Avec la ferme intention de relancer son économie, ébranlée par la tentative de coup d'État d'avril 2018, la pandémie de Covid-19 et les ouragans ETA et IOTA, le gouvernement du Nicaragua envisage une année 2021 marquée par des investissements dans différents secteurs.

Les plans annuels détaillent la nécessité d'une gestion prudente et responsable des finances publiques, pour contribuer concrètement à la croissance et au développement avec un budget général de plus de 81,5 milliards de córdobas, dont 57,1 % sont destinés aux programmes sociaux, 24,6 % au secteur de l'éducation et 21,1 % à la santé.

Selon le ministre des finances et du crédit public, Iván Acosta, le plan accorde une attention particulière à des questions telles que l'emploi, les collations, les cartables, l'enseignement de l'anglais, les bureaux, ainsi qu'à d'autres questions visant à assurer la rétention, l'inscription et la promotion de l'éducation.

De même, le budget pour le vaccin anti-Covid-19, qui s'élève à plus de 140 millions de dollars, a été assuré, négocié avec les organisations internationales afin de garantir que 100 % de la population soit inoculée.

Les priorités de cette année visent également à renforcer le secteur productif et les exportations, ainsi que les stratégies de lutte contre la pauvreté, composée de valeurs qui consistent en l'inclusion de la population historiquement exclue.

"Cette année au Nicaragua donnera une continuité aux programmes et aux projets visant à dynamiser le secteur productif, à garantir les droits légaux et la défense de la paix, afin d'assurer le bien-être des familles dans le pays et le développement économique", a déclaré Paul Oquist, secrétaire pour les politiques nationales.

Lors de la réunion tenue avec les représentants de différentes ONG, les fonctionnaires nicaraguayens ont détaillé les pertes économiques causées par la tentative de coup d'État ratée, qui s'élèvent à 27,8 milliards de dollars, ainsi que les coûts de la pandémie qui totalisent 2,4 milliards de dollars.

Cependant, les efforts du gouvernement du Nicaragua ont assuré le bien-être de la population, en menant diverses actions, ce qui a été possible parce que "nous avions les conditions qui avaient été construites auparavant, ce n'était pas un effort de dernière minute, c'étaient des actions avant une catastrophe imminente", a déclaré M. Acosta.

"Grâce à cela, nous avons pu disposer de 77 hôpitaux, 19 nouveaux et huit en construction, 143 centres de santé, 179 maternités, 11 732 lits, 562 unités de soins intensifs avec 450 ventilateurs, telles étaient les principales conditions pour faire face à la pandémie", a déclaré le ministre des finances.

Alors que M. Oquist a souligné que le Nicaragua a 94% des cas de recouvrement, le pourcentage le plus élevé de la région, un résultat atteint sans "fermer l'économie ou les écoles ou enfermer la population".

Le Nicaragua est le pays d'Amérique latine et des Caraïbes qui exporte le plus en 2020, malgré le fait que le passage des ouragans ETA et IOTA ait causé des dégâts de 76,1 % dans le secteur public et de 23,9 % dans le secteur privé.

 

Source: La Voz del Sandinismo - Traduction: Romain Migus