Depuis janvier, dans le cadre de la campagne pour les élections présidentielles de 2021 au Pérou, un spot télévisé nous met en garde contre le danger d'une Assemblée constituante. Alors que des images d'affrontements de la grève agraire et d'une main poussant des dominos apparaissent, un narrateur à la voix grave et lente, accompagné d'une musique de suspense, raconte ce qui suit :

"Le Pérou est attaqué. Des mains perverses s'infiltrent dans les besoins légitimes du peuple afin de faire tomber ce que tous les Péruviens ont construit ensemble. Maintenant, il s'agit d'agro-exportations, mais elles vont beaucoup plus loin. Il s'agit d'une offensive qui ne s'arrêtera pas avant d'avoir fait s'effondrer un à un tous les secteurs économiques, détruisant des centaines de milliers d'emplois. Comme au Venezuela, en Bolivie et au Chili, ils génèrent l'anarchie pour demander une Assemblée constituante ?"

Le spot, qui fait partie de la campagne "Défenseurs de l'investissement" promue par l'organisation de droite LAMPADIA, est le signe que nous vivons une situation extrêmement particulière : il est question d'une nouvelle constitution dans le débat public. La crise apparaît au-dessus de l'ordre. Avant 2020, prévoir quelque chose comme cela était inouï, car seules quelques minorités défendaient le changement total de notre constitution de 1993, et cela n'avait que peu d'écho dans les médias. Cependant, la situation s'est inversée. Aujourd'hui, la discussion est si forte que seule une minorité est contre le changement constitutionnel. Selon un sondage réalisé en décembre 2020, 49 % des personnes interrogées souhaitent apporter quelques changements à la constitution actuelle, 48 % veulent une nouvelle constitution et 2 % disent qu'il ne faut rien changer.2 Ainsi, seule une minorité comme LAMPADIA souhaite que la constitution reste telle quelle.

Les positions ont évolué et la nouvelle constitution n'est plus un sujet tabou. Tous les acteurs ont une opinion à ce sujet. Ce n'est pas seulement la gauche, qui a parlé de manière solitaire pendant de nombreuses années d'une nouvelle constitution, mais c'est maintenant un sujet réapproprié par différentes forces politiques. Si lors des élections générales de 2016, seules 4 organisations sur les 19 qui ont participé ont proposé dans leurs projets de gouvernement la possibilité d'une Nouvelle Constitution, aujourd'hui, lors des élections de 2021, où 18 organisations participent, il y a 10 forces politiques qui proposent la Nouvelle Constitution. Sur ces 10 partis, 7 proposent l'assemblée constituante comme mécanisme de changement. C'est un changement considérable. En outre, d'autres faits attirent l'attention sur la diffusion de la Nouvelle Constitution : au Congrès, il y a trois mois, le groupe "Nouvelle Constitution" a été créé (formé par d'anciens députés d'Acción Popular et d'Unión por el Perú), Vizcarra propose une assemblée constituante dans sa campagne, Guzmán parle d'une commission de haut niveau pour analyser le sujet, les slogans sur la nouvelle constitution sont diffusés avec plus de résonance dans les marches, etc. Les limites de notre politique, jalousement gardées par les classes dirigeantes, sont en train de déborder et c'est pourquoi la campagne de peur des élections de 2021 commence si tôt.

La Nouvelle Constitution apparaît dans la crise de l'une des premières expériences hégémoniques au Pérou, c'est-à-dire le schéma de pouvoir né dans les années 1990 sous l'autoritarisme de Fujimori et réformé lors de la transition démocratique de 2001. Par rapport au reste de l'histoire péruvienne caractérisée par des coups d'État, l'hégémonie actuelle a bénéficié d'une grande stabilité, mais depuis les résultats des élections de 2016, elle a commencé à afficher un déclin remarquable. Pour la première fois, les résultats ont annoncé que le côté gagnant du pouvoir exécutif, représenté par l'investisseur Pedro Pablo Kuczynski, aurait un banc très minoritaire au Congrès. En outre, le camp perdant du second tour, le Fujimorisme dirigé par Keiko Fujimori, disposait d'une large majorité au Congrès. Depuis cet espace, le fujimorisme a lancé des attaques systématiques contre le pouvoir exécutif, dans un contexte institutionnel qui offre de nombreux avantages aux majorités du Congrès, ce qui a généré une crise politique qui dure jusqu'à aujourd'hui.

