Esperanza por Venir est le nom de la communauté de Maria Micaela Jimenez, une jeune étudiante infirmière de sixième semestre. Cette communauté appartient à la municipalité de Tumbalá, dans le Chiapas, au sud du Mexique.

Micaela est la seule personne ayant eu accès à une formation sanitaire dans cette communauté qui compte un peu plus de 500 habitants, elle a donc pris un rôle très actif dans cette lutte contre le virus COVID-19.

"L'école nous a demandé, et bien sûr, dans le cadre de notre propre vocation, d'être aux côtés des gens, leur apprendre les mesures de propreté et de sécurité pour éviter la contagion".

Apporter des informations dans la langue indigène

C'est ainsi que Micaela a montré à toutes les personnes de cette communauté indigène comment se laver les mains, l'importance de maintenir une distance physique, et c'est elle qui leur a expliqué comment le virus se transmet et ce qu'il faut faire quand quelqu'un se sent mal.

"Je m'informe, je vois ce que disent les autorités sanitaires et de là je le traduis dans notre langue -le Chol- pour que tout le monde puisse me comprendre, car jusqu'à présent il n'y a pas d'information dans notre langue dans les médias, mais cela ne peut pas être un obstacle pour que les gens soient en sécurité et prennent soin de leur santé", dit Micaela.

Jusqu'à présent, dans sa communauté, il n'y a pas eu un seul cas de COVID19 , mais les gens ont peur parce que dans la municipalité, il y a eu neuf cas et un décès.

"Ils ont peur que quelqu'un de la capitale municipale vienne nous infecter ou que lorsque nous allons chercher des choses de base, nous soyons infectés. Malheureusement, notre communauté est très éloignée, ici nous n'avons pas accès à beaucoup de choses comme des produits de nettoyage, du gel, des choses à manger et nous devons nous rendre au siège municipal qui est à 50 minutes de là".

 

Source: ONU - Traduction: Romain Migus