Le ministre cubain des Affaires Étrangères, Bruno Rodriguez, a affirmé hier que la nation poursuit une politique de tolérance zéro contre la traite des personnes, en réponse aux récentes remarques des États-Unis sur les missions médicales de l'île.

Par le biais du réseau social Twitter, Rodriguez a rejeté l’inclusion de son pays dans le rapport annuel du Département d’État sur la traite des êtres humains et a confirmé la lutte exemplaire de l’île contre toute forme de ce fléau. Le secrétaire d’État nord-américain, Mike Pompeo, et la conseillère présidentielle, Ivanka Trump, ont présenté ce jeudi le rapport controversé qui inclut la plus grande des Antilles au niveau trois, le pire de la liste, et qualifie les missions médicales cubaines d’exemple de travail forcé.

Cette annonce coïncide avec l’intense campagne de l’administration de Donald Trump contre la collaboration du personnel de santé cubain dans le monde, alléguant des violations présumées concernant le traitement des professionnels et leur rémunération.

Selon le document, le gouvernement cubain « n’a pas pris de mesures pour s’attaquer aux politiques coercitives et d’exploitation dans ces missions, qui sont des indicateurs évidents de la traite de personnes ».

En réponse, la sous-directrice pour les États-Unis du Ministère des Affaires Étrangères (Minrex) de Cuba, Johana Tablada, a déclaré que la place de son pays sur cette liste constituait un acte politique sans rapport avec son engagement et les actions menées.

Une fois de plus, Washington publie son rapport unilatéral sans aucune légitimité. Le Département d’État poursuit des objectifs politiques et trompeurs en tant qu’arme d’agression contre des États qui sont plus performants que le sien et sans respect pour la lutte réelle contre la traite des êtres humains, a écrit la diplomate sur Twitter.

Le Département d’État tente de masquer son mépris raciste et de classe envers les peuples du tiers monde en qualifiant la coopération 'Sud-Sud ' de 'traite des êtres humains', a déclaré de son côté Carlos Fernández de Cossio, directeur général pour les États-Unis du Minrex.

Les services médicaux internationaux de Cuba sauvent des vies et soulagent des millions de personnes, a-t-il ajouté.

 

Source: Prensa Latina