Le gouverneur de l'État brésilien de Rio de Janeiro, Wilson Witzel, a été destitué de ses fonctions par un tribunal mixte spécial, composé de juges et de députés, sur la base d'accusations de corruption durant son administration en pleine pandémie de Covid-19.

Le tribunal, composé de dix juges, cinq députés régionaux et cinq magistrats, a jugé que M. Witzel est coupable d'avoir commis des irrégularités dans divers contrats et d'avoir détourné des ressources publiques destinées à la lutte contre le Covid-19.

L'audience a également décidé, à la majorité de neuf voix pour et une contre, d'inhabiliter politiquement M. Witzel pour cinq ans, de sorte qu'il ne pourra pas être élu lors des élections prévues au cours de la période susmentionnée.

Le verdict du tribunal est l'aboutissement d'une longue procédure judiciaire ouverte en juin 2020 à l'Assemblée législative de Rio de Janeiro contre M. Witzel, qui avait déjà été suspendu de ses fonctions sur ordre de la Cour supérieure de justice (STJ).

Le parquet fédéral a découvert des liens entre le gouverneur et une organisation criminelle sophistiquée. M. Witzel est également soupçonné d'avoir reçu au moins 554 200 R$ (environ 100 000 USD) de pots-de-vin pendant la crise sanitaire.

Pour sa part, le gouverneur Witzel a publié une déclaration dans laquelle il a dit avoir reçu la décision de le destituer "avec un esprit démocratique et de la résilience". Il a également nié toutes les accusations portées contre lui.

"Je suis absolument serein quant à mon innocence ; j'ai été élu en ayant comme pilier la lutte contre la corruption et je n'ai à aucun moment abandonné ce drapeau", a fait remarquer M. Witzel, qui appartient au Parti social-chrétien (PSC), la formation dans laquelle se trouve le président Jair Bolsonaro.

"Je continuerai à exercer mes fonctions de gouverneur et je me préparerai à la défense ; je suis certain que les parlementaires jugeront les faits tels qu'ils se sont réellement produits", a-t-il conclu.

Rio de Janeiro est l'un des États brésiliens les plus touchés par la pandémie, avec près de 44 500 décès et plus de 740 000 cas de coronavirus, selon les données officielles. Il s'agit également de la destination touristique la plus populaire du pays et, au cours des deux dernières décennies, ses autorités ont été mises en cause pour corruption.

Le limogeage de Witzel confirme, de manière définitive, le vice-gouverneur Claudio Castro, lui aussi soupçonné de corruption, comme gouverneur de Rio jusqu'aux élections prévues en 2022.

 

Source: Telesur - Traduction: Romain Migus