En 2020, le salaire réel a chuté et plus de 60 000 emplois ont été perdus,, selon le CPA Ferrere, seuls 20 000 seront récupérés l'année prochaine. Il y a plus de 35 000 nouveaux enfants pauvres, selon les estimations des économistes de l'Université de la République. Mais, alors que les données confirment que tout serait pire que ce que le gouvernement avait prévu entre août et décembre, plus de voitures de luxe ont été achetés que ce qui avait été signalé au cours des mêmes mois de l'année dernière.

En août, le gouvernement a estimé qu'environ 768 millions de dollars seraient dépensés pour soutenir les centaines de milliers de personnes économiquement touchées par les mesures visant à contenir la pandémie (1). Il a déclaré qu'il prévoyait de débourser 116 millions de dollars pour répondre aux besoins du ministère du développement social, a anticipé que 157 millions de dollars correspondraient à la ajournement fiscale et a estimé que 396 millions de dollars seraient alloués pour couvrir la tendance de l'assurance chômage. En outre, il prévoyait de dépenser 49 millions de dollars pour l'assurance maladie, 40 millions de dollars pour "l'achat de médicaments" et 10 millions de dollars pour d'autres dépenses. Les dépenses serait couvertes par le Fonds Covid 19 (2) créé en avril avec l'accord de tous les partis politiques. Ce mois-là, le Parlement au complet a donné son accord pour que le ministère de l'économie et des finances (MEF) fasse un rapport détaillé sur les dépenses, uniquement lorsque l'urgence sanitaire était passée. Ainsi, à ce jour, le gouvernement ne publie que des "données globales", malgré l'insistance de l'opposition, qui a soutenu le report de l'information, mais qui est incisive pour l'opinion publique.

Il y a une semaine, le ministre Azucena Arbeleche a déclaré lors d'une conférence de presse qu'en réalité, en 2020, 100 millions de dollars de moins ont été dépensés que ce qui avait été estimé en août. Bien que les chiffres n'aient été publiés que jusqu'en novembre (3), selon le ministre, au lieu des 768 millions initialement prévus, les dépenses pour 2020 se situent autour de 625 millions. Elle a attribué la différence à des dépenses de sécurité sociale inférieures aux estimations. "Nous avons fait des projections plus pessimistes, de plus de personnes allant à l'assurance chômage", a-t-il dit.

Mais bien que moins d'argent ait été dépensé, "malheureusement, la pandémie n'a pas pris fin", a déclaré le ministre. Et elle a déclaré que le soutien du Fonds Covid sera "inconditionnel". Par conséquent, elle n'a pas eu d'autre choix que d'apporter une deuxième correction à ce qu'elle avait dit dans le passé. Elle a reconnu que - "alors que les dépenses et la situation extraordinaire de la pandémie se poursuivent" - le déficit budgétaire prévu pour 2021 sera plus élevé que prévu. Lorsque la loi de finances a été présentée en août, le gouvernement avait estimé qu'il clôturerait l'année 2021 avec un déficit de 4,1 %. "Nous sommes en train de le revoir", a mis à jour Arbeleche.

En août, lorsqu'il s'est agi de plaider pour les coupes promues par la loi budgétaire, il y a eu deux signes. Ceux qui réclamaient une aide de l'État pour les personnes économiquement touchées par la pandémie ont reçu l'assurance que les ressources seraient disponibles. Et ceux qui espéraient que le gouvernement ne s'écarterait pas de son objectif budgétaire de réduction du déficit d'ici 2021 ont été rassurés. Cinq mois plus tard, il y a deux rectifications. On a dépensé moins que ce que l'on prétendait avoir dépensé. Et l'on promet de nouvelles dépenses, ce qui ne garantit pas les projections de réduction du déficit aux niveaux annoncés. Le budget a toutefois été approuvé en septembre. Avec la loi d'urgence, sanctionnée en juillet, ils ont jeté les bases de la politique économique du gouvernement de Luis Lacalle Pou. En attendant, la crise économique commence à montrer ses dents. Alors que les personnes concernées demandent de plus en plus de ressources à l'État, les partenaires économiques du gouvernement insistent sur la restriction des dépenses publiques.

