Le Venezuela impose ses conditions pour la reprise de la vente de pétrole aux USA et à l’UE

[TTW_POST_TERMS_ICON taxonomy="post_tag" ]
14 mars 2022
[TTW_POST_TERMS_ICON taxonomy="post_tag" ]

Le Venezuela assure qu’il ne reprendra pas ses exportations de pétrole avec les pays européens et les États-Unis tant qu’ils ne reconnaîtront pas Nicolás Maduro comme président.

Dans le cadre du Forum diplomatique d’Antalya (Turquie), le chef de la diplomatie de l’Union européenne (UE), Joseph Borrell, et le ministre vénézuélien des Affaires étrangères, Félix Plasencia, ont abordé samedi plusieurs sujets, tels que les conséquences de l’opération militaire russe en Ukraine, le commerce du pétrole et la possibilité d’un allègement des sanctions qui pèsent sur le pays sud-américain.

Commentant le récent rapprochement de Washington avec Caracas à la recherche d’alternatives au pétrole russe, après que la Maison Blanche a décidé de couper les importations de brut russe en raison de l’opération en Ukraine, le chef d’État vénézuélien a déclaré que les sanctions occidentales contre le Venezuela « sont inacceptables et violent le droit international et la dynamique entre nations civilisées » et a ajouté que, si l’Europe et les États-Unis veulent du pétrole vénézuélien, ils doivent lever ces embargos et reconnaître le gouvernement légitime de Maduro.

« Nous avons une relation commerciale pétrolière de 100 ans avec les États-Unis. Nous ne les avons pas mis hors d’état de nuire, ils sont partis pour mettre en place des mesures coercitives. Maintenant, ils veulent revenir. Eh bien, s’ils acceptent que le seul gouvernement légitime du Venezuela est celui dirigé par le président Nicolás Maduro, bienvenue aux compagnies pétrolières américaines et européennes », a déclaré M. Plasencia.

Maduro : le Venezuela est prêt à augmenter sa production de pétrole

M. Plasencia a souligné que le Venezuela produit un million de barils par jour et a déclaré que ce pompage passera à deux millions d’ici la fin de 2022 « avec des partenaires fiables, tels que la Russie, la Chine et l’Iran », bien qu’il soit toujours possible d’étendre ce commerce aux États-Unis, a-t-il déclaré.

Pour leur part, les membres de l’équipe d’accompagnement de M. Borrell considèrent que la crise en Ukraine suite à l’opération militaire russe a motivé « une opportunité » pour le Venezuela de démontrer sa réceptivité en répondant aux demandes des pays européens, de sorte qu’ils voient la levée des sanctions contre le pays bolivarien comme possible.

Maduro a confirmé qu’il avait reçu le 5 mars une délégation envoyée par le président américain Joe Biden au palais de Miraflores. Cette visite a eu lieu malgré le fait que les deux pays n’entretiennent pas de relations en raison des actions hostiles de Washington, telles que l’intervention dans les affaires intérieures de Caracas, les tentatives de renverser le gouvernement de Maduro et l’imposition de sanctions sévères à la nation bolivarienne.

 

Source: HispanTV – Traduction: Romain Migus