Pour Pablo Fernandez, directeur général du département droits de l'homme au ministère de l'intérieur, de la justice et de la paix, la journée internationale de la paix doit viser un seul objectif : garantir une vie digne à tous les peuples. La date commémorative à laquelle Fernández fait allusion est le 21 septembre. Elle a été décrétée par l'Assemblée générale des Nations unies en 1981 et ratifiée en 2001, afin de promouvoir un cessez-le-feu dans les conflits militaires et de permettre à l'aide humanitaire d'entrer dans les populations prises au piège de ces affrontements.

"La Journée internationale de la paix proposée par l'ONU nous invite à commémorer les idéaux de paix que chaque peuple et chaque nation du monde aspire à maintenir, conquérir ou retrouver. Et pour ce faire, nous devons travailler à la cessation des hostilités, mais en comprenant que lorsque nous parlons d'"hostilité", nous ne faisons pas seulement référence à celles qui se produisent dans une guerre conventionnelle. Aujourd'hui, l'hostilité se manifeste dans les conditions sociales, économiques, politiques et culturelles dont souffrent de nombreux peuples du monde", a déclaré M. Fernandez dans une interview accordée à Últimas Noticias.

Fernandez, en plus d'être le directeur des droits de l'homme au ministère de l'intérieur, est le secrétaire exécutif du Conseil général de la police. Fernandez soutient que les idéaux de paix sont atteints en s'efforçant d'affronter "la violence structurelle que le capitalisme impose par le sang et le feu dans son expression néolibérale ; de réduire la pauvreté et la faim ; de garantir la santé et l'éducation ; de réaliser l'égalité des sexes ; de fournir des services publics de base accessibles à tous ; de préserver l'environnement et de stopper le changement climatique ; bref, de conquérir la justice sociale".

Qu'a fait l'État vénézuélien pour maintenir les idéaux de paix ?

Nous devons comprendre que la paix n'est pas l'absence de conflits mais leur résolution honnête. Et au Venezuela, nous essayons d'y parvenir depuis de nombreuses années, malgré le fait que certains secteurs qui n'aiment pas du tout leur pays ont entrepris de saboter tous ces efforts pour mettre fin à l'hostilité entre compatriotes. Heureusement, et malgré les tentatives de torpillage du dialogue national, nous constatons que cette voie choisie pour construire la paix est celle qui s'impose.

La première partie intéressée par la paix dans la société est l'État lui-même. L'absence de paix conduit à l'ingouvernabilité. C'est pourquoi au Venezuela, depuis la rupture historique avec la période du Punto Fijo, un chemin commence à être emprunté (non sans obstacles et contradictions) pour construire une paix véritable et durable au Venezuela, sur la base d'un nouveau pacte social qui est incarné dans notre Constitution actuelle. Je me souviens du président Hugo Chávez, lors d'un événement à Charallave, dans lequel il a souligné que "la route de la révolution bolivarienne est la route de la paix". Fort de ces prémisses claires, l'État vénézuélien a assumé une politique d'orientation, qui est contenue dans la Grande Mission Cuadrantes de Paz comme une façon d'agir dans la construction, la consolidation et la défense de la paix au Venezuela.

Dans notre cas, par exemple, à partir du ministère du Pouvoir populaire pour les relations intérieures, la justice et la paix, qui est par nature un organe qui doit travailler à la construction des conditions de la paix sociale, a été créé à l'initiative du ministre Néstor Reverol, le Front préventif, qui répond aux orientations des Grande Mission Cuadrantes de Paz. C'est l'espace d'articulation plurielle pour le travail préventif que le ministère effectue au niveau national.

Que faut-il pour consolider ce que beaucoup appellent une "paix durable" ?

Nous devons surmonter l'ancienne conception de la paix comme simple absence de guerre (la célèbre pax romana) et également surmonter la vision naïve de la paix comme un état de bien-être qui est atteint sans effort et sans attention aux conflits (liée à la conception de la paix des Grecs). Pour parvenir à une paix durable, une paix active, nous devons commencer par comprendre que la paix est un droit de l'homme et une valeur fondamentale qui se conquiert chaque jour, qu'elle se construit à partir de l'action individuelle et collective lorsque le bien commun, le respect de la dignité de tous les êtres vivants et la justice sont mis au cœur de notre être et de notre agir. Il est naïf de penser que la paix est conquise une fois pour toutes. Elle doit être "nourrie" et surtout protégée quotidiennement contre ceux qui gagnent dans la violence, la division et la discorde sociale.

Quels sont les acteurs appelés à construire la paix ?

La construction de la paix est une tâche commune. C'est le meilleur exemple de ce que nous appelons la coresponsabilité. Bien sûr, ces niveaux de responsabilité sont différenciés, selon le rôle que chacun joue. La paix se construit dans nos foyers, dans les écoles, dans les communautés, dans les institutions. Mais ce sont les gouvernements, les pouvoirs de fait (économiques et médiatiques), les instances qui, d'une certaine manière dirigent notre monde, qui ont la plus grande responsabilité dans cette construction et surtout dans le maintien de la paix mondiale.

C'est pourquoi de vastes secteurs s'inquiètent aujourd'hui du débordement de violence, de l'arbitraire et des abus de pouvoir avec lesquels les grandes puissances militaires et économiques agissent contre les pays les plus faibles ou contre ceux qui ne se soumettent tout simplement pas aux programmes et aux interférences extérieures.

Comme le grand penseur critique Noam Chomsky le prévient ces jours-ci, le monde vit un moment de "confluence de différentes crises très fortes" qui ne connaissent pas de frontières : la menace de guerre nucléaire, la catastrophe écologique, la destruction de la démocratie réelle avec la croissance conséquente de l'autoritarisme. Ce sont trois menaces stratégiques qui ont augmenté ces dernières années dans différentes parties de la planète, grâce à la vision et à la forme de relation que Donald Trump a imposées et à ceux qui restent étrangers à ses politiques destructrices.

Le modèle "Trump", qui est unilatéraliste, violent, profondément sectaire et inhumain, a fait tomber les codes de la coexistence internationale, des relations basées sur le respect et non sur la force ; il a détruit, par exemple, le consensus pour le contrôle des armes dans le monde et a développé des armes plus dangereuses, pulvérisant les protections contre les menaces de guerre nucléaire. Lui et ses gouvernements acolytes se sont systématiquement consacrés à la destruction de l'environnement au nom d'un profit insatiable qui tue la nature pour y parvenir (l'exemple le plus proche est la déforestation accélérée de l'Amazonie, poumon du monde, menée par le néofasciste Jair Bolsonaro au Brésil) et décimant ainsi tout moyen de subsistance.

 

Source: Últimas Noticias - Traduction: Romain Migus