Plus de 11.300 personnes ont été arrêtées et 2.500 emprisonnées au Chili durant la révolte sociale entre octobre 2019 et mars 2020, estime le rapport mensuel de l’Institut chilien des droits de l’homme (INDH). Pour les avocats et les parents de prisonniers, il s’agit d’un instrument de répression politique.

Dans une interview avec Sputnik, l’avocat Nicolás Toro soutient que les crimes pour lesquels ils sont accusés « ne ferait pas même l’objet d’une détention préventive dans un autre contexte », mais ils maintiennent aujourd’hui plus de 2.000 Chiliens en prison, selon l’INDH. Selon lui, on n’avait pas vu une telle mesure « depuis l’époque de la dictature ». « Cela semble être davantage un instrument de répression politique visant à contenir tout type de dissidence ou de protestation », a-t-il déclaré.

Il y a actuellement 2.500 personnes en détention préventive dans tout le pays, des hommes et des femmes – ces dernières en plus petit nombre – dont la plupart sont des jeunes détenus dans des prisons avec des prisonniers de droit commun. Parmi eux se trouvent de nombreux mineurs détenus dans des centres gérés par le tristement célèbre Service national des mineurs (Sename).

Des personnes qui, dans le contexte de la crise sanitaire due au coronavirus, se retrouvent démunies face à un État qui maintient les prisons surpeuplées et insalubres, un terrain propice à la propagation de la pandémie.

Ce qui est plus grave, c’est que beaucoup d’entre eux pourraient être chez eux, en quarantaine avec d’autres mesures de précaution, puisque les peines auxquelles ils sont exposés seraient inférieures au temps qu’ils ont déjà passé en détention préventive.

« Dans un autre contexte, les mesures de précaution des accusés et des prévenus actuels seraient moins lourdes que la détention préventive. Avant la promulgation de la « loi contre le vol et les barricades », les crimes étaient des désordres publics et ils purgeaient leurs peines en liberté avec un engagement écrit, une interdiction de quitter le territoire ou une assignation à résidence partielle ou totale », a déclaré l’avocate de la défense Yanira González à Sputnik.

Et elle ajoute : « Aujourd’hui, l’aberration est telle que des enfants qui n’ont fait que manifester, qui n’ont jamais eu de contact avec le monde carcéral, se retrouvent aujourd’hui emprisonnés avec tout ce que cela signifie, dans le contexte d’urgence sanitaire, en plus de la prétendue émeute et de la tentative d’évasion à Santiago — un complexe pénitentiaire où sont en détention préventive la plupart des personnes accusées issues de l’explosion sociale de Santiago — la situation est très grave et leur intégrité physique et psychologique est sérieusement menacée. L’assignation à résidence totale, et plus encore dans ce contexte des mesures contre COVID-19, répond parfaitement à l’objectif du processus pénal ».

L’explosion sociale au Chili et l’emprisonnement politique

Il s’agit d’une réalité rendue invisible par les médias, ignorée par les organisations des droits de l’homme, et qui réunit à la fois des opposants et des partisans, puisqu’il s’agit souvent d’actions directes liées à l’utilisation de cocktails Molotov ou à l’érection de barricades, qui se produisent dans le contexte de bouleversements sociaux.

Les procureurs et les tribunaux ont demandé et imposé des mesures de précaution massives contre les détenus du soulèvement social qui a commencé en octobre au Chili, plus de 25.000 au total, y compris les prisons préventives.

Plusieurs professionnels des droits humains avertissent que ces mesures sont utilisées pour criminaliser et punir la protestation, mais surtout pour intimider ceux qui manifestent contre le gouvernement et le système politico-économique.

Pour Toro, il ne fait aucun doute que les personnes détenues lors des manifestations « sont des prisonniers politiques, en premier lieu, parce qu’ils soutiennent des actions de rejet du modèle néolibéral et que c’est pour cela qu’ils sont en prison. Je fais référence à toutes les personnes qui sont en détention préventive à cause de la loi sur le contrôle des armes, des incendies ou différentes perturbations, comme des barricades, toutes choses qui impliquent des actions directes contre le modèle ».

