Manifestation contre la criminalisation du mouvement social au Pérou

[TTW_POST_TERMS_ICON taxonomy="post_tag" ]
12 juillet 2022
[TTW_POST_TERMS_ICON taxonomy="post_tag" ]

Commençons par les faits. Dans le but de nuire au président Castillo, des mercenaires médiatiques d’une chaine commerciale péruvienne sont allés dans les hameaux de la région natale du président. Avides de commentaires destructeurs, ils ont agressés les gens, leur ont mentis, ont tenté de les manipuler, répandant la terreur dans le hameau jusqu’à l’intervention des ronderos du hameau de Chadin.

Les ronderos ce sont ces structures d’auto-gouvernement populaire assurant la sécurité mais aussi l’entraide et la solidarité collective en l’absence totale de l’État. Voir nos reportages sur les rondas au Pérou ici: https://www.facebook.com/watch/?v=389985739045502 et ici: https://web.facebook.com/watch/?v=162124962554773

Les ronderos ont questionné la présence des journalistes et les ont obligés à lire un communiqué à l’antenne de leur chaine de TV afin de faire entendre leur point de vue. Après la lecture de ce communiqué, les mercenaires médiatiques sont rentrés à Lima. Depuis, les ronderos de Chadin sont accusés sans cesse de kidnapping par les médias, et l’élite politique mais aussi par….le ministre de l’intérieur de Pedro Castillo. Le parquet a ouvert une enquête. Les ronderos risquent 30 ans de prison.

Il s’agit bien sûr d’une énième offensive médiatique pour tenter de couper Castillo des bases populaires qui le soutiennent. Mais c’est aussi deux mondes qui s’affrontent, deux visions radicalement différentes, deux réalités qui cohabitent sur le même territoire.

Quelques jours après les faits, et pour donner de la voix dans le torrent d’immondices médiatiques, les ronderos du district de Chota (dont dépendent ceux de Chadin) ont organisé une manifestation. Aucun « journalistes » de Lima ne s’est déplacé pour les écouter, pour donner l’autre point de vue.

Le seul média présent, c’était Les 2 Rives. Exclusivité mondiale, donc ! Profitez-en