Des procureurs des États-Unis ont déclaré que le président hondurien Juan Orlando Hernandez avait accepté des pots-de-vin d'un trafiquant de drogue hondurien en échange de la protection de son laboratoire de cocaïne et de ses activités de trafic de drogue et qu'il avait également accepté que les forces armées aident le trafiquant à transporter sa drogue.

Les procureurs du district sud de New York soulignent dans les documents judiciaires déposés au tribunal fédéral que M. Hernandez a expliqué à d'autres personnes comment il détournait l'argent de l'aide américaine par le biais d'organisations à but non lucratif frauduleuses. Il aurait également dit qu'il volait de l'argent du système de sécurité sociale hondurien, selon les procureurs.

Le président n'est pas mentionné nommément dans les documents du tribunal, mais est appelé CC-4, c'est-à-dire co-conspirateur numéro 4, comme l'ont fait les procureurs à de nombreuses reprises par le passé. Hernandez a nié à plusieurs reprises toute allégation antérieure.

L'ambassadeur du Honduras aux États-Unis, Luis Fernando Suazo, a rejeté samedi les accusations du procureur, qu'il a qualifiées de "non fondées", et dans des déclarations à The Associated Press, il les a critiquées comme étant uniquement basées sur des déclarations de trafiquants de drogue.

Le président a été mentionné à plusieurs reprises, par son nom et sa fonction, dans le procès de Tony Hernandez, son frère, où il a été accusé d'avoir accepté un million de dollars de profits sur la drogue du trafiquant Joaquin "El Chapo" Guzman.

Le président n'a pas encore été formellement accusé par les autorités américaines.

Dans le dossier de plus de 55 pages de documents judiciaires, les procureurs affirment que Hernandez est hors de portée du gouvernement américain pour recevoir une citation à comparaître et que Hernandez ferait probablement appel à son droit de ne pas parler s'il était interrogé sous serment sur ces activités.

Les documents de la justice font référence au cas de Geovanny Daniel Fuentes Ramirez, un trafiquant de drogue qui a été arrêté le 1er mars 2020 à Miami.

Lorsque l'arrestation de Fuentes Ramirez a été annoncée en mars, les procureurs ont déclaré que le président l'avait rencontré en 2013 et avait accepté un pot-de-vin de 25 000 dollars en échange de sa protection. Ils ont également déclaré, comme ils le répètent maintenant, que le président hondurien a dit à Fuentes Ramírez qu'il était intéressé à avoir accès à son laboratoire de cocaïne en raison de sa proximité avec la zone commerciale de Puerto Cortés, sur la côte nord-est du Honduras.

Le président a rejeté ces accusations à maintes reprises, affirmant qu'il s'agissait de mensonges de la part de trafiquants de drogue cherchant à se venger de leur politique sévère imposée pour lutter contre le trafic de drogue.

Un jury américain a déclaré Tony Hernandez, le frère du président, coupable de trafic de drogue et de possession d'armes en octobre 2019. Le procès a été un tournant pour le président hondurien, puisque les procureurs et les narcos ont déclaré au cours du procès que Hernandez avait reçu des fonds de trafiquants de drogue pour financer ses campagnes électorales et acheter des votes de membres du Congrès pour devenir président du Congrès et plus tard du pays.

Les nouveaux documents fournissent des détails sur la relation présumée du président avec des trafiquants de drogue tels que Fuentes Ramirez. Par exemple, ils disent que le président hondurien a dit qu'il voulait que l'agence américaine des stupéfiants pense que le Honduras luttait contre le trafic de drogue alors qu'en fait il allait supprimer l'extradition et "mettre la drogue sous le nez des gringos".

Les procureurs fondent leurs accusations, en partie, sur des conversations qu'ils ont eues avec l'ancien dirigeant de Los Cachiros, Devis Leonel Rivera Maradiaga, qui est en prison à New York depuis des années. Les documents sont en préparation pour le procès de Fuentes Ramirez, au cours duquel Rivera Maradiaga témoignera, ont déclaré les procureurs.

Selon le Southern District of New York, Fuentes Ramirez a déclaré à Rivera Maradiaga qu'il avait rencontré le président hondurien à deux reprises lorsqu'il était candidat à la présidence et qu'il lui avait versé environ 450 000 lempiras (plus de 18 000 dollars) à chaque fois.

Les procureurs soulignent que les entretiens entre le président et Fuentes Ramírez ont eu lieu en 2013 et 2014. Le président Hernández a remporté les élections de son pays à la fin de 2013. Il a été réélu en 2017.

Après les prétendues rencontres du président avec Fuentes Ramírez, il a reçu "le soutien d'officiers de haut rang de l'armée hondurienne", selon les documents. Par exemple, Fuentes Ramírez portait souvent une mitrailleuse verte qui lui avait été donnée par un commandant. Il avait également reçu des uniformes militaires, des gilets pare-balles et des plaques d'identification de la police.

Les procureurs affirment avoir des conversations WhatsApp entre Fuentes Ramirez et des membres de la police et de l'armée. Lors de conversations avec un dénommé "Comanche", prétendument membre de l'armée, Fuentes Ramirez a parlé du meurtre violent de Nery Lopez Sanabria, un homme hondurien qui a été poignardé dans une prison hondurienne en octobre 2019.

L'ambassadeur du Honduras, Luis Fernando Suazo, a déclaré que les autorités américaines elles-mêmes ont reconnu les actions de leur gouvernement contre le trafic de drogue.

Suazo a critiqué le fait que les procureurs utilisent comme seule source d'information des témoins qui ont avoué avoir fait entrer clandestinement des milliers de kilos de cocaïne aux États-Unis et qui ont également été accusés d'avoir tué des gens.

"Ce sont eux qui ont des raisons de se venger, ce sont eux qui ont des raisons de réduire leurs peines, ce sont eux les sources", a déclaré l'ambassadeur. "Pourquoi ne pas voir d'autres types de témoins, d'autres types de preuves ?"

 

Source: Associated Press - Traduction: Romain Migus