Lors de la première réunion de la Chambre des représentants convoquée par le nouveau gouvernement, le ministre des finances, du développement économique et des investissements, le Premier ministre, John Briceño, a présenté des budgets supplémentaires pour la réparation des routes, la lutte contre le Covid-19 et le pouvoir d'achat des béliziens qui ont perdu leur emploi en raison de la pandémie, mais a reporté toute mesure importante pour faire face à la situation financière critique dans laquelle se trouve le pays. M. Briceño a déclaré que son gouvernement avait mis en place une équipe consultative pour la relance économique. En ce qui concerne la masse salariale et la facture des retraites, qui représentent selon lui environ 80% du budget actuel, lui et son équipe rencontreront les syndicats avant de décider des mesures à prendre pour "couvrir cet énorme cratère".

Le Premier ministre a également déposé une motion pour commencer à travailler sur la réalisation de la promesse de son parti de mettre en œuvre des pratiques de bonne gouvernance. La population du Belize est encouragée de voir que le nouveau gouvernement cherche immédiatement à s'atteler à cette tâche, et elle les suivra de près pour s'assurer qu'ils se conforment rapidement à ces pratiques de bonne gouvernance.

Le casse-tête de l'accession à la terre

La terre est la plus grande ressource d'une nation, et il est du devoir de nos gouvernements de mettre cet actif entre les mains des personnes qui l'utiliseront au mieux, pour le logement, l'agriculture et d'autres industries, tout en le faisant avec le souci de l'environnement, et en gardant un œil sur les déséquilibres qui existent à cause des politiques foncières qui ont été biaisées en faveur des élites pendant l'ère coloniale, ainsi que de la corruption et de la mauvaise planification de nos dirigeants modernes.

Le ministre des ressources naturelles, du pétrole et des mines, Cordel Hyde, a déclaré à la Chambre des représentants que la priorité du nouveau gouvernement dans son approche de la politique foncière est de transformer les dizaines de milliers de Béliziens qui ne possèdent pas un morceau de terre en propriétaires fonciers, et que le plus grand problème auquel ils sont confrontés dans cette entreprise est que les expropriateurs ont pris les meilleures terres. Hyde a déclaré : "Nous devrons peut-être sortir un peu des villes et des townships pour obtenir des terres ; il n'y a plus de terres dans les villes et les townships, à moins que nous ne cherchions à prendre des terres et à les donner à d'autres, et ce n'est pas notre métier".

Hyde et son équipe n'ont pas une tâche facile. Dans le but de fournir des lots de maisons aux personnes vivant à Belize City, le gouvernement précédent a versé 6 millions de dollars à un propriétaire foncier pour une parcelle de terrain pouvant fournir 130 lots. En effet, les habitants du Belize ont payé 46 000 dollars pour fournir un terrain d'une seule maison à un premier propriétaire foncier, une initiative grandiose et non durable.

La phrase la plus répétée pour rappeler aux dirigeants politiques leur faillibilité a été inventée par un Anglais, Lord Acton. Il a dit : "Le pouvoir tend à corrompre et le pouvoir absolu corrompt absolument." La phrase la plus répétée dans le domaine de l'immobilier, de monnaie incertaine, est "emplacement, emplacement, emplacement". Un million d'acres sur la lune ne vaut pas un lot de maisons à Hopkins, ni maintenant, ni dans un avenir proche, peut-être jamais.

En général, plus le terrain est éloigné des zones urbaines, moins il est cher à l'achat, mais cet avantage est fortement érodé par le coût d'accès plus élevé.

Le gouvernement peut trouver ce terrain moins cher, mais son bénéfice pour les masses sera réduit si les coûts de transport restent élevés. Ce coût est une préoccupation pour tout le monde, en particulier pour les petits agriculteurs, et de nombreux nouveaux propriétaires potentiels espèrent posséder une petite parcelle à cultiver. Si le gouvernement actuel ne veut pas que les grands agriculteurs finissent par engloutir les terres des petits et que les propriétaires de lots de maisons vendent les leurs, il devra trouver des solutions créatives pour faire face au coût du transport. Cela peut être fait. Tout dépend du type de pays que nous voulons.

Le ministre Mai dit "non" au fromage cheddar étranger

L'appel lancé à la Chambre des représentants par le ministre de l'agriculture, de la sécurité alimentaire et de l'entreprise, M. José Mai, pour que les Béliziens achètent des produits étiquetés "Made in Belize" n'est pas nouveau, mais nous ne savons pas si cela a déjà été fait avec autant de force. Le ministre Mai a déclaré que les agriculteurs béliziens ont des difficultés à vendre leur lait et leur fromage parce qu'il y a une surabondance de lait et de fromage de fabrication étrangère dans les épiceries, et il a déclaré que l'importation de ces produits cessera jusqu'à ce que les produits des agriculteurs locaux aient été vendus (il a ensuite déclaré que le gouvernement n'avait pas l'intention d'interdire l'importation d'un type spécifique de lait et de certains fromages).

Le ministre Mai a expliqué que la raison pour laquelle certains produits étrangers sont plus performants que les produits locaux est que les tarifs sont faussés au désavantage des béliziens.

Toutes les nations encouragent leurs citoyens à acheter des produits faits maison et à trouver des moyens créatifs de dissuader l'importation/concurrence des produits étrangers, mais les pays occidentaux n'ont pas carte blanche pour bloquer l'importation de marchandises afin de forcer le soutien aux produits fabriqués localement. Si le gouvernement devait un jour interdire le cheddar étranger, cette interdiction ne durerait pas longtemps. Il faut espérer que l'appel aura pour effet de faire comprendre à davantage de Béliziens pourquoi les nations prospères soutiennent les biens produits localement.

Les Béliziens devraient maintenant savoir que nos réserves de devises étrangères sont fortement sollicitées et devraient comprendre les implications d'un effondrement économique total. Le Belize emprunte près d'un million de dollars par jour pour payer ses factures, et cela ne peut plus durer.

L'appel du ministre Mai vient d'un état de désespoir, et nous sommes tout à fait sûrs que nos principaux partenaires commerciaux, ceux qui importent notre sucre, nos agrumes, nos bananes et nos fruits de mer, ne se sont pas sentis menacés.

Le Belize doit faire un plus grand effort pour devenir plus productif et compétitif. Le principal concurrent du lait frais produit localement est le lait en poudre, principalement de la marque LaLa, qui présente l'avantage de pouvoir être conservé pendant des mois sans réfrigération. Le gouvernement pourrait acheter l'offre actuelle de lait local et l'inclure dans le panier alimentaire, s'il avait une meilleure durée de conservation.

Le gouvernement devrait mettre en place des mesures incitatives pour impliquer davantage d'agriculteurs et de fabricants dans la production de lait et de produits laitiers. Le Belize consomme du lait et des produits laitiers pour plus de 20 millions de dollars depuis le début du siècle, et si le gouvernement est audacieux, nous pouvons répondre à nos besoins localement en cinq ans et nous tourner ensuite vers les Caraïbes pour vendre notre surplus de lait, de fromage et de beurre.

 

AMANDALA

Source: Amandala News - Traduction: Romain Migus