Depuis 2016, des événements anormaux se sont produits au sein de cette hégémonie néolibérale. Par exemple, les conflits entre la présidence et le congrès, les cas gigantesques et médiatiques de corruption de la classe politique et des affaires, comme l'affaire Odebrecht, le pardon présidentiel accordé à Fujimori, la partialité et la corruption exposées au grand jour d'institutions de l'État telles que le Bureau national des processus électoraux et le Conseil national de la magistrature, la réforme de certains articles de la constitution par référendum, la dissolution du congrès, etc. Les promesses de la transition de 2001 concernant le rétablissement de l'institutionnalité démocratique ont été progressivement brisées. À certains moments, il semblait que nous étions de retour dans les années 1990, avec Alberto Fujimori en liberté, le fujimorisme avec une majorité au Congrès et le bureau du procureur général coopté par des intérêts mafieux. Sans la pression de la rue, ce processus de dégénérescence démocratique aurait été plus rapide.

Malgré tous les problèmes, plus situés dans les niveaux institutionnels des hautes sphères du pouvoir, il restait la grande base de la démocratie péruvienne du XXIe siècle : la stabilité économique. Malgré l'ombre du passé, notamment les années 80 avec leur hyperinflation et le terrorisme, les résultats économiques et sociaux du 21ème siècle ont été définis comme un miracle. Bien que depuis 2013 la super croissance se soit arrêtée en raison de la chute du prix des minerais, la solidité macroéconomique a tout de même été maintenue, comme une faible inflation (2,1% en 2019) et des réserves internationales élevées (équivalentes à 30% du PIB en 2019). De diverses régions du pays, on a prévenu que cela ne suffisait pas pour le développement car le modèle péruvien présentait de nombreuses faiblesses (fanatisme néolibéral, grands cas de corruption, criminalisation de la protestation, services publics de piètre qualité, etc.), mais les élites et une grande partie de la population semblaient rester à l'aise dans ce contraste permanent entre le passé et le présent. Puis vint la pandémie, la quarantaine et la récession économique avec ses résultats tragiques, le Pérou étant l'un des pays les plus touchés au monde en termes de santé et d'économie. Le charme néolibéral a été rompu et le pays a de nouveau connu des traumatismes historiques autour de l'inégalité, de la corruption de ses dirigeants et de sa place subalterne dans l'ordre mondial.

La vacance de la présidence de Vizcarra a accéléré la dégradation de notre politique, alors que des émeutes de rue ont éclaté pour influencer le cours du pays. La manœuvre désespérée de la majorité du Congrès et de l'extrême droite pour gagner le gouvernement a suscité une indignation générale rarement vue dans notre pays. Les mobilisations de rue ont toujours existé dans la politique péruvienne, mais l'ampleur nationale de celles de la fin 2020 était sans précédent. Le facteur populaire, visiblement actif pendant la crise sous la figure des travailleurs dans les rues défiant la quarantaine pour survivre, est apparu cette fois avec force sur le plan politique, sous la figure des foules pour expulser Manuel Merino de la présidence. Leur manœuvre ratée pour construire une légitimité au milieu d'un chaos pandémique a consisté en l'utilisation de la force brute et d'une rhétorique vide sur les procédures d'un ordre constitutionnel avec un faible consentement de la population. S'il est de bon sens de parler de la faiblesse de la société civile au Pérou, aux côtés de puissants mouvements sociaux et d'organisations dans d'autres pays de la région, il est nécessaire de souligner que nous sommes dans une crise qui modifie les modèles de pouvoir. Les positions communes de l'hégémonie actuelle ont été perturbées. Au milieu de ce désordre, le bref gouvernement Merino est né, et à ses côtés, les foules de la rue étaient vraiment fortes.

