Le président récemment nommé de l'entreprise publique Yacimientos de Litio Bolivianos, Marcelo Gonzalez Saique, a déclaré qu'il reprendrait la phase d'industrialisation du lithium et a annoncé qu'il avait pour mission d'installer des usines à cet effet.

"Nous avons les ressources humaines qualifiées, nous sommes prêts à entrer dans la phase d'industrialisation du lithium", a déclaré Gonzalez lors de sa prestation de serment, sans ignorer le revers que la direction de Jeanine Añez a représenté dans ce domaine : "Le défi est grand après avoir pratiquement arrêté notre usine pendant un an où nous n'avons même pas eu la commercialisation des produits", a-t-il déclaré après sa prise de fonction.

En annonçant cette nomination, le ministre des hydrocarbures et de l'énergie, Franklin Molina, a souligné l'importance d'articuler la politique énergétique car cette ressource, a-t-il dit, permettra le développement économique du pays et des régions productrices (les plus importantes sont Oruro et Potosi) grâce à sa forte valeur ajoutée, ainsi que la demande de piles au lithium sur le marché international.

Parmi les principales actions à entreprendre, M. González a mentionné la construction de nouvelles installations industrielles telles que des usines de lithium-ion et de cathodes dans les salines de Coipasa Uyuni (département d'Oruro) et de Pastos Grandes (Potosí), a rapporté PL.

Les activités de production de l'usine industrielle de chlorure de potassium et de l'usine semi-industrielle de carbonate de lithium ont été interrompues par Jeanine Áñez lorsqu'elle a pris la tête de l'exécutif par intérim en novembre 2019, a indiqué la firme.

Cette situation a été aggravée par la pandémie de Covid-19, qui a également eu des répercussions sur l'industrie en raison de la mauvaise gestion de la maladie et des restrictions rigides imposées en matière de quarantaine.

Le gouvernement du président Luis Arce encourage le projet d'industrialisation qui, dans une première phase, a commencé par la mise en place d'usines pilotes pour exploiter les ressources évaporatives des salines du pays.

"Des mesures très importantes ont été prises et, sans aucun doute, l'objectif final est de consolider ce processus (...) et la création d'innombrables sources d'emploi", a déclaré M. Molina.

Les gisements de lithium en Bolivie sont si importants, et ce minéral est aujourd'hui si fort sur le marché, que les politiciens boliviens et les observateurs étrangers ont considéré que sa possession faisait partie des raisons géostratégiques qui ont favorisé le coup d'État organisé par l'exécutif d'Áñez, bien que les auteurs intellectuels se trouvent ailleurs.

En avançant cette thèse, les analystes du Conseil latino-américain des sciences sociales ont affirmé qu'environ 85 % des réserves mondiales de lithium se trouvent dans le "Triangle du lithium", composé de l'Argentine, de la Bolivie et du Chili.

Ces réserves, selon une étude publiée par le Conseil, sont dans des conditions d'exploitation uniques et permettent donc des coûts de traitement et de production bien plus bas que les combustibles fossiles.

Selon l'analyse, le lithium est actuellement une ressource naturelle stratégique parce qu'il est consolidé comme un facteur clé dans la modification de la matrice énergétique - il est nécessaire pour fabriquer des accumulateurs électriques qui permettent de contenir l'énergie au moyen de ressources renouvelables - et, en outre, parce qu'il est un facteur déterminant dans la modification du schéma technologique, puisque les batteries dites lithium-ion seront, assure-t-il, "le moteur qui entraînera la mobilité dans les prochaines années grâce aux voitures électriques". En outre, ces piles sont utilisées dans presque tous les appareils électroniques portables tels que les téléphones portables et les ordinateurs.

La Bolivie cherche à devenir un acteur majeur sur le marché de l'énergie au lithium, a déclaré l'Agence Bolivienne d'Information.

 

Source: Juventud Rebelde - Traduction: Romain Migus