Il poursuit : « Deuxièmement, nous pouvons examiner les lois qui leur sont applicables. Il y a ceux à qui la Loi de Sécurité de l’Etat est appliquée, une loi absolument politique, promulguée en 58 comme réponse à la rébellion de 57 pendant le gouvernement de Ibáñez (Carlos Ibáñez était président entre 1952-1958), également une révolte sociale qui a commencé par la hausse des tarifs des transports et a débouché sur un État de siège et des militaires dans les rues ».

À ce jour, 45 personnes ont déjà été inculpées d’infractions à la loi sur la sûreté de l’État, dont 17 sont en prison. Cela s’ajoute à la récente invocation de cette loi par le ministère de l’Intérieur dans 16 plaintes contre les jeunes dirigeants de l’ACES (Assemblée coordinatrice des étudiants du secondaire) pour boycottage du PSU, en plus de celle déposée contre le militant du Mouvement de la gauche révolutionnaire (MIR) Jaime Castillo Petruzzi, pour des propos tenus lors du lancement d’un livre par la Coordinadora Arauco Malleco.

Pour le criminaliste Julio Cortés, il y a une prise de conscience de la part des autorités du caractère politique des actions des manifestants dans le cadre de la révolte, mais ils tentent de la dissimuler en appliquant le droit commun et en classant les manifestants comme des criminels.

« En ce qui concerne les autres crimes « subversifs » tels que l’utilisation d’engins incendiaires et les attaques contre l’autorité, il n’y a pas beaucoup de doute sur la nature politique des actions, bien que l’État cache la justification politique évidente de la répression basée sur la loi sur le contrôle des armes et des explosifs. La motivation politique est encore plus cachée lorsque les événements sont classés comme des incendies criminels », a déclaré l’avocat pénal Julio Cortés à Spoutnik.

Il ajoute : « Un élément supplémentaire à souligner est que la qualification du caractère politique d’une action – et de la répression qu’elle déclenche – doit tenir compte du contexte de l’événement et de la perception qu’en ont les protagonistes.

Pour Cortés, et l’historien Furio Jesi l’explique bien, en soulignant que « la révolte est une bataille à laquelle on choisit de participer délibérément », et que « la plupart de ceux qui participent à une révolte choisissent d’engager leur propre individualité dans une action dont ils ne peuvent ni connaître ni prévoir les conséquences ».

Muriel Torres Bolivar le sait bien, compagne et belle-sœur des frères Christian et Rodrigo Sanhueza, accusés de fabriquer des armes incendiaires et détenus dans la prison de Santiago.

Muriel, qui a été arrêtée avec sa famille, a parlé à Sputnik : « Pour moi, comprendre ce qu’est une mesure de sûreté est d’actualité, car avant je n’avais aucune idée de ce jargon de pénal ».

Pour Muriel, ces mesures « sont très abusives, elles sont très extrêmes », et elle considère qu’il s’agit de formes de répression « pour que nous ayons peur, pour que nous ne sortions pas parce que ce n’est pas possible que mon compagnon, mon beau-frère, la plupart des enfants n’aient pas d’antécédents, qu’ils soient étudiants, travailleurs, qu’ils aient une famille stable et qu’ils soient quand même emprisonnés avec ces mesures de sûreté qui sont super-répressives ».

Hiram Villagra, avocat de la Corporation pour la promotion et la défense des droits du peuple (CODEPU), qui est intervenu lors d’une conférence de presse, a expliqué que le crime politique est défini par deux critères, l’un objectif, le bien juridique qu’il attaque ; et l’autre subjectif, le but pour lequel il est commis.

Dans ce cas, pour le professionnel, le but avec lequel les jeunes qui ont été emprisonnés pendant les mobilisations agissent est une politique « de protestation et de lutte sociale ».

Pour Villagra, il est paradoxal que les personnes accusées de pillage soient libérées plus rapidement, « parce qu’elles sont détenues uniquement pour un crime contre la propriété », contrairement aux « personnes qui construisent des barricades, considérées comme un danger pour la sécurité de l’État ». Ce sont des prisonniers détenus en raison de leurs actions politiques contre le système, et en ce sens, ce sont des prisonniers politiques », a-t-il déclaré.

