Au lieu de s'appuyer sur la révolte d'octobre et sus les bases du mouvement indigène, le parti Patchakutik a désigné le président de la région d'Azuay, élu grâce à une négociation avec le régime moreniste, comme candidat à la présidence. I
 
Immédiatement, il a été désavoué par l'antenne régionale d'Azuay de Patchakutik ainsi que par les leaders indigènes de la Conaie, Leonidas Iza et Jaime Vargas. Il ne fait aucun doute vu les déclarations passées de Carlos Perez Guartambel ("mieux vaut un banquier à la présidence que Correa") que le candidat indigène appellera à voter pour le banquier Lasso en cas de second tour contre Andres Arauz. Des mics-macs politiciens qui tiennent le peuple en horreur.
 
Andres Arauz saura-t-il capter les décus de Patchakutik pour élargir sa base électorale ? Les 2 Rives

L'analyste politique David Chávez a déclaré que Yaku Perez n'aura pas assez de voix pour gagner les élections présidentielles de 2021 en raison de son manque de représentation au sein du mouvement indigène lors des manifestations d'octobre 2019.

"En octobre, il est apparu clairement que la gauche était favorable aux mobilisations avec la représentation de Leonidas Iza dans le mouvement indigène et la position évidente de Yaku Perez à droite, plutôt en accord avec les élites économiques du pays. Je crois que lors de ces élections présidentielles, Iza a pu attirer davantage de soutien parce qu'il était précisément le symbole de la résistance indigène, contrairement à Yaku Pérez. Ce dernier ne représente pas le mois d'octobre et cela va enlever des voix aux secteurs indigènes", a-t-elle déclaré dans une interview à Radio La Calle.

En ce qui concerne le mouvement indigène, le sociologue a déclaré que la logique de secteur n'est pas déterminante dans l'arène électorale, mais plutôt dans sa capacité à mobiliser. "Les mouvements sociaux ne peuvent pas traduire leur capacité en votes. Après le soulèvement d'octobre, la CONAIE est apparue comme une option électorale, mais elle était très optimiste. À l'époque, on parlait d'un soutien très important, plus encore que celui de Pachakutik", a-t-il ajouté.

Selon les déclarations de Chávez, le mouvement indigène renouvelle constamment ses dirigeants, en raison de sa logique organisationnelle.

Le gouvernement après les mobilisations d'octobre

M. Chavez a estimé qu'il était nécessaire de réévaluer ce qui s'est passé en octobre. L'analyste soutient que le gouvernement a gagné. "La seule conquête du soulèvement a été l'abrogation du décret 883, car quelques instants plus tard, ils ont passé sur le peuple. Ce gouvernement a été fort grâce aux groupes de pouvoir qui le soutiennent. Ce bloc a démontré sa force au-delà des différences qu'il montre superficiellement", a-t-il conclu.

 

Source: Radio Lacalle - Traduction: Romain Migus