Le président Nicolás Maduro Moros a tenu une réunion virtuelle avec Michelle Bachelet, l'actuelle Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, à qui il a montré l'importance des faits et des témoignages réels de la situation des droits de l'homme dans le pays avec le rapport La Verdad de Venezuela contra la infamia (La vérité du Venezuela contre l'infamie).

"J'ai tenu une vidéoconférence fructueuse avec le Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Michelle Bachelet. Nous réitérons notre volonté de collaborer avec ses bureaux à Genève et au Venezuela, et nous progressons dans l'établissement d'un dialogue respectueux des droits de l'homme dans notre pays", a écrit le Dignitaire dans son compte Twitter.

Pour sa part, le ministre des affaires étrangères Jorge Arreaza a déclaré que la réunion était "un dialogue constructif, respectueux de la garantie des droits de l'homme de notre peuple".

"Le président a expliqué au Haut Commissaire l'importance du rapport sur la Vérité du Venezuela en termes de droits de l'homme. Le gouvernement bolivarien continue à être actif dans tous les espaces de l'ONU, en défense du multilatéralisme, du respect du droit international et de la paix", a ajouté le diplomate de haut rang dans son compte @jaarreaza, qui a également participé à la vidéoconférence.

Le rapport officiel du gouvernement bolivarien fait face aux mensonges répandus par un groupe de prétendus experts engagés et payés par les les gouvernements de droite qui constituent le cartel de Lima, et fait croire au monde entier, sous couvert de tromperie médiatique, que le document résumait les conclusions de l'ONU concernant le Venezuela.

Les trois "experts", dont l'un est un défenseur bien connu de la dictature d'Augusto Pinochet au Chili, auraient été financés avec un montant allant de 3 à 5 millions de dollars pour réimprimer un dossier de fausses accusations contre le Venezuela, dont le contenu avait déjà été présenté dans le passé par Luis Almagro, un employé de l'Organisation des États américains (OEA) discréditée.

 

Source: VTV - Traduction: Romain Migus