Pourquoi les manifestants sont-ils arrêtés au Chili ?

Un autre précédent pour les avocats défendant des prisonniers politiques est que plusieurs d’entre eux ont été suivis et détenus par le département OS9 des Carabiniers, une unité d’enquête spéciale visant à lutter contre les organisations criminelles.

C’est le cas des frères Christian et Rodrigo Sanhueza Zúñiga, détenus par cette unité alors qu’ils rentraient chez eux, après avoir participé le 3 janvier à une mobilisation organisée sur la Place de la Dignité.

« Nous allions aux marches tous les vendredis, tous les vendredis étaient sacrés, nous y allions en grand groupe, dix, quinze toujours nombreux, et ce jour-là par hasard tout s’est effondré et il ne restait que nous trois. Nous étions tous les trois sur la Place de la Dignité, nous étions là à Bastamente, nous avons vu que l’église des carabiniers brûlait et nous nous sommes rendus à l’église pour voir ce qui se passait », a-t-il dit à Sputnik Muriel, la compagne de Christian Sanhueza.

« Ce jour-là, il y avait des papiers colorés à Alameda, c’était très beau et nous avons vu que l’église brûlait. Puis la répression a commencé, nous avons fait marche arrière, nous sommes restés un moment, en sautant, en criant et nous sommes partis. J’y allais toujours en voiture parce que j’y allais après le travail », se souvient Muriel

Elle ajoute : « Quand nous sommes partis, nous descendions la rue du Portugal au carrefour avec Porvenir, en attendant le feu rouge, et de 4, 5 voitures qui nous entouraient, des civils sont sortis avec des armes, avec des gilets pare-balles. J’ai cru que c’était un vol, parce qu’ils disaient : « Les mains en l’air ! Les mains en l’air ! » Et je n’ai pas compris, je n’ai vraiment pas compris. Que se passe-t-il, je ne comprends pas, prenez la voiture, emmenez-la, je disais : « Arrêtez, calmez-vous ».

C’est à ce moment que Muriel Torres, face à l’insistance de la police pour qu’elle lève les mains, et après avoir perdu de vue son compagnon et son beau-frère, se retourne et voit qu’ils sont tous deux menottés. Elle n’a pu distinguer s’il s’agissait de carabiniers (police en uniforme) ou de la police de la Sûreté qu’au moment où elle est arrivée à la caserne.

Ils nous ont tous emmenés dans des voitures différentes au poste de police de la 33e, et là j’ai su que c’était OS9 qui nous arrêtait, et ils ne m’ont donné aucune information jusqu’à ce que ma belle-famille arrive et qu’ils leur disent : « vos enfants voulaient tuer les pacos, ils voulaient tuer les flics, et je n’ai pas compris ce qui s’est passé », se souvient Muriel, qui a été libérée la même nuit.

Selon le dossier, les trois jeunes n’ont pas été informés des raisons de leur arrestation. Une fois à l’unité de police et après plusieurs heures, ils ont appris que les deux frères étaient accusés de fabriquer des armes incendiaires et étaient poursuivis en vertu de la loi sur le contrôle des armes.

Depuis lors, la famille des deux jeunes gens, y compris Muriel, a eu d’énormes conséquences, qu’ils n’auraient d’ailleurs pas pu prévoir, comme l’a expliqué Jesi.

« C’est terrible parce que ça change tout, tout. Je veux dire, tout, dans le déroulement de la semaine. Du lundi, jour des colis (nourriture et articles de toilette qui sont remis aux prisonniers), au jeudi jour des visites. Que l’argent ne serve plus à autre chose, aux affaires des enfants, à dépenser pour aller en prison, alors, économiquement, c’est une très grosse dépense. Sur le plan émotionnel, c’est terrible, car si j’ai perdu mon compagnon et mon beau-frère, ma belle-mère, elle, a perdu deux enfants ».

Une manifestante emprisonnée, la seule à Santiago

L’un des cas les plus dramatiques, parmi les milliers de détenus, est peut-être celui de la jeune Paula Cisternas Armijo, la seule femme détenue à Santiago en raison de l’explosion sociale. Elle a 22 ans, était sur le point de devenir technicienne vétérinaire, féministe et végétalienne, et a été arrêtée le 16 décembre 2019 au cours d’une vaste et excessive opération.

