L'Équateur est suspendu aux résultats d'une semaine d'enquêtes sur la corruption dans le cadre de la lutte contre la pandémie de Covid-19 dans ce pays andin.

Les enquêtes, menées par le groupe de travail conjoint récemment créé par le bureau du procureur général, ont conduit à des éléments qui indiquent des illégalités dans les processus de recrutement et d'acquisition de médicaments et d'équipements pour faire face à la progression de la nouvelle souche de coronavirus sur l'ensemble du territoire.

Des fonctionnaires, des directeurs d'hôpitaux et d'entreprises, l'ancien président Abdalá Bucaram et Carlos Luis Morales, préfet de Guayas, la province la plus touchée par la maladie, sont parmi les personnes impliquées dans les cas étudiés.

L'enquête porte sur le détournement de fonds, le trafic d'influence et le crime organisé, tous commis au moyen de surfacturations dans l'achat de matériel pour les hôpitaux, les centres de soins de santé et les institutions publiques.

Les faits, découverts pour la plupart par des citoyens ou des médias, ont déclenché un scandale dans ce pays d'Amérique du Sud, où le gouvernement tente d'empêcher que le système de santé s'effondre dans une autre ville, après que les salles d'urgence et les espaces réservés aux admissions et aux soins de la pandémie est été saturé à Guayaquil, la ville la plus touchée.

Les cas de corruption détectés jusqu'à présent ont causé des millions de dollars de dommages, qui ont conduit à près de 40 raids sur des bureaux et des maisons, ainsi qu'à l'arrestation de fonctionnaires et de personnalités.

Dans la maison de l'ex-président Abdalá Bucara, on a trouvé 5 000 masques et 2 000 pièces de Covid-19, ainsi qu'une arme à feu, sans autorisation d'utilisation, et des munitions.

En conséquence, l'ancien président restera assigné à résidence pendant que l'enquête se poursuit.

En même temps, dans la préfecture de Guayas, les problèmes sont dus à des surfacturations présumées dans l'achat de cinq mille unités de tests rapides, de 70 mille masques KN95 et de gants chirurgicaux.

Ce cas spécifique a pris une plus grande ampleur du fait que la femme du préfet, et ses enfants, avaient fui vers un autre pays et selon les médias locaux, le procureur général, Diana Salazar, a déclaré que le fonctionnaire avait également l'intention de quitter l'Equateur, mais qu'il ne pouvait pas le faire.

Au vu de tout ce qui s'est passé, au moins une douzaine de maires de la province se sont unis pour demander le renvoi de Morales, qui a été interdit de sortie du pays, régulièrement présenté à l'autorité compétente et placé sous surveillance (manille électronique).

Ces enquêtes s'ajoutent à d'autres menées par l'équipe multidisciplinaire mise en place par le ministère public, qui travaille sur des affaires non seulement à Guayas mais aussi dans la province de Pichincha, plus précisément dans la capitale, et dans celle de Manabí et dans d'autres villes de ce territoire sud-américain.

Le bureau du maire du district métropolitain et la compagnie des eaux auraient surfacturé l'achat de fournitures médicales par la compagnie des eaux.

Depuis le lundi 1er juin, la Task Force a recueilli des documents, des clés USB et des ordinateurs à la suite de perquisitions à domicile et dans les bureaux, en plus des arrestations effectuées.

Trois juges du bureau du procureur général, cinq de l'unité de lutte contre le blanchiment d'argent, quatre procureurs provinciaux et 24 employés de soutien, un par province, font partie du groupe, qui comprend également un coordinateur analyste, un expert en marchés publics, deux en analyse financière et une unité de police nationale.

La corruption mise au jour au milieu de la lutte contre la maladie a non seulement suscité des critiques à l'égard du gouvernement, mais aussi l'inquiétude de la population qui, après près de trois mois de crise sanitaire, attend les garanties nécessaires pour bénéficier de soins de santé de qualité et pour pouvoir surmonter la maladie, qui a causé 3 592 décès et plus de 42 000 infections.

 

Source: Sinay Céspedes Moreno, Prensa Latina - Traduction: Romain Migus