Plus d'emploi

Il est vrai que les envois à l'assurance chômage ont été plus faibles au cours du second semestre. Il ne semble pas évident, cependant, que ce facteur justifie un ralentissement de l'aide économique. Le Banco de Previsión Social a été le principal amortisseur de l'effondrement de l'emploi au cours de cette année. Selon les chiffres de l'agence, au cours des premiers mois de l'année, le nombre de travailleurs couverts par l'assurance chômage était d'environ 45 000. En mars, lorsque le virus a éclaté, on a enregistré une augmentation historique de 118 000 bénéficiaires. Ce chiffre a continué à augmenter jusqu'à atteindre un pic de près de 186 000 personnes couvertes en mai. Depuis lors, il a diminué de mois en mois jusqu'en novembre avec un peu plus de 76 000 bénéficiaires. Un niveau bien supérieur aux chiffres d'avant la pandémie : au cours du même mois de 2019, 42 000 travailleurs se trouvaient dans cette situation. En 2019, l'Institut Cuesta Duarte estimait que 29 % des personnes employées (plus de 468 000 personnes) recevaient moins de 20 000 pesos par mois [390 euros, le salaire minimum étant de 333 euros, NdT]."Beaucoup de ces travailleurs ont certainement bénéficié de l'assurance chômage au cours de ces mois et ont vu leurs revenus réduits d'environ un tiers, ce qui correspond au montant de l'allocation", a-t-il déclaré dans un document récent.

Janvier 2020 a commencé avec 1 444 870 travailleurs cotisant à la sécurité sociale. En novembre, il ne restait plus que 1 385 355 postes. Comme pour le déficit budgétaire, en milieu d'année, le gouvernement a fait des projections plutôt "optimistes" du marché du travail pour 2021, selon la plupart des analyses indépendantes. Cette dissonance s'est consolidée vers la fin de l'année. La dernière enquête de la Banque centrale sur les prévisions économiques, bien qu'elle prévoie une légère reprise de l'emploi, reste moins prometteuse que les statistiques officielles : un taux d'emploi de 55 % et un taux de chômage de 10,3. La Cuesta Duarte, quant à elle, estime à 54,2 % le taux d'emploi et à 10,7 % le taux de chômage. Les économistes des syndicats ont déclaré qu'entre 2019 et 2020, quelque 62 500 emplois ont été perdus. En décembre, par exemple, lors d'un événement virtuel destiné aux hommes d'affaires, le CPA Ferrere a jeté une ombre sur les chiffres candides du gouvernement. La CPA prévoyait une baisse de 5,9 % du PIB (4). "En plus de supposer que le PIB se redresserait en 2021 et atteindrait les niveaux d'avant la pandémie, le budget quinquennal indiquait que l'emploi en 2021 reviendrait aux niveaux de 2019. Avec les informations dont nous disposons aujourd'hui, nous pensons que cela n'arrivera pas", a déclaré Alfonso Capurro, directeur de la société de conseil.

M. Capurro a rappelé que de 2000 à 2003, le pays a perdu environ 80 000 emplois, que de 2003 à 2014, 430 000 ont été créés et que de 2015 à 2019, plus de 50 000 emplois ont été perdus à nouveau. Les projections de la CPA indiquent qu'en 2020, 60 000 emplois supplémentaires ont été perdus, dont seulement 20 000 seront récupérés en 2021. "Nous pensons que l'emploi va se redresser plus lentement que l'activité économique", a-t-il déclaré. Le fait que l'économie ne se redressera pas en 2021 est également une projection du Centre de recherche économique (CINVE), qui prévoit une baisse du PIB de plus de 6,1 % et estime une croissance lente de 2,3 % en 2021 et de 2,2 % en 2022. En d'autres termes, il n'y aura pas - ni selon le CINVE - de récupération "v". "Et le plus important : il reporte à 2023 la reprise des niveaux d'activité économique de 2019", a-t-il noté fin décembre.

La Cuesta Duarte a estimé une baisse de 2,5 % des salaires privés réels d'ici 2020. Quant à ce qui se passera cette année, le document de prospective de Cuesta Duarte n'est pas non plus optimiste et prévoit une aggravation des inégalités. Il déclare : "En termes de revenus salariaux, le salaire réel diminuera à nouveau en 2021. Dans le cas du secteur privé, la baisse au cours du premier semestre 2021 est attribuée aux accords signés dans le cadre de la période de transition. Ce qui se passera au second semestre dépendra en grande partie des orientations salariales proposées par l'exécutif pour le cycle qui commence le 1er juillet. Mais il est peu probable que cela conduise à un cycle de négociations ouvert à tous les groupes, comme par le passé. Au-delà des "correctifs" convenus dans le cadre du huitième cycle (que nous estimons entre 1 et 2 %), nous ne prévoyons pas qu'avec la politique salariale actuelle, des augmentations seront proposées en juillet 2021, et il est probable que la reprise sera reportée.

Rendez-vous en juin

Les analystes privés qualifient la prochaine série de salaires (en juillet 2021) de "point critique" dans le programme économique du gouvernement. D'ici là, disent-ils, l'exécutif devra décider de la "désindexation" des salaires. En d'autres termes, il s'agit de balayer l'emprise des salaires sur la hausse des prix, ce qui garantirait qu'il n'y ait pas de perte de pouvoir d'achat, mais qui - selon certains économistes - est l'un des principaux facteurs expliquant la hausse de l'inflation. Le gouvernement poursuivra les négociations lors du neuvième cycle avec le marché intérieur déprimé et avec l'économie des travailleurs sur le terrain.

