Le président bolivien, Luis Arce, a lancé ce jeudi une miss en garde  contre les intentions de coup d'État des mouvements civiques d'opposition.

«Les déclarations des comités civiques montrent clairement leur intention de réaliser un coup d'État, ils ont laissé tomber le masque démocratique qu'ils voulaient montrer au peuple bolivien. Aujourd'hui, la droite est claire», a souligné le président lors d'un grand rassemblement populaire dans le département de Cochabamba.

Il a cité des propos du président du Comité civique de Santa Cruz, Romulo Calvo qui a déclaré «que le gouvernement de Lucho Arce doit être renversé ; mais, «depuis le Chapare, nous lui disons, avec le peuple bolivien, que nous ne le permettrons pas», a-t-il souligné.

Comité civique de Potosi et le Comité Pro Santa Cruz déclaré Luis Arce et son vice-président David Choquehuanca personna non grata et lancé des appels à renverser le gouvernement du Mouvement vers le Socialisme.

Les autorités boliviennes ont considéré ces actions d’actes de sédition, de terrorisme et de conspiration qui méritent une enquête.

Se référant aux desseins de ces secteurs de la droite, le président Arce a souligné devant des sympathisants du Mouvement vers le Socialisme à Cochabamba que «ce qu'ils n'ont pas gagné aux élections, ils veulent le gagner à nouveau par le coup d'État, parce que c'est tout simplement le seul mécanisme dont ils disposent, ils ont montré une incapacité totale à gérer l'État».

Il a par ces mots fait allusion au gouvernement de facto et à la rupture institutionnelle en 2019.

Le président bolivien a demandé au peuple de ne pas se laisser prendre au piège des mensonges, car l'opposition cherche à saper le soutien populaire au gouvernement national en désinformant sur les réalisations de son administration.

 

Source: Radio Havana Cuba