l’ancien procureur national Soraida Avalos et ils ajouteront probablement à leur liste Aníbal Torres, ancien premier ministre de Pedro Castillo. En outre, la majorité de droite Fují au Congrès a l’intention d’intervenir dans les organes électoraux, en particulier le jury national des élections (JNE). Ils ne veulent pas répéter la frayeur qu’ils ont eue en 2021 et il vaut mieux s’assurer que l’un des leurs l’emporte.

Cette situation dramatique n’était pas difficile à prévoir. Depuis que la coalition du coup d’État a inventé une fraude et promu une motion de vacance trois mois après l’installation du gouvernement de Pedro Castillo, il était clair qu’elle ne respectait pas les règles démocratiques. Les changements constants apportés aux règles du Congrès et à la constitution pour saper le pouvoir de l’exécutif ont également servi d’avertissement. Le fait qu’ils aient blanchi Mme Boluarte des allégations en cours et qu’ils l’aient assermentée en tant que présidente n’a laissé aucun doute sur le fait qu’ils gouverneraient à travers elle. Mais le centre progressiste libéral, que ce soit par naïveté, par complicité ou par répulsion à l’égard de Castillo, a soutenu le régime et ne critique la situation que maintenant.

Il convient de noter que la coalition du coup d’État et de la restauration n’avait pas tout à gagner. Elle n’a pas compté sur la réaction populaire massive qui a éclaté le 7 décembre et a secoué le pays pendant trois mois.  Il leur a fallu tuer plus de 60 Péruviens et en laisser des centaines blessés et arrêtés pour faire reculer les manifestations, et malgré cela, le peuple est redescendu dans la rue. De plus, l’économie péruvienne est en mauvaise posture, avec la récession, la baisse du PIB, le chômage et les mauvaises projections économiques. Il est indéniable que l’instabilité politique a un impact sur l’économie, ce qui rend très difficile la relance du modèle[1]. Ces deux facteurs sont essentiels et provoquent des fissures dans la coalition au pouvoir. Alors que la Renovación Popular (extrême droite) et les associations d’entreprises veulent maintenir Dina Bolaurte au pouvoir le plus longtemps possible, Keiko Fujimori s’est prononcée en faveur de l’avancement des élections, car elle est mieux placée pour y participer et ne veut pas porter le fardeau d’une personne aussi détestée que Boluarte.

Mobilisation populaire : ombres et lumières

La mobilisation populaire qui a éclaté dans tout le pays, en particulier dans la région andine méridionale entre décembre et mars, a fait apparaître un nouveau sujet politique collectif.  Il s’agit en grande majorité d’hommes et de femmes issus du monde populaire qui a émergé en adaptation et en résistance au néolibéralisme : travailleurs informels, paysans, ouvriers de l’agro-exportation, chauffeurs de motos-taxis, étudiants, cuisiniers et micro-entrepreneurs. Nombre d’entre eux sont d’origine indigène et conservent leurs racines communautaires, ont leur propre culture, leur propre langue, leurs propres autorités, leurs propres professionnels et leurs propres propositions en matière d’utilisation des ressources, et progressent également dans la prise de conscience politique.

Ces secteurs mobilisés ont participé activement au jeu démocratique, en élisant pour la première fois dans l’histoire un président parmi eux en 2021. Mais les groupes de pouvoir qu’ils identifient comme concentrés à Lima ont ignoré leur vote, boycotté leur gouvernement, emprisonné leur président et installé Dina Boluarte. Dès le début, la mobilisation a fait l’objet d’une répression sanglante et d’une criminalisation. Des rapports d’organisations internationales ont fait état d’exécutions extrajudiciaires commises par les forces armées et la police sous la responsabilité de Boluarte. Face à la violence de l’État, le « terruqueo » et la judiciarisation ont été et continuent d’être une épreuve très dure et ont eu une influence décisive sur le recul des manifestations.

Il ne s’agit pas encore d’un mouvement solidement constitué et les défis internes et externes auxquels il est confronté sont énormes. Avant tout, il doit surmonter les limites structurelles présentes dans les mouvements sociaux péruviens, telles que la fragmentation territoriale, les caudillismos locaux et la méfiance à l’égard de l’arène politique. C’est le cas du conflit au sein du Comité national unifié de lutte du Pérou (CONULP), qui a tenté d’unir les groupes régionaux mobilisés en décembre, mais qui a fini par être tiraillé par les divisions. Alors qu’un secteur réclame de nouvelles élections, un autre exige le rétablissement de Pedro Castillo, des situations qui ne devraient pas être insurmontables, mais qui sont dues à la méfiance et à la dispersion existantes.

Les secteurs mobilisés montrent également de sérieuses limites dans la formation d’alliances qui pourraient renforcer leur lutte et améliorer les chances d’obtenir leurs revendications. Une profonde méfiance et des malentendus avec les partis de gauche et le secteur traditionnel des mouvements sociaux s’imposent. Il s’agit d’un malentendu à double sens. D’une part, les secteurs de gauche et les syndicats cherchent à imposer leur agenda de revendications et considèrent le sujet populaire comme désordonné et maximaliste.

D’autre part, les secteurs populaires considèrent la gauche comme faisant partie de la même classe politique et les syndicats comme des conciliateurs. La distance est plus grande avec le centre libéral, qui les considère comme violents et dangereux, tandis que les personnes mobilisées les considèrent comme des alliés des putschistes qui ont boycotté le gouvernement Castillo. Bien que la gravité de l’attaque autoritaire mériterait une large alliance avec des coïncidences spécifiques, cela n’a pas été possible pour l’instant.

La mobilisation populaire au Pérou nous montre qu’un sujet plébéien a émergé qui pourrait construire sa propre représentation en contestant la direction de l’Etat dans de meilleures conditions. Mais la répression sanglante, la criminalisation de la contestation, la fragmentation de la lutte, les querelles internes et le manque d’alliés risquent de diminuer leurs possibilités, de les isoler et de les désintégrer. Il n’est pas facile de renverser une dictature et encore moins lorsqu’elle est soutenue par une coalition mafieuse et autoritaire avec des tentacules dans tout l’État. Il faut bien plus que sept mois de mobilisation populaire, il faut consolider la structure, tisser des réseaux et des alliances qui, sans céder au protagonisme, élargissent la marge d’action. La troisième prise de Lima a commencé avec le pouvoir, mais elle a besoin de plus de politique que les précédentes pour obtenir des résultats concrets et ne pas générer de frustration. L’issue est encore ouverte, mais quelle qu’elle soit, la mobilisation a ouvert une voie de démocratisation qu’il sera difficile de refermer, le pays n’est plus le même.

Anahi DURAND

Note: