Le Président de la République du Nicaragua, le Comandante Daniel Ortega, accompagné de la Vice-présidente, Rosario Murillo, a évoqué la présence des Héros et Martyrs dans les luttes actuelles pour les droits des travailleurs, la liberté et l'autodétermination.

Lors de la cérémonie en hommage à l'éternel Comandante Tomás Borge, à l'occasion du neuvième anniversaire de son passage à l'immortalité, il a souligné l'importance du 1er mai, une date à laquelle nous nous souvenons de la force des travailleurs et de leur capacité à s'unir en faveur du changement.

Il a également pointé du doigt le virus du capitalisme, avec son expansionnisme et sa soif de pouvoir, qui met en danger les libertés des pays en développement, même lorsque ceux-ci sont sous l'impact d'une pandémie comme le Covid-19, dont les vaccins donnent lieu à une véritable guerre de pouvoir sur la scène internationale.

Daniel a déclaré : "Chers camarades, chers frères et sœurs, travailleurs, travailleuses, nous sommes dans cette bataille qui est également menée par les travailleurs du monde entier. La lutte contre le virus du capitalisme, c'est là que se trouve la racine du problème car il y a eu de nombreuses pandémies comme celle-ci tout au long de l'histoire de l'humanité, où des millions d'êtres humains sont morts. Mais une pandémie qui survient et qui cause tant de décès, tant de décès dans les pays développés, dans les pays les plus riches, aux États-Unis, dans les pays européens. C'est inconcevable, car il s'agit de pays qui sont censés disposer de tant de ressources pour pouvoir protéger la population et qui, en cas d'épidémie comme celle-ci, disposent également d'un service de santé en place qui va agir rapidement", a-t-il déclaré.

Il existe un financement pour que les vaccins puissent atteindre les pays en développement, mais il y a un différend entre les pays développés qui s'approprient le médicament et refusent de contribuer à ce mécanisme qui favorise le flux d'immunisation.

"Ce que cette épidémie a révélé, c'est qu'il n'y a pas cette prise de conscience et nous voyons comment les hôpitaux des pays développés sont surchargés. Comment des mesures restrictives sont imposées, comment des situations de confrontation apparaissent entre la population et les décisions prises par les gouvernements", a-t-il ajouté.

Il a ajouté que ces gouvernements "ne sont pas capables de diriger cette crise, mais qu'ils sont plutôt entre eux, entre riches, à se battre, à s'affronter pour voir qui obtient les vaccins, pour voir qui met plus d'argent pour leur vendre les vaccins, parce qu'il n'y a pas assez de vaccins produits dans le monde pour répondre à toute la demande des pays capitalistes".

"Sans parler de la demande que nous avons dans les pays en développement en Asie, en Afrique, en Amérique latine. Nous ne parlons que de la demande des pays riches. Et ils disent très calmement qu'ils veulent d'abord et avant tout assurer la santé de tous leurs citoyens, et c'est très bien ainsi. Et qu'ils veulent vacciner tous leurs citoyens, c'est bien. Mais qu'ils se disputent les vaccins et qu'ils bloquent l'accès aux vaccins aux pays en développement, qu'ils ne sont pas prêts à administrer le vaccin de manière équitable, c'est-à-dire qu'ils reçoivent un quota plus élevé, mais qu'à partir de là, un quota est également transmis aux pays en développement, car il existe des accords, des mécanismes, des financements pour que les vaccins puissent atteindre les pays en développement. Mais que se passe-t-il ? Il y a une dispute entre les pays développés qui ne permettent même pas au vaccin de circuler entre eux, mais les plus puissants parmi les puissants s'approprient le vaccin et refusent de fournir des vaccins par le biais du système qui apporterait non pas 100% des vaccins dont ces pays ont besoin, mais un flux de vaccins qui signifierait déjà un haut degré de protection pour tous ces pays", a-t-il expliqué.

C'est pourquoi l'épidémie s'est prolongée, ils prennent des positions erratiques et contradictoires entre eux.

Il a également souligné que la crise sanitaire a provoqué une pause dans le développement économique mondial et que, par conséquent, les taux de chômage ont grimpé en flèche, avec la faillite d'entreprises, la fermeture de compagnies aériennes, entre autres.