"Il semble difficile pour l'Uruguay d'atteindre cet objectif de désinflation de l'économie si nous ne modifions pas définitivement les clauses d'indexation des salaires", a déclaré l'économiste Alfonso Capurro aux membres de CPA Ferrare en décembre. Il a déclaré : "Mais pour désindexer les salaires [...] la négociation doit, d'ici le milieu de l'année prochaine, envoyer des signaux clairs sur le processus de désinflation [...]. Et cela nécessite certainement une action plus forte de la part de la politique monétaire". C'est-à-dire qu'il faudrait une intervention de la Banque centrale pour arrêter la hausse des prix, ce que le gouvernement a évité pendant tous ces mois parce que cela aurait un impact sur le marché intérieur.

Gabriel Oddone, un autre économiste présent à l'événement, a affirmé que le gouvernement était venu avec une politique économique basée sur trois mandats : réduire l'incertitude fiscale (en garantissant qu'il n'y aura pas plus d'impôts), augmenter la compétitivité (en favorisant des "coûts de production" plus bas) et réduire l'inflation (qui "entrave" les décisions commerciales à long terme). Le gouvernement n'a pas modifié son point de vue selon lequel "le secteur privé est le protagoniste" ; cependant, selon M. Oddone, certains des phénomènes économiques que l'urgence sanitaire a entraînés font que ce point "risque d'être révisé". La principale distorsion du plan du gouvernement concerne - selon les termes d'Oddone - son "économie politique" : "La résistance que certains de ces changements peuvent générer, aggravée par un scénario de conflit social plus important".

Ne voyant pas les messages avec la force attendue, certains économistes du camp le plus idéologique du gouvernement ont exprimé des protestations. L'économiste Javier de Haedo a exprimé son mécontentement à Búsqueda hier avec des déclarations telles que : "Le slogan électoral complet disait : "Nous n'allons pas augmenter les impôts et nous allons réduire le déficit fiscal par des économies de dépenses". Au cours de cette première année, les impôts n'ont pas été augmentés, mais la diminution du déficit structurel a été insignifiante", ou comme : "Mon diagnostic est qu'ils ne pourront pas atteindre l'objectif fiscal dans la période sans augmenter les impôts, clairement", ou : "Mais tout le parti joue avec les conseils des salaires : s'ils reviennent à un modèle comme dans les derniers tours du Frente Amplio [la gauche uruguayenne qui a dirigé de 2005 à 2019, NdT], où il y avait une indexation -bien que différée-, ce serait un signe très négatif concernant l'inflation attendue".

Augmentation de la pauvreté

Pendant ce temps, le nombre de personnes pauvres augmente. C'est du moins la conclusion à laquelle sont parvenus des chercheurs de l'Institut d'économie (IECON), de la faculté d'économie et de gestion de l'Université de la République, Mauricio de Rosa et Matias Brum, qui ont estimé le chiffre de la pauvreté pour le deuxième trimestre 2020.5 A cette époque, le pays subissait les conséquences les plus difficiles du ralentissement économique. Les chercheurs ont mis au point une méthode précise pour calculer le taux de pauvreté en temps réel, en tenant compte de la baisse des revenus des travailleurs formels, autonomes et informels.

De Rosa et Brum ont montré, avec des données d'avril, mai et juin, qu'il y a eu une augmentation de 3,3 points de pourcentage du taux de pauvreté du pays (de 8,5 à 11,8). Cela signifie qu'environ 116 000 personnes ont vu leurs revenus tomber en dessous de la limite. En même temps, ils ont calculé le montant théoriquement nécessaire que le gouvernement devrait investir pour éviter cette augmentation : il serait d'environ 26,7 millions de dollars par mois. Ils ont estimé que les politiques du gouvernement pour freiner l'augmentation étaient "modestes", puisqu'elles n'ont réussi à réduire le taux calculé que de 17,6 % (c'est-à-dire qu'en l'absence de politiques, il y aurait 25 000 pauvres de plus).

