Le parlement du Guatemala empêche le président élu de prendre le pouvoir

[TTW_POST_TERMS_ICON taxonomy="post_tag" ]
15 janvier 2024
[TTW_POST_TERMS_ICON taxonomy="post_tag" ]

La cérémonie devait commencer à 15 heures, heure locale, après des mois de manœuvres judiciaires visant à empêcher M. Arévalo de devenir le président constitutionnel de ce pays d’Amérique centrale.
La prestation de serment des députés élus au Congrès a été suspendue il y a quelques heures en raison du fait que « la commission de vérification des pouvoirs a pris plus de temps que d’habitude pour commencer à qualifier les pouvoirs des députés élus », selon le député du Mouvement des semences, Román Castellanos.

Le même député a déclaré que la commission gâche le processus législatif en demandant ou en examinant « des documents qui ne sont pas nécessaires à l’entrée en fonction d’un député ».

Selon un autre législateur, José Inés Castillo, « ce qu’ils font, c’est retarder l’installation du Congrès, de la dixième législature, parce qu’ils ne veulent pas prêter serment au président Arévalo ».

Pour sa part, le président élu a publié un message sur son compte X dans lequel il assure que lui et la vice-présidente Karin Herrera sont prêts à assumer les nouvelles fonctions qu’ils ont remportées par le vote populaire.

Pendant ce temps, des milliers de personnes se sont rendues au Congrès guatémaltèque pour exiger que Bernardo Arévalo soit autorisé à prendre ses fonctions. Ils ont brisé certains cordons de sécurité et les médias locaux ainsi que les utilisateurs des réseaux sociaux font état de quelques affrontements avec la police.

« Je pense que les spéculations selon lesquelles la transition politique pourrait être déstabilisée se réalisent », a déclaré à la presse Sonia Gutiérrez, membre du parti de gauche Unité révolutionnaire nationale guatémaltèque (URNG-Winaq).

Depuis sa victoire aux élections d’août dernier, le leader du Mouvement des semences et président élu a fait face à plusieurs tentatives au sein du gouvernement pour empêcher son investiture. Depuis sa campagne, il a promis de mettre fin à la corruption, ce qui, selon lui, a provoqué une vague de critiques à son encontre de la part des élites politiques et économiques qui ne veulent pas perdre leurs privilèges. Pas plus tard que le 6 janvier, M. Arévalo a dénoncé une nouvelle tentative des procureurs du ministère public d’annuler les résultats des élections du 25 juin et du second tour du 20 août 2023.

La cérémonie de prestation de serment du 14 janvier se déroulera en présence des présidents du Chili et de la Colombie, respectivement Gabriel Boric et Gustavo Petro. Des délégations et des représentants des États-Unis et de l’Union européenne (UE) seront également présents. En fait, tant Boric que Petro ont exprimé leur soutien à Arévalo. Le dirigeant colombien a même accusé le bureau du procureur général du Guatemala d’être « l’orchestrateur d’un coup d’État ».

De son côté, le secrétaire général de l’Organisation des États américains (OEA), Luis Almagro, a lu une déclaration de la communauté internationale appelant le Congrès guatémaltèque à « respecter son mandat constitutionnel de remettre le pouvoir » à Bernardo Arévalo. Le communiqué a été signé par les chefs d’État, les chefs de gouvernement, les ministres des affaires étrangères et les hauts fonctionnaires des pays invités, par le secrétaire général de l’OEA, le haut représentant de l’Union européenne, Josep Borrell, et le secrétaire général ibéro-américain, Andrés Allamand.

Bernardo Arévalo a remporté le second tour des élections le 20 août avec 60,91% des voix contre sa rivale Sandra Torres, qui a obtenu 39,09% des voix, selon les données du Tribunal suprême électoral publiées le 28 août. M. Arévalo est ainsi devenu le premier président élu issu d’un mouvement de gauche depuis plus d’un demi-siècle dans ce pays d’Amérique centrale.

Un coup dur pour son parti

Alors que l’investiture d’Arévalo a été retardée, la Cour constitutionnelle du pays a refusé au mouvement Semilla une injonction qui permettrait à ses députés de continuer à siéger au Congrès de la République en tant que bloc législatif. Cela signifie que la suspension du parti a été ratifiée.

« Ici, au Guatemala, le Congrès de la République n’arrive toujours pas à se mettre d’accord sur la manière d’élire son conseil d’administration, qui doit installer le président Bernardo Arévalo », a écrit le président Petro sur le site de réseautage social X. « Le parti du président Arévalo, le parti majoritaire, a été privé de son statut légal », a-t-il expliqué.

Hormis les retards dans l’installation de la nouvelle législature, le reste des détails des cérémonies est prêt, selon le service de presse du Congrès, qui maintient une retransmission en direct depuis le palais législatif, bien qu’il transmette actuellement des résumés historiques de l’activité de cet organe de l’État.