Une cour constitutionnelle de La Paz, en Bolivie, a décidé lundi que l'ancien président Evo Morales n'est pas éligible au Sénat dans le département de Cochabamba pour le Mouvement vers le socialisme (MAS) lors des élections du 18 octobre.

La décision a été prise par le juge Alfredo Jaimes Terrazas de la troisième chambre constitutionnelle de la ville d'El Alto en réponse au procès qui remettait en cause la disqualification de Morales par le Tribunal suprême électoral de Bolivie (TSE), parce qu'il ne réside pas dans le pays.

Le 20 février de cette année, l'EST avait laissé sans effet la possibilité que M. Morales puisse se porter candidat au poste de sénateur pour non-respect de l'obligation de résidence permanente, déclarant que la décision était sans appel.

Face à cette décision, la défense de l'ancien président, réfugié en Argentine depuis décembre 2019, a présenté un recours constitutionnel contre la décision du TSE, qui a de nouveau été rejeté par une cour constitutionnelle.

Les médias boliviens locaux ont rapporté que le 1er septembre, la deuxième Cour constitutionnelle de La Paz n'a pas décidé si Morales devait être disqualifié en raison d'un lien entre les juges.

Pour cette raison, un autre membre de l'organe a été convoqué pour trancher le litige. Dans cette affaire, c'est le juge Jaimes qui a soutenu la décision du juge de la deuxième chambre constitutionnelle, Heriberto Pomier, qui a voté la semaine dernière contre l'appel à la protection de Morales.

Pour sa part, l'avocat Fabián Espinoza a précisé que la résolution émise par le président de la deuxième chambre constitutionnelle de La Paz sera envoyée au Tribunal constitutionnel plurinational (TCP) de la ville de Sucre pour révision.

"D'une certaine manière, elle est tenue en suspens. L'examen de Sucre pourrait porter sur les mérites de la résolution de Jaimes et Pomier qui a donné le démenti correspondant. Mais avec ce rejet de l'appel, la résolution de disqualification émise par l'EST tient toujours. Par conséquent, il continue d'être disqualifié", a-t-il déclaré.

L'avocat a déclaré qu'avec le temps qui reste pour les élections et le temps que pourrait prendre l'EST pour rendre son verdict, il est très probable que M. Morales n'aura pas le temps d'être qualifié.

 

Source: Telesur - Traduction: Romain Migus