La plupart des analyses récentes sur la situation électorale au Pérou coïncident sur un point : l’étrangeté, la nouveauté et l’improbabilité qu’un personnage « inconnu » comme Pedro Castillo, candidat présidentiel du Perú Libre, se rende au scrutin qui, le 6 juin, l’opposera à la candidate d’extrême droite Keiko Fujimori dans la dispute pour la présidence du pays.

Mais plus qu’une réalité capricieuse, cette perplexité parle de la méconnaissance du processus politique et social de la nation andine, des « rivières profondes » qui coulent dans le pays oubliées mais vivantes, en retard mais protagonistes, des hauts plateaux péruviens. Comme le dit le dicton : il y a la fiction, la réalité et le Pérou. Entrons dans le vif du sujet.

Les élections

Le processus politique de ces dernières années a été sinueux. Le Pérou est arrivé à ces élections sous un gouvernement d’urgence, après la destitution de Martin Vizcarra le 9 novembre 2020. Celui-ci avait à son tour atteint le plus haut niveau de l’exécutif après la chute de Pedro Pablo Kuczynski, également évincé (plus connu sous le nom de PKK).

Il y avait 18 candidatures à l’élection présidentielle, dont au moins six avaient une chance de dépasser la maigre barrière des 10 % des voix. Verónika Mendoza semblait être la candidate ayant les meilleures chances dans le camp des progressistes et de la gauche, étant donné que lors des élections de 2016, elle avait été à deux points de pourcentage près d’atteindre le second tour. Pour leur part, les options de droite les plus compétitives se sont établies entre deux variantes fujimoristes : celle représentée par l’économiste néolibéral Hernando de Soto – conseiller économique d’Alberto Fujimori et idéologue du programme d’austérité brutal connu sous le nom de « Fujishock » – et celle exprimée dans la figure de Keiko Fujimori, fille du dictateur qui, du moins pour les Péruviens et les Péruviennes, n’a pas besoin d’être présentée.

L’Office national des processus électoraux (ONPE) donne une nette première place à Pedro Castillo de Perú Libre, avec 19 % des voix, et à Keiko Fujimori de Fuerza Popular avec 13,35 %. Cette différence, qui ne peut être surmontée, laisse De Soto hors du second tour. La course entre Castillo et Fujimori exprime donc le plus polarisé des scénarios possibles, du moins en ce qui concerne l’élection présidentielle.

Mais M. Castillo a également remporté la victoire dans 16 des 26 circonscriptions électorales et son parti, fait sans précédent, a obtenu près de 30 sièges au Parlement, devenant ainsi la force la plus votée du pays. Malgré cela, le scénario parlementaire est très fragmenté entre une palette hétéroclite de couleurs et de forces politiques, allant de la droite fasciste à la gauche radicale, en passant par des variantes progressistes, confessionnelles, anti-vaccins et néolibérales, dans des combinaisons pas toujours attendues.

Keiko Fujimori : « Je propose de générer de la richesse, pas de générer de la pauvreté », « non au marxisme et au communisme », « Je propose que les Péruviens se serrent la main, et non la lutte des classes qui a fait tant de mal à toute l’humanité »...

Histoire récente

Le Pérou traverse une crise profonde à tous les niveaux, c’est l’expression de l’effondrement du modèle libéral établi à sang et à feu par le Fujimorisme dans les années 1990, et justifié par la « stabilisation » du pays avec le démantèlement concret de la guérilla du Sentier Lumineux.

Cette spirale de décomposition a notamment une dimension politique, qui se manifeste par des conflits internes entre différentes fractions des secteurs dominants. Ces luttes de factions ont conduit ces dernières années à la destitution de plusieurs présidents, à la fermeture du Congrès, à la confrontation frontale entre l’exécutif et le législatif, à la démission de nombreux juges et magistrats de la Cour suprême, aux poursuites et à l’emprisonnement de plusieurs anciens présidents dans le cadre de l’affaire Odebrecht et même au suicide de l’ancien président Alan García, pour ne citer que les événements les plus notoires.

Face aux coups de palais, à la corruption endémique et à l’éloignement total de l’État des besoins de la population, divers processus de mobilisation sociale ont vu le jour ces dernières années, avec pour principaux protagonistes les communautés confrontées aux méga-projets miniers et la lutte des enseignants pour leurs revendications. La capitale, Lima, s’est également mobilisée, peut-être avec plus de notoriété internationale, contre la crise politique, l’absence de gouvernement et les scandales de corruption récurrents.

