Les États-Unis financent de nombreuses organisations opposées aux gouvernements progressistes d'Amérique Latine. Les thèmes de prédilection de ces O"N"G sont la défense des droits de l'Homme, la liberté d'expression, les indigènes et l'environnement. Ces thèmes louables sont instrumentalisés pour créer des matrices d'opinions médiatiques contre les gouvernants progressistes ainsi que de freiner l'avancée de projet de développement, notamment dans les infrastructures. Pour rappel, la Fondation Ford et la National Endowment for Democracy (NED) ont été accusés, grâce à plusieurs enquêtes approfondies, d'être des paravents de la CIA. Carl Gershman, le président de la NED depuis sa fondation en 1984, déclarait le 1er juin 1986 dans le New York Times: "Il serait terrible pour les groupes démocratiques du monde entier d'être vu comme subventionnés par la CIA. C'est parce que nous n'avons pas pu continuer à le faire que la NED a été crée". Allen Weinstein, un des fondateur de la NED, a déclaré quant á lui dans le Washington Post du 22 septembre 1991: "Beaucoup de ce que nous faisons à la NED, la CIA le faisait il y a 25 ans". C'est ce type d'organisation sans complexe qui financent donc des groupes "écologistes" opposés à la politique de Lopez Obrador au Mexique. Les 2 Rives

Le président Andrés Manuel López Obrador a profité de sa conférence de presse matinale pour solder ses comptes avec les organisations civiles qui s’opposent à la construction de l’un de ses projets emblématiques : le train Maya.

Il a dénoncé le fait que des fondations, dont certaines sont liées au gouvernement des Etats-Unis, financent les opposants au train Maya, l’un des projets emblématiques de la Quatrième Transformation [le projet politique du président mexicain, NdT].

Le président a affirmé qu’il a des «preuves» confirmées par son administration que des institutions comme la Fondation Kellogg’s, la Fondation Ford, Rockefeller et d’autres, financées par les États-Unis apportent des ressources aux organisations de la société civile qui ont déposé des recours contre le train Maya.

Parmi les bénéficiaires, selon le Gouvernement, se trouvent Mexicains Contre la Corruption (MCCI), le site internet Animal Politique et México Evalúa.

« Il m’arrive des informations sur toutes les organisations soi-disant indépendantes, non gouvernementales, de ce qu’on appelle la société civile, qui reçoivent de l’argent, certaines même de l’étranger, pour s’opposer à la construction du train Maya. […] et à la fin, c’est un problème de lutte de pouvoir dans le domaine économique et politique, » a-t-il déclaré.

Non content de les exhiber, López Obrador a dit qu’il attend que les organisations impliquées expliquent la destination de ces ressources et leur relation avec les campagnes contre le train Maya.

« J’aimerais que ces organisations signalées et les entreprises qui donnent l’argent précisent si c’est vrai ou non parce qu’elles déguisent ces financements en argent destiné à l’environnement ou à la défense des Droits de l’Homme, » a-t-il déclaré.

D’après lui, toutes ces organisations ont déposé des recours contre le train Maya et « ça, elles doivent l’éclaircir, pour qu’on sache. »

La liste des opposants

Jesús Ramíerez Cuevas, Coordinateur Général de la Communication Sociale de la Présidence, a présenté la liste avec les noms des fondations et des organisations civiles et les montants supposément apportés pour qu’elles s’opposent au train Maya. Il a précisé que cette liste est le produit d’une enquête privée.

Ramíerez Cuevas a affirmé que des organisations comme Mexicains Contre la Corruption (MCCI), le site internet Animal Politique et México Evalúa reçoivent plus d’1 000 000 de $ pour s’opposer au projet emblématique pour le Yucatán.

« Ce sont des fondations étrangères qui financent des organisations non gouvernementales comme Mexicains Contre la Corruption, comme le Conseil Indigène Despojil, le conseil de Sylviculture Soutenable et les fondations qui donnent ces fonds à ceux qui s’opposent au train Maya, c’est la Fondation Kellogg’s, la Fondation Ford qui se consacre à financer des enseignants et des organisations non gouvernementales dans le monde, Climateworks; la NED, qui est la Fondation pour la Démocratie, une organisation étasunienne dont l'argent provient du Congrès des États-Unis, la Fondation Rockefeller qui, bien sûr, appartient au Consortium Rockefeller mais aussi finance des enseignants et des organismes non gouvernementaux,» a-t-il déclaré.

Selon la liste présentée par Ramíerez Cuevas lors de la conférence de presse matinale du président, les organisations mexicaines qui bénéficient de ces ressources sont : 

Le Conseil Indigène et Populaire de Xpujil S.C, le Centre Mexicain de Droit de l’Environnement (CEMDA); Dialogue et Mouvement A.C. (DIMO), CCMS, DPLF, Animal Politique, Indignation, CRIPX, MCCI et México Evalúa.

 

Source: Progreso - Traduction: Françoise Lopez pour Bolivar Infos