"Et comme les travailleurs souffrent dans le monde ! Pourquoi ? Parce que le chômage a atteint des chiffres encore inconnus, en raison du nombre d'entreprises qui ont fermé, en raison des mesures restrictives qui ont été prises ; par conséquent, cela a affecté l'économie mondiale".

Il a ajouté que "certains groupes économiques sortent gagnants de cette situation, ils gagnent plus d'argent ; en premier lieu, disons les grandes entreprises qui fabriquent des médicaments, elles gagnent beaucoup d'argent ; les grandes entreprises qui travaillent avec des équipements de communication, elles gagnent beaucoup d'argent, parce que maintenant tout le monde cherche des équipements pour communiquer et tenir des réunions grâce aux ordinateurs.

Dans des pays comme le Nicaragua, les travailleurs n'ont pas cessé de travailler, a-t-il dit. "Bien sûr, il y a beaucoup de pays (on ne va pas dire dans tous les pays), mais beaucoup de pays comme ici, au Nicaragua, eh bien, les travailleurs ont pu affronter cette épidémie. Eh bien, l'épidémie est une menace, mais ils n'ont pas arrêté de travailler, parce qu'en arrêtant de travailler, ils renoncent simplement à un revenu de base pour pouvoir se nourrir ; donc ils ne vont pas mourir du virus, ils vont mourir de faim."

"Les paysans n'ont pas cessé de produire la terre, ils continuent à la produire, malgré les appels de ceux qui disent qu'ils doivent se taire. Que gagnons-nous à être enfermés, que gagnent les ouvriers à être enfermés, que gagnent les paysans à être enfermés, à attendre la mort, à attendre la mort ?

Il a ajouté que, d'autre part, "comme nous avons travaillé dur ! Et nous voulons féliciter tous les travailleurs de la ville et de la campagne, et nous voulons féliciter les travailleurs de la zone franche, et nous voulons féliciter les petits, moyens et grands producteurs qui n'ont pas cessé de travailler, qui n'ont pas cessé de produire, et il n'y a pas de manque de nourriture dans notre pays. Nous pouvons même exporter, nous pouvons exporter une partie de cette nourriture vers d'autres nations frères qui n'ont pas une grande production de produits de base comme les haricots, le maïs, le café, la viande ; en d'autres termes, tout cela a continué à être produit, l'économie continue à bouger.

"Donc, ici, nous voyons comment le mal de ceux qui ont assassiné les travailleurs aux États-Unis est toujours caché là ; ce mal est là dans le monde entier et nous l'avons ici aussi. Ils voudraient mettre un noeud coulant autour du cou de tous les travailleurs nicaraguayens. Ils aimeraient, ils ont essayé, ils en ont rêvé et ils demandent toujours aux puissances de venir mettre la corde au cou du peuple nicaraguayen, mais ils continueront, ils continueront avec cette attitude diabolique, parce que c'est le mal, la lâcheté, le mal et il n'y a pas d'amour de la patrie, il n'y a pas d'identité avec le Nicaragua, ce sont des citoyens américains, nés au Nicaragua, mais ce sont des citoyens américains, c'est la vérité ; leur mentalité est subordonnée à la politique américaine", a-t-il ajouté.

Le président nicaraguayen a ensuite souligné que "c'est pour cela qu'ils voudraient que le pays soit paralysé face à la pandémie et que le pays s'effondre et que l'économie s'arrête, mais même dans les moments les plus difficiles, comme les actes de terrorisme en avril 2018, et dans les moments les plus difficiles de la pandémie, à aucun moment ces personnes n'ont cessé de travailler, à aucun moment ces gens n'ont cessé de produire, de construire des écoles, des postes de santé, des hôpitaux, des autoroutes, des routes, des maisons, nous allons de l'avant et nous continuerons à construire, et ils resteront là avec leurs mauvaises actions, ruminant leurs mauvaises actions, que Dieu leur pardonne, parce que le peuple et la loi ne leur pardonneront jamais. Vive les travailleurs du Nicaragua, vive les travailleurs du monde, vive le 1er mai, vive les héros de Chicago", a-t-il déclaré.

 

Source: Sandinistak - Traduction: Romain Migus