Les députés membres de l'opposition au Sandinisme, pourtant défendus par les droits-de-l'hommistes et féministes occidentaux, se sont  insurgé contre la réforme du code pénal et ont voté contre. Les 2 Rives

L'Assemblée nationale du Nicaragua a approuvé aujourd'hui à une large majorité la réforme de l'article 37 de la Constitution, par laquelle l'emprisonnement à vie révisable est inclus dans le Code pénal.

Le Parlement a tenu une session spéciale, et en même temps ordinaire, la première de la XXXVIIIe législature, à Ciudad Darío (nord), lieu de naissance du poète nicaraguayen et universel Rubén Darío, à l'occasion du 154e anniversaire de sa naissance, lundi.

Comme il s'agit d'une réforme de la Magna Carta, le texte juridique, qui avait déjà été approuvé lors d'un premier débat le 10 novembre, devait être approuvé par une deuxième législature de l'Assemblée nationale.

Dans son premier paragraphe, la nouvelle législation indique que la réforme de l'article 37 de la Constitution nicaraguayenne stipule que, exceptionnellement, la prison à vie sera imposée aux personnes condamnées pour des crimes graves.

Il poursuit en indiquant que la législation sera appliquée "lorsque des circonstances haineuses, cruelles, dégradantes, humiliantes et inhumaines se produisent qui, en raison de leur impact, provoquent l'agitation, le rejet, l'indignation et la répugnance dans la communauté nationale".

L'emprisonnement à vie sera appliqué en cas de meurtre aggravé lorsqu'il est commis par asphyxie, incendie, explosion ou poison, flagellation, mutilation ou démembrement du corps de la victime ou en présence de mineurs.

Elle sera également prise en compte pour les féminicides lorsque la personne succombe à ses "instincts sexuels", mutile les organes génitaux de la femme, commet un crime misogyne, et si elle le fait devant les enfants des victimes.

Les membres de groupes criminels organisés, de bandes criminelles nationales ou internationales, ceux qui commettent les crimes en raison de rites de groupe, de croyances religieuses ou sportives ou de fanatisme, ou après un viol, seront également passibles de la prison à vie.

Irma Dávila, députée du banc du Front sandiniste de libération nationale, a déclaré que la législation approuvée favorise une culture de paix et de non-violence.

Sa collègue Maritza Espinales, première vice-présidente du conseil d'administration de l'Assemblée, a déclaré que la loi contribuera à la construction d'un cadre juridique préventif car elle dissuadera ceux qui assassinent des femmes et réaffirme également que le Nicaragua ne veut pas de crimes de haine.

Nous ne voulons plus jamais voir plus de gens brûler, a déclaré M. Espinales en faisant clairement allusion à ce type de meurtre qui s'est produit dans le contexte de la tentative de coup d'État ratée de 2018.

Après l'approbation du texte juridique, par 70 voix pour, 13 contre et 5 abstentions, le président du conseil d'administration de l'Assemblée nationale, Gustavo Porras, a déclaré, en se référant à l'acte législatif, que "c'est notre démocratie et nous la défendrons".