Grâce à l'accord conclu avec ses créanciers privés pour restructurer la dette en dollars, l'Argentine bénéficiera d'un allègement de la dette de 37,7 milliards de dollars au cours de la prochaine décennie, a souligné le ministre de l'Économie, Martin Guzman, en annonçant que le pays avait restructuré 99 % de sa dette.

M. Guzman a déclaré qu'après cette restructuration, "le pays a une position plus forte et plus saine qu'en décembre 2019".

Dans sa présentation, le ministre de l'Économie a déclaré que la renégociation permettra d'économiser 37,7 milliards de dollars et d'abaisser le taux d'intérêt de 7 % à 3,07 %, "ce qui nous permettra également de bénéficier d'un allègement plus important au cours des 5 à 10 premières années, ce qui nous donne un horizon financier différent pour mettre en œuvre des politiques publiques afin de relancer l'économie et de la placer sur la voie d'un développement inclusif et durable".

"Le 10 décembre, lorsque nous avons pris nos fonctions, nous nous sommes fixé pour objectif de calmer l'économie argentine et de pouvoir mettre en place les conditions de la croissance et de remettre le pays sur pied", a déclaré le responsable des finances de l'Argentine.

Il a déclaré que "la situation était critique, car depuis 2016, une période d'endettement a commencé et le pays s'est retrouvé piégé dans une profonde crise de la dette".

"Il était essentiel de supprimer ce fardeau, et c'est pourquoi nous avons entamé dès le premier jour un processus de restructuration pour créer les conditions nécessaires aux autres objectifs de développement", a-t-il déclaré.

Il a déclaré que l'Argentine était en "défaut virtuel". Nous sommes allés de pair avec le Congrès et nous apprécions le rôle important qu'il a joué dans l'obtention d'un résultat positif et dans l'idée d'avoir un accord qui respecte l'idée de la viabilité de la dette".

L'événement, qui s'est déroulé dans la Maison du Bicentenaire, était dirigé par le président Alberto Fernández. La vice-présidente Cristina Kirchner, des gouverneurs et des législateurs ont également participé à la réunion.

 

Source: Ambito - Traduction: Romain Migus