Plusieurs fourgons de police et plus de 50 policiers ont été utilisés uniquement pour arrêter la jeune femme sur la voie publique, un moment qui a complètement changé sa vie.

« Beaucoup d’angoisse, pour être la seule inculpée suite aux protestations, les prisonnièrs ont leurs codes et leurs modes d’organisation que je ne connais pas et que je ne partage pas. Malgré cela, quelques prisonnières m’aident à comprendre ce monde et à pouvoir y faire face, sans devenir folle », déclare Paula dans un témoignage écrit envoyé à Spoutnik.

Le mandat d’arrêt a été émis par le 8e tribunal. Elle et son compagnon ont été accusés d’avoir mis le feu à une succursale du Banco Estado le 6 novembre 2019, dans le cadre de manifestations et d’une marche vers un centre commercial dans le district de Providencia.

Une affaire qui n’est pas sortie de la controverse, car l’enquête a été menée par le PDI (police civile), en se basant principalement sur les caméras de surveillance existantes dans la banque et les locaux environnants, une version remise en cause par la défense de Paula.

« Le feu n’a jamais pris, ce n’a été qu’une flambée qui, en quelques secondes, a été éteinte, sans générer de dégâts d’une telle ampleur. Les photos et vidéos qui ont été montrées lors de l’audition ont été truquées, de telle sorte que le feu semble durer plus longtemps et que son image soit marquante. Bien que l’accusation n’avait pas de rapport d’expertise pour prouver l’incendie de la succursale, la décision du tribunal a été d’ordonner la mesure de précaution la plus lourde, quatre mois de détention préventive, ce qui n’a pas de précédent », a déclaré M. Gonzalez.

Ces mois de détention pour Paula Cisternas l’ont non seulement profondément affectée, mais aussi toute sa famille. « J’ai l’impression d’avoir perdu un temps précieux, ma famille est brisée, j’ai travaillé pour récolter de l’argent et mes anciens amis se sont éloignés. Cependant, quelques bonnes personnes sont entrées dans ma vie et m’aident à faire face à tout ce qu’implique l’emprisonnement : les courses, les visites et bien d’autres choses encore ».

La jeune femme se sent « prisonnière de la révolte », qu’elle est emprisonnée pour avoir participé aux mobilisations, « Je crois que les injustices qui nous entourent rendent urgent de bouger et de contribuer à ce que les choses changent et que les inégalités et les abus cessent maintenant !

Elle dit qu’elle ne regrette pas d’avoir participé malgré ce qu’elle a dû subir ces derniers mois. « Je ne le regrette pas, nous devons protester. Cependant, dans ce lieu, on remet tout en question, même ainsi, je crois toujours qu’il faut se battre pour que les injustices cessent et je manifesterai, mais d’une manière différente ».

La justice est aveugle

Si pour les avocats des droits de l’homme, il est déjà grave que près de 2 500 personnes impliquées dans la révolte sociale soient en détention préventive, la situation est encore pire lorsque, en pleine crise sanitaire COVID-19, elles sont maintenues en détention et peuvent faire l’objet d’autres mesures de sûreté qui exposent leur santé physique et mentale.

Selon lui, cette situation est encore pire, car cette lourde disposition de précaution continue d’être appliquée, comme dans le cas des 44 détenus de la première ligne, dont la liberté a été révoquée par la Cour d’appel de Santiago et qui ont été placés en détention provisoire le 13 mars dernier. Cette mesure confirme le contexte idéologique existant, puisque dans ce cas la majorité sont poursuivis pour trouble à l’ordre public, ce qui entraîne une peine de 61 jours de prison.

Une mesure qui contraste paradoxalement avec ce qui se passe avec ceux qui ont commis des violations des droits humains, comme les cas emblématiques de Gustavo Gatica et Fabiola Campillai qui ont complètement perdu la vue suite à l’action répressive de la police, et où aucun fonctionnaire n’a été poursuivi, ni avec aucune mesure de sûreté.

 

Carolina Trejo

 

Source: Sputnik - Traduction: Venesol