Les chercheurs ont réalisé un exercice similaire, pour la même période, en tenant compte cette fois de l'impact économique sur la pauvreté des enfants. Malgré le haut niveau d'incertitude qui affecte les mesures économiques, ils ont conclu que certains résultats de l'étude "semblent évidents et ont de fortes chances d'être maintenus quelle que soit l'évolution concrète de la crise liée à la pandémie de covid-19. En particulier, la pauvreté des enfants et des adolescents augmentera d'au moins 30 % de plus que celle de la population générale, ce qui aggravera les problèmes de pauvreté des enfants que l'Uruguay connaît depuis les années 90" (6)

Le niveau de pauvreté des enfants en Uruguay était de 15,5 % (144 560 personnes touchées). Après le choc économique de la pandémie, elle atteindrait plus de 180 000 personnes. "Nous pouvons affirmer", concluent les chercheurs, "qu'au moins une personne sur trois qui tombe sous le seuil de pauvreté sera mineure. Ce problème est particulièrement aigu dans les groupes d'âge de moins de 6 ans, où se concentre la majeure partie de l'effet estimé".

Certains s'enrichissent...

Tout le monde n'est pas touché de la même façon par la crise. Selon les données de l'Association du commerce automobile, en 2020, plus de 36 000 véhicules zéro-kilomètre ont été achetés dans le pays. Bien qu'il y ait eu une diminution globale par rapport à 2019, il est frappant de constater qu'au cours des mois de novembre et décembre, 9 128 véhicules neufs ont été achetés, un chiffre supérieur à celui des véhicules vendus au cours des mêmes mois de 2018 et 2019. Si nous regardons de près, nous pouvons voir que dans la seconde moitié de 2020, plus de véhicules lourds de zéro kilomètre ont été achetés que dans les deux années précédentes. Entre août et décembre, le nombre de SUV (véhicules utilitaires sport) haut de gamme achetés a été supérieur à celui des véhicules expédiés au cours des mêmes mois de 2018 et 2019. Et entre septembre et décembre, le nombre de camions achetés a été plus élevé qu'à la même période des deux années précédentes.

Selon le rapport sur le commerce extérieur de l'Uruguay XXI pour 2020, les tracteurs représentaient 13 % des véhicules importés, alors que ce pourcentage était de 10 % en 2019 et de 8 % en 2018. Le même rapport indique que la catégorie "produits chimiques pour l'agriculture" a grimpé à la deuxième place des importations en 2020, alors qu'au cours des deux années précédentes, elle ne figurait même pas parmi les dix premiers biens importés dans le pays. Les données sur les importations d'outils de production agricole pour 2020 ne sont pas encore disponibles. Les chiffres les plus récents proviennent de l'indice des investissements en machines agricoles, compilé par la firme Carle et Andrioli, qui indiquait en juillet 2020 que les importations de ces articles avaient soudainement repris, montrant des niveaux seulement comparables (bien que plus bas) au dernier boom des matières premières.

En 2020, les exportations ont considérablement diminué (12,5 % : la plus importante de ces dernières décennies). Selon Búsqueda, cependant, les 20 premières entreprises exportatrices en dehors des zones de libre-échange ont placé leurs marchandises à l'étranger "juste 3 % en dessous" de 2019, la moitié d'entre elles ont enregistré des pertes sur le chiffre d'affaires, deux ont maintenu leurs bénéfices et les autres ont augmenté leurs ventes (dont sept entreprises liées à l'industrie de l'emballage de la viande et à la société SAMAN) (7). Les projections de l'Uruguay XXI pour 2021 prévoient une "croissance généralisée" des exportations - stimulée par la reprise des économies asiatiques - d'environ 7 % (8) , ce qui équivaut à 8,6 milliards de dollars US. Ils ne seront certainement pas les seuls en tête du peloton, mais les statistiques les concernant sont généralement plus discrètes.

 

Venancio ACOSTA

Source: Brecha - Traduction: Romain Migus

Notes

(1)Message budgétaire et justification du projet de loi de finances 2020-2024.

(2)Loi 19.874. Fonds composé des bénéfices de la Banco República et de la Corporation nationale de développement (CND), de l'impôt sanitaire d'urgence, de dons en argent de particuliers ou de personnes publiques non étatiques, de prêts internationaux, entre autres.

(3) Résultats du secteur public en novembre, MEF.

(4) Le 14-1-2021, la Banque centrale a estimé la baisse à 5,8 %.

(5) "Trop peu, mais pas trop tard : prévisions actuelles de l'incidence de la pauvreté et des transferts d'argent liquide pendant la crise de la covid-19", Matías Brum, Mauricio de Rosa, World Devolepment, 2020.

(6)"Estimation de l'augmentation de la pauvreté des enfants : effets de la crise du covid-19 au deuxième trimestre 2020 en Uruguay", Matías Brum, Mauricio de Rosa, 2020. Cité dans : "Víctimas silenciosas y silenenciadas", Luis Pedernera, Josefina da Costa, CND, décembre 2020.

(7)Recherche, 14-I-20.

(8)Rapport annuel sur le commerce extérieur, 2020, Uruguay XXI.