Le Pérou, comme d’autres pays du Pacifique, connaît une énorme fragmentation territoriale et un fort régionalisme. Il coexiste des univers pratiquement différenciés comme ceux de la Côte, des Hauts Plateaux et de la Jungle, divers dans leurs économies, leurs cultures, leurs modes de vie et leurs formes d’articulation au mode d’accumulation dominant. La région côtière concentre la plus grande richesse du pays et a hégémonisé l’idée même de péruvianité : cosmopolite, occidentale et résolument néolibérale.

Dans la Sierra, ces dernières années, les industries extractives ont fait des incursions dans l’économie rurale et paysanne, ce qui a généré une coexistence – généralement conflictuelle – entre des enclaves néolibérales hyper-égalitaires et une vision du monde indigène et communautaire avec de fortes réminiscences incas. Tant dans ces villes extractivistes que dans les zones rurales, les secteurs populaires doivent affronter le racisme et le colonialisme interne des classes créoles dominantes. La jungle, pour sa part, isolée géographiquement et économiquement, a été le théâtre d’opérations d’organisations de guérilla depuis les années 1970, et a subi de plein fouet les conséquences de la « sale guerre » de l’armée péruvienne dans les années 1990, ainsi que de la « guerre contre la drogue » orchestrée par la DEA et les États-Unis.

C’est dans ces régions périphériques, loin du centre moderne et inégalitaire qu’est Lima, dans les faubourgs de l’une des républiques les plus centralistes de notre continent que, une fois la guérilla du Sentier Lumineux démantelée et la dictature de Fujimori terminée, de nouvelles formes d’organisation paysanne, communautaire et populaire ont commencé à émerger régulièrement. Les luttes contre l’exploitation minière, en particulier, ont été très pertinentes jusqu’à présent au 21e siècle, et de leur action organisationnelle ont émergé des leaderships indigènes et populaires qui ont même eu accès aux gouvernements locaux et régionaux.

Ainsi, par exemple, en 2018, le leader écologiste aymara Walter Aduviri a remporté le gouvernorat de Puno ; Zenón Cuevas a fait de même dans le département de Moquegua ; tandis que Vladimir Cerrón -du même parti que Castillo- a également remporté le gouvernorat de Junín. En outre, les forces populaires ont pris le pouvoir dans plusieurs provinces – des circonscriptions locales, équivalentes aux municipalités – grâce à des forces politiques inconnues à Lima et sur la Côte, mais fortement enracinées dans les territoires.

Il convient de noter que dans la zone de la jungle, les enseignants ruraux ont une présence unique depuis les années 1960, et beaucoup d’entre eux apparaissent comme les référents naturels de leurs communautés. Dans l’un des épisodes les moins connus de la guerre juridique dans la région, plusieurs de ces dirigeants ont été persécutés, emprisonnés et/ou privés de leurs fonctions publiques. C’est le cas de Walter Aduviri, aujourd’hui emprisonné, et aussi de Vladimir Cerrón, suspendu de son poste de gouverneur et incapable de se présenter comme candidat à la présidence de son parti, Perú Libre.

Pedro Castillo : « Ici, ce ne sont pas Pedro Castillo et Perú Libre qui gouverneront, mais le peuple organisé ».

La campagne

La victoire de Castillo, surprenante mais non fortuite, tient à trois facteurs principaux. Premièrement, le processus historique que nous venons de décrire, qui explique l’émergence de nouvelles luttes, de nouvelles organisations et de nouveaux leaderships dans le Pérou rural. Deuxièmement, la domination d’une structure ayant un ancrage territorial, une présence institutionnelle et des ressources locales, qui brise le stéréotype d’une force politique précaire et improvisée. Troisièmement, l’irruption d’une sorte d’outsider de gauche, identifié avec et identifiable par les masses indigènes, paysannes et populaires. Un enseignant rural, métis, provincial, loin du centre institutionnel et du discours libéral-urbain et politiquement correct, capable de questionner et de représenter la lassitude face à la corruption, la caste politique et les pouvoirs en place.