Le conflit national de novembre 2020 a favorisé, de manière inattendue, le tournant constituant de la politique péruvienne. La faiblesse du nouveau gouvernement, la répression, les victimes de l'État et les foules dans les rues ont antagonisé la situation entre un camp majoritairement démocrate et un camp minoritaire pro-coup d'État. Comme lors des conflits précédents qui se sont terminés avec succès pour la rue, la mesure cible contre laquelle on protestait a été inversée : Merino a démissionné et le congrès a été contraint d'élire comme président un législateur qui avait voté contre la vacance de Vizcarra. Un succès limité, de type défensif, classique dans la politique péruvienne controversée, car les éléments à l'origine du problème étaient toujours là, en toute impunité : les membres du Congrès vacants sont restés en poste, aucune réforme de la police n'est en cours, et il n'y a aucune responsabilité pour les morts et les blessés de la répression. Cependant, contrairement aux luttes précédentes et dans un contexte où l'incapacité de l'État à contrôler la vie était explicite, cette fois-ci, les effets de la rupture étaient imprévisibles. L'ébauche d'une future offensive contre l'hégémonie a commencé à prendre forme. La massivité, l'hétérogénéité et la simultanéité des mobilisations ont radicalisé le débat sur l'avenir du pays, au point que la question démocratique a échappé aux marges habituelles du changement, c'est-à-dire à la génération de réformes sur des aspects spécifiques par des commissions d'experts ou de politiciens. Nous ne disposons pas d'informations sur la manière exacte dont la Nouvelle Constitution est passée d'une question marginale à une question normale ; de futures recherches pourraient analyser cela, mais on peut souligner que l'exemple chilien et les réseaux sociaux ont été un élément important chez les jeunes.

Quoi qu'il en soit, la Nouvelle Constitution a rapidement transcendé l'espace des manifestations pour devenir un thème récurrent dans les médias et désormais aussi dans les élections générales de 2021. De nombreux acteurs qui, auparavant, auraient catégoriquement nié la possibilité d'avoir une nouvelle constitution, sont aujourd'hui contraints de faire des concessions plus ou moins importantes sur la question, car ils perçoivent un changement dans le sentiment populaire. C'est-à-dire que le sens commun péruvien est différent depuis novembre 2020.

La nouvelle Constitution est un champ de lutte. C'est un élément qui flotte dans la discussion politique, comme le prouve le spot examiné au début, et qui peut être approprié par différentes forces politiques. La validité de la Nouvelle Constitution dans le débat est relativement assurée par la profondeur de notre crise : la pandémie continue, l'économie mettra du temps à se rétablir, le prochain président aura des problèmes de gouvernement au milieu d'un congrès fragmenté et tendant à recourir à la motion de censure, les conflits sociaux peuvent marquer à nouveau l'agenda comme nous l'ont montré les marches de novembre et la grève agraire, les classes dominantes entreprennent diverses campagnes médiatiques pour défendre leurs privilèges acquis dans le cadre de la constitution de 93, et ainsi de suite. Les circonstances nous obligent à dessiner la stratégie politique dans ce tournant constitutionnel. Les forces politiques s'insèrent progressivement dans cet espace, comme en témoigne le scénario électoral de 2021.

Dans ce scénario, les gauches ont un avantage initial en raison de leur position explicite en faveur de la Nouvelle Constitution. Sans aucun doute, c'est une victoire de position que la Nouvelle Constitution, dans un pays aussi conservateur et néolibéral que le Pérou, soit maintenant pertinente en politique à partir d'une mobilisation populaire contre un coup d'état. La Nouvelle Constitution rejoint ainsi une série de luttes de longue haleine (féministes, indigènes, etc.) qui, au XXIe siècle, ont réussi à faire progresser les positions. Le sens et la relation de ces luttes ne sont jamais assurés et c'est une tâche permanente de les remplir de contenu transformateur, les empêchant ainsi de devenir des slogans vides. La nouvelle Constitution peut être le facteur d'articulation de ces luttes. La gauche peut collaborer à cette tâche lors des élections de 2021 et dans le processus long et conflictuel qui s'annonce, car une fois la crise placée au-dessus de l'ordre, il est compliqué de rééquilibrer les choses.

 

Alonso MARAÑON TOVAR

 

Source: Ojo Zurdo - Traduction: Romain Migus