Le gouvernement de Donald Trump a averti les gouvernements étrangers, les ports, les compagnies maritimes et les assureurs qu'ils pourraient faire face à des sanctions sévères s'ils aidaient la flotte de pétroliers iraniens transportant du carburant vers le Venezuela, a déclaré Elliott Abrams à Reuters vendredi, en cherchant à empêcher d'autres expéditions.

Le représentant spécial des États-Unis pour le Venezuela a déclaré que la campagne de pression est menée "pour s'assurer que tout le monde reconnaisse qu'aider [le Venezuela] serait une transaction très dangereuse".

Quatre pétroliers iraniens sont arrivés dans les eaux vénézuéliennes pour livrer du carburant, tandis qu'un autre est en route, signe de l'approfondissement des liens entre le Venezuela et l'Iran, pays de l'OPEP qui ont des relations tendues avec les États-Unis.

"Nous avons alerté la communauté maritime du monde entier, les armateurs, les capitaines de navire, les assureurs de navires, et nous avons alerté les ports sur la route entre l'Iran et le Venezuela", a déclaré M. Abrams dans une interview, ajoutant que des avertissements diplomatiques ont été envoyés en privé aux gouvernements "du monde entier".

Une personne connaissant bien l'affaire a déclaré que l'un d'entre eux était Gibraltar, qui se trouve sur la route des pétroliers. Un fonctionnaire américain a rapporté que plusieurs pays avaient été priés de refuser des services portuaires.

"Je ne pense pas que vous trouverez des propriétaires de navires, des assureurs, des capitaines et des équipages prêts à s'engager dans ces transactions à l'avenir", a déclaré M. Abrams.

Le fonctionnaire a prédit que le carburant ne durerait que quelques semaines et serait principalement détourné au profit de la loyauté du président Nicolas Maduro. La pénurie a été exacerbée par les sanctions américaines contre le leader socialiste, dont le gouvernement a provoqué un effondrement économique.

 

Source: Matt Spetalnick y Humeyra Pamuk (Reuters) - Traduction: Romain Migus