Il y a des fakes news qui sont ignobles tant elles vont à rebours de la réalité. Les forces de police du Nicaragua sont une des institutions de sécurité les plus respectées et admirées du continent. Alors que le reste de l'Amérique Centrale est plongé dans la terreur des bandes criminelles et des narco-trafiquants, l'insécurité inter-personnelle reste un problème important mais secondaire pour les Nicaraguayens. Tandis que l'insécurité arrive généralement en tête des préoccupations citoyennes dans la plupart des pays d'Amérique Latine, 75,1% des nicaraguayens pensent vivre dans un pays sûr)

L'image d'une police corrompu et meurtrière, forgée en 2018 par des entreprises de communications pour les besoins d'une tentative de changement de régime au Nicaragua, ne résiste pas à l'examen de la réalité. Le pays fêtait les 41 ans de l'institution policière, fille de la Révolution sandiniste de 1979. Les 2 Rives

La police nationale du Nicaragua est née du peuple nicaraguayen, elle a aboli les institutions armées installées, créées, organisées, financées et formées par les dirigeants américains pour maintenir une politique d'intervention permanente dans notre pays.

"Ces interventions ont provoqué la rébellion de notre peuple", a rappelé le président Daniel Ortega lors de la cérémonie du 41e anniversaire de la Police nationale.

Le commandant Daniel a évoqué les vieilles institutions créées dans les casernes américaines, tant celle du Panama que celles de différentes villes américaines, afin de maintenir le Nicaragua occupé.

En ce sens, "pour sauver le drapeau bleu et blanc du pays, soumis sous la botte de l'interventionnisme yankee, la révolution n'était pas simplement une prise de pouvoir du gouvernement, mais du pouvoir par le peuple", et cela a permis d'abolir, de faire disparaître la garde créée par les Yankees, qui ont assassiné des milliers de Nicaraguayens.

"Il n'y a pas eu de condamnation pour ces crimes, les organes qui apparaissent habituellement comme des instruments de politique, n'ont pas apparu", a déclaré Daniel.

De cette façon, a-t-il dit, la défaite de l'instrument de domination qu'ils avaient ici était forgée.

Les autorités gouvernementales qui "sont nées de la lutte du peuple, du sang versé par le peuple, d'où la naissance, dans ces circonstances historiques, du cœur du peuple, de l'Armée populaire sandiniste, et de la police sandiniste".

Le directeur de la Police, Francisco Diaz, a quant à lui souligné les initiatives en faveur de l'aide à la jeunesse, d'une culture de la paix, de la prévention de la violence des jeunes au sein de la famille et des quartiers sans addictions, pour prévenir la consommation de drogue.

La police nationale continue à suivre les directives du ministère de la santé et garantit l'accompagnement de milliers de médecins et de brigadiers qui se sont mobilisés dans les districts et les quartiers pour sauver des vies.

"Notre pays est une référence en Amérique latine en raison de ses excellents niveaux de sécurité, il n'y a pas de cartels, de bases ou de pistes de trafic de drogue clandestines", et nous empêchons également la drogue d'atteindre les pays du Nord, a-t-il déclaré. En outre, nous avons relancé 31 commissariats de police pour femmes, amélioré la couverture policière et renforcé notre service automatisé pour permettre aux gens de déposer plus facilement des plaintes en ligne".

Dans ce contexte, 1,76 million de services en ligne sont prévus pour cette année, alors que le Nicaragua a un taux d'homicide de huit pour 100 000 habitants, soit deux fois plus que les 19 de la région.

"En outre, a réaffirmé Diaz, 94,4 % des rapports sont des délits mineurs et l'efficacité de la police est de 84 %. De plus, de septembre 2019 à août 2020, nous avons saisi 4,67 tonnes de cocaïne, 3,66 tonnes de marijuana et 100 988 plants de marijuana".

Au cours de cette même période, 20,8 millions de dollars, 8,2 millions de cordobas et 322 armes à feu ont été saisis.

Dans la sphère domestique, plus de 400 000 opérations ont été réalisées pour protéger nos producteurs, avec 83 000 patrouilles, 9 998 visites d'exploitations agricoles et 63 615 couvertures d'activités productives, ce qui a permis d'éliminer 58 groupes criminels dans le secteur rural et montagneux, d'occuper 819 armes à feu et de récupérer plus de 2 000 véhicules.

 

Source: La Voz del Sandinismo - Traduction: Romain Migus