Le 30 septembre 2020, le conseil d'administration du Fonds monétaire international (FMI) a approuvé un nouvel accord économique de 6,5 milliards de dollars pour l'Équateur jusqu'en 2022. Cependant, comme dans la plupart des cas et des accords avec ce type d'organisation, il y a des exigences que l'État doit respecter.

Parmi ces exigences, qui ne sont pas du tout prometteuses pour le peuple équatorien, on peut citer les suivantes: Augmentation de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) à 15 % [actuellement de 12%, NdLR]; supprimer l'exonération de TVA pour les universités ; supprimer les remboursements de TVA aux personnes âgées, ou mettre en place une taxe sur la consommation d'essence, élargir l'assiette de l'impôt sur les télécommunications, introduire une taxe environnementale sur les émissions de CO2 et inclure les 13 et 14 mois de salaire dans le calcul de l'impôt sur le revenu.

Ces conditions sont établies dans le document de 129 pages publié le 5 octobre, qui détaille les dispositions que l'État équatorien doit respecter pour pouvoir prétendre aux 6,5 milliards de dollars, prêtés par le FMI.

Pour consulter le document du FMI (en anglais), page 15, cliquez ici

 

Source: Pichincha Comunicaciones - Traduction: Romain Migus