La crise et la division entre les différents secteurs qui font partie de l'opposition vénézuélienne s'aggravent de plus en plus, et la preuve en est la lutte publique continue que ses membres, fondamentalement Juan Guaidó, ont maintenue à travers des déclarations et des réseaux sociaux contre d'autres qui lui ont tourné le dos.

Il y a quelques jours, Guaidó s'est battu avec l'ultra-radicale Maria Corina Machado ; et maintenant, il mène une lutte frontale contre Henrique Capriles et son ancien bras droit Stalin Gonzalez, car selon lui, les deux hommes politiques n'ont pas son autorisation pour mener à bien le processus de dialogue avec le pouvoir exécutif, avec la médiation de la Turquie, afin d'avancer vers une solution à la crise politique.

Depuis la semaine dernière, Capriles et González participent à des réunions de dialogue et de négociation politique avec le gouvernement de Nicolás Maduro afin de convenir de garanties pour les prochaines élections législatives du 6 décembre.

Ce scénario n'est pas du goût de Guaidó, qui assure que "ces actions" ne sont pas soutenues par ses "alliés internationaux", ni par le supposé "accord unitaire" de l'opposition qui promeut l'abstention aux élections législatives ; le même qui est signé par des secteurs extrémistes de l'opposition qui participent à des plans séditieux et violents.

Guaidó, discrédité par les scandales de corruption, pour avoir promu le blocus total contre les Vénézuéliens et pour ne pas avoir pu renverser Maduro, déclare qu'il ne reconnait "absolument pas l'ignorance des négociations non consultées menées à titre personnel entre le régime de Nicolás Maduro et les dirigeants Henrique Capriles et Staline González".

Capriles, qui est contre Guaidó et contre le soi-disant abstentionniste, a déclaré par le biais de Twitter qu'il fera tout son possible pour "sortir les Vénézuéliens de cette crise".

"Il y a ceux qui finissent par devenir ce qu'ils critiquent. Parler et négocier, ce n'est pas la même chose, sauf si vous voulez manipuler et mentir. Il n'y a pas de négociation entre la Turquie et l'opposition au Venezuela. Ce qui est approprié, c'est de parler à tous ceux qui peuvent nous rapprocher d'une solution crédible", a déclaré l'ancien gouverneur de Miranda dans un tweet.

L'ancien candidat à la présidence, Henrique Capriles, a déclaré : "Parler à un membre de la communauté internationale est la norme quand on croit à la politique et à la démocratie. Soyons clairs : avec les Chinois, les Russes, les Européens, nous parlerons à tous ceux qui sont nécessaires pour sortir les Vénézuéliens de cette crise".

Capriles s'est également attribué la gestion de la grâce présidentielle à des membres de l'opposition impliqués dans divers crimes contre le pays et même contre la vie du président, Nicolas Maduro, et a assuré que son seul intérêt est de "voir le pays changer".

"Aujourd'hui, grâce à mes "efforts personnels", nous sommes satisfaits de la libération de 110 prisonniers politiques. Mon seul intérêt est de défendre les Vénézuéliens et d'obtenir la liberté du Venezuela. Nous n'allons pas nous résigner, tout comme aucun Vénézuélien ne le fera tant que le pays ne connaîtra pas de changement", a-t-il déclaré.

Pendant ce temps, Stalin Gonzalez a déclaré qu'il essayait "d'aider le peuple" et d'empêcher "ce conflit de s'intensifier et de devenir plus douloureux pour les Vénézuéliens".

"Pour ma part, je vais essayer autant de fois qu'il le faudra de trouver une solution à la crise. La politique consiste à aider les gens. Si une négociation empêche ce conflit de s'intensifier et de devenir plus douloureux pour les Vénézuéliens, je le ferai autant de fois qu'il sera nécessaire", a déclaré M. González.

Le dialogue actuel entre ces leaders de l'opposition et le gouvernement vénézuélien a été applaudi par le ministre turc des affaires étrangères, Mevlüt Çavuşoğlu, qui a déclaré mardi que son pays suit avec satisfaction l'évolution d'un "dialogue positif" entre le gouvernement vénézuélien et l'opposition, en coordination avec les initiatives qui ont été menées conjointement avec l'Union européenne.

"Nous espérons que ce processus positif se reflétera dans les élections", a écrit le ministre turc des affaires étrangères dans un message sur son compte Twitter, ajoutant que sa nation "sera toujours solidaire du peuple vénézuélien".

 

Source: La Iguana - Traduction: Romain Migus