En raison de son origine périphérique, Perú Libre est un parti ayant peu de liens internationaux – si on le compare, par exemple, au Juntos por el Perú de Verónika Mendoza – et pratiquement inconnu jusqu’à hier de l’opinion publique dans son ensemble, des entreprises de presse et même d’une partie des mouvements et partis progressistes et de gauche du continent. Un bon exemple de cela est ce qui s’est passé sur CNN, qui, lors de la couverture de dimanche, n’avait même pas une image d’archive pour présenter le candidat en tête du processus électoral. Le Perú Libre, nous insistons, est une force militante, cohésive, avec des racines territoriales, et avec une présence dans les gouvernements locaux et régionaux.

C’est cette base logistique et organisationnelle qui a permis le déploiement d’une campagne, austère en apparence, mais qui a alloué efficacement ses ressources, en dehors des circuits « obligatoires » de la presse grand public et des réseaux sociaux – peut-être pas si obligatoires si l’on considère que, par exemple, 60 % des Péruviens n’ont pas accès à Internet. Peru Libre, quant à lui, a opté pour les radios communautaires, les visites de village en village, les événements culturels et le plaidoyer dans les médias locaux.

Sur Twitter, M. Castillo n’a pas plus de 3.000 followers, et il n’est pas non plus très présent sur les autres réseaux sociaux. Il a été omis par la plupart des grands médias hégémoniques, jusqu’à ce que, dans la dernière ligne droite, certains d’entre eux décident de lui donner de la visibilité afin de déloger Verónika Mendoza du scrutin. Bien que tout cela n’explique pas la belle moisson électorale du Perú Libre, il est clair que cela s’est retourné contre eux.

Le candidat

Pedro Castillo est l’un des huit candidats à la présidence du Pérou qui n’a pas de procédure judiciaire ouverte. Les dix autres ont ou ont eu des procédures pour corruption, crimes électoraux ou irrégularités financières.

Bien qu’il ne soit pas une figure inconnue, le niveau de soutien à sa candidature a dépassé les attentes des habitants et des personnes extérieures. M. Castillo est un enseignant rural qui a beaucoup marché dans les villages oubliés du Pérou profond, sans compter qu’il a été maire du district de sa ville natale, Cajamarca. Il était également un membre actif des Rondas Campesinas. Les « Ronderos » sont une organisation paysanne et communautaire qui compte des milliers de membres et est présente dans une grande partie du sud du Pérou. Elle est considérée comme l’organisation ayant la plus grande capacité de mobilisation dans tout le pays, bien que ses démonstrations de force, loin de Lima, passent souvent inaperçues. L’organisation Rondera a connu une croissance exponentielle au cours des dix dernières années et est liée à diverses forces politiques populaires et de gauche. Bien qu’ils aient récemment créé leur propre outil politique, ils ont décidé pour ces élections de soutenir Castillo et Peru Libre.

En outre, Castillo est un référent d’un secteur d’opposition au sein du Syndicat unitaire des travailleurs de l’éducation du Pérou (SUTEP), actuellement dirigé par le Parti communiste du Pérou-Patrie rouge. La base la plus active du syndicaliste est associée aux enseignants d’extraction populaire-paysanne, et a un grand ascendant sur les secteurs évangéliques à l’intérieur et à l’extérieur du corps enseignant.

En 2017, il s’est fait connaître au niveau national pour son leadership dans la grande grève et la mobilisation des enseignants de cette année-là, même s’il a ensuite fini par contester la direction du syndicat dans un front commun avec les secteurs conservateurs.

Les bases de soutien de Castillo au sein du monde enseignant sont constituées de secteurs populaires et appauvris, avec des références politiques idéologiques différenciées et contradictoires : gauchistes, conservateurs, laïques ou confessionnelles. D’où les positions grotesques qui combinent des propositions souverainistes, latino-américaines, constituantes et de transformation économique radicale, en même temps que des déclarations socialement conservatrices – voire homophobes – mais pas de manière organique ou programmatique.

Dans de récentes déclarations, M. Castillo a annoncé que s’il devenait président, il mettrait fin à l’emprisonnement d’Antauro Humala, un révolutionnaire militaire du Mouvement ethnocacériste qui a dirigé le soulèvement de Locumba contre la dictature d’Alberto Fujimori, puis l' »Andahuaylazo« , un soulèvement militaire qui a tenté de forcer la démission du président néolibéral Alejandro Toledo. Antauro Humala a purgé sa peine de prison pour cette dernière, mais reste en prison en raison d’une décision politique. Le mouvement ethnocaceriste dispose d’une base populaire bien disciplinée et d’un militantisme qui a été interpelé par le geste de Castillo.

