Les États-Unis prévoyaient d’envahir l’espace radio-électrique du Venezuela

[TTW_POST_TERMS_ICON taxonomy="post_tag" ]
20 juillet 2020
[TTW_POST_TERMS_ICON taxonomy="post_tag" ]

Le Venezuela a vérifié l’affirmation du président Maduro selon laquelle les États-Unis prévoyaient d’envahir l’espace radio du pays sud-américain en passant par la Guyane.

« La dénonciation par le président Nicolas Maduro de la politique illégale annoncée par les porte-parole américains pour envahir notre espace radioélectrique est vérifiée. Le gouvernement du Guyana reconnaît avoir reçu la demande de Washington et a refusé de se prêter à la déstabilisation du Venezuela », a déclaré le ministre des affaires étrangères du Venezuela, Jorge Arreaza, dans une déclaration publiée samedi sur son compte Twitter.

Les mots du haut diplomate vénézuélien font référence à la demande des États-Unis d’utiliser les infrastructures guyanaises pour transmettre le signal du média américain Voice of America (VOA) au Venezuela.

Cependant, le même jour, le Guyana Chronicle a rapporté que cette demande du gouvernement américain, dirigé par Donald Trump, a été complètement rejetée par les autorités guyanaises.

Les États-Unis préparent une nouvelle stratégie contre le Venezuela et disent qu’ils utiliseront les médias dans le cadre de leur campagne pour faire pression sur Maduro.

« Il n’est pas dans notre intérêt national de faire quoi que ce soit qui puisse contribuer à déstabiliser les relations » avec le Venezuela, a souligné la directrice de la communication de la présidence guyanaise, Ariana Gordon, citée par le même magazine.

Les déclarations d’Arreaza font suite à celles de Maduro, dans lesquelles il dénonçait la guerre médiatique menée par les Etats-Unis contre son pays : « Ils génèrent l’information, le reportage, comme une guerre médiatique systématique et ensuite ils la reproduisent dans la presse, à la télévision, à la radio », a déploré le président.

Les autorités vénézuéliennes affirment que le locataire de la Maison Blanche a durci sa campagne d’accusations contre Caracas dans une tentative désespérée de gagner des voix et d’être réélu aux élections présidentielles de novembre 2020.

 

Source: HispanTV – Traduction: Romain Migus