Cette singulière figure à cheval – nous l’avons vu aller voter monté sur une jument à cornes – peut paraître ridicule ou rétrograde aux yeux des classes moyennes de Lima, des secteurs aisés et des forces politiques d’inspiration libérale, mais elle rejoint sans aucun doute les aspirations d’une bonne partie des masses les plus délaissées du Pérou.

L’organisation

Le parti Peru Libre a été fondé en 2007, s’est élargi par l’ajout d’autres forces politiques régionales en 2012, et est actuellement dirigé par Vladimir Cerrón, deux fois gouverneur de Junín – élu en 2010 et 2018 – qui occupe le poste de secrétaire général national.

Sa plateforme politique stipule que « Perú Libre est une organisation socialiste de gauche qui réaffirme son courant idéologique, politique et programmatique. Pour être de gauche, il faut embrasser la théorie marxiste (…) et à partir de ce diagnostic, proposer des critères de solutions qui conduisent à la satisfaction des majorités. De même, les postulats mariatéguistes sont d’une importance vitale par rapport à notre réalité nationale, latino-américaine et même mondiale« .

Il convient de noter que Perú Libre et son leader Vladimir Cerrón entretiennent une conception latino-américaniste, cultivent des liens étroits avec Evo Morales et n’ont cessé de revendiquer la révolution cubaine et la révolution bolivarienne du Venezuela. Les principaux axes de leur programme gouvernemental sont les suivants : assemblée constituante et nouvelle constitution, économie populaire, État régulateur fort, intégration du Pérou à l’UNASUR et abandon de l’OEA, nationalisation et étatisation des ressources stratégiques, santé et éducation publique. Son statut promeut également « la participation des femmes dans les espaces de prise de décision politique » et de « contribuer à l’agenda de genre et à l’inclusion sociale des femmes (…) afin que chaque femme péruvienne ait une participation active dans la construction de la Patrie ».

Le ballottage

Le second tour des élections aura lieu le 6 juin et sera un choc de galaxies. Alors que le fujimorisme distille la haine d’un prêche autoritaire, anticommuniste, anti-Chávez et antiféministe, il caractérise et criminalise comme « terruco » -terroriste- les organisations indigènes, paysannes, féminines, populaires et communautaires qui luttent pour transformer le Pérou. De son côté, Castillo ne cache pas ses origines modestes et son identité de gauche, et met en avant un discours anti-dictatorial et anti-corruption. Cependant, les deux candidats, bien qu’ils soient aux antipodes idéologiquement, ont de larges bases populaires. Les seules figures qui ne se laissent pas décourager et qui sont dans l’expectative semblent être les élites blanches de Lima, le culte des bonnes manières et des valeurs libérales.

Pour le progressisme péruvien, le dilemme peut soit le jeter à la rencontre des masses populaires du Pérou, pour y initier un processus mutuel d’éducation et de rééducation politique, soit le condamner à l’ostracisme et le liquider en tant que force politique. Soit elle s’allie à Castillo et appelle à voter pour lui – même de manière critique – et rompt avec les secteurs les plus libéraux et colonisés de ses rangs ; soit elle se positionne pour le vote nul, face à l’impardonnable possibilité d’ouvrir la voie au retour du tragique patronyme Fujimori pour diriger le Pérou d’une main de fer, contrecarrant la première possibilité réelle de conquérir un gouvernement populaire depuis la présidence du militaire nationaliste Velasco Alvarado.

Castillo doit relever le défi, au niveau national, de réussir à coaguler les différents secteurs sociaux et démocratiques qui rejettent le Fujimorisme mais considèrent toujours sa candidature radicale avec suspicion. Et au niveau international, le défi d’élargir son cadre d’alliances, pour se protéger contre les opérations des appareils médiatiques, diplomatiques et judiciaires qui lui ont déjà déclaré la guerre. Et aussi pour se protéger des secteurs libéraux qui commencent déjà à agiter la thèse dangereuse selon laquelle il existe au Pérou « deux formes de conservatisme » qui s’affrontent, mettant dans le même sac banquiers et ronderos, oligarques et enseignants ruraux, dictateurs en herbe et leaders anti-néolibéraux.

 

Gonzalo ARMUA, Lautaro RIVARA 

Source: Argmedios - traduction: Venesol