Le Venezuela est en guerre. Une guerre hybride où se mêle plusieurs fronts: institutionnel, diplomatique, psychologique, économique et militaire. Sur ce dernier front, le Venezuela est constamment harcelé par des groupes irréguliers composés de déserteurs, de mercenaires, de membres de la pègres, et de services spéciaux étrangers. Nous avons précédemment décrit les stratégies militaires à l'oeuvre au Venezuela depuis quelques années. En complément, nous avons élaboré une chronologie de ces actions militaires visant à renverser le gouvernement de la Révolution bolivarienne. Ce sont ici des faits bruts, incontestables et que vous ne lirez dans aucun média dominant. Les 2 Rives

10 juin 2013: Neuf paramilitaires ont été capturés à Coloncito (Táchira) et Guanare (Portuguesa), membres de Los Rastrojos, liés au chef paramilitaire colombien José María Barrera, alias « Chepe Barrera », armés de fusils d’assaut, de grenades et de pistolets. Les autorités ont trouvé une boîte noire prête à être utilisée pour un faux positif dans un accident d’avion. Les paramilitaires capturés auraient dit qu’un troisième groupe se trouvait déjà dans la capitale avec des armes de sniper. Ils avaient prévu de se rendre dans la capitale de l’État, où ils se verraient confier une mission à accomplir à Caracas : assassiner le président Maduro.

25 mars 2014: Un groupe de généraux de l’aviation militaire a été capturé, qui possédaient des liens directs avec les secteurs de la droite. Ils ont eux-mêmes déclaré que « cette semaine était décisive ». Ils préparaient un plan de soulèvement militaire, dénoncé par des officiers de rang inférieur. Il s’agissait du général de brigade (Av) José Daniel Machillanda Díaz, du général de division (AV) Oswaldo Hernández Sánchez et du général de brigade Carlos Alberto Millán Yaguaracuto. Le capitaine (r) Juan Carlos Nieto Quintero (qui réapparaît avec Jordan Goudreau dans une vidéo le dimanche 5/3/2020, lors de l' »Opération Gédeon »), de la Garde Nationale Bolivarienne, a été capturé début avril.

28 avril 2014 : Eliezer Otaiza, ancien directeur du renseignement, président en fonction du conseil municipal de Caracas et personnage clé de la Révolution bolivarienne est enlevé, torturé et assassiné dans les alentours de Caracas.

1 octobre 2014 : Le jeune député à l’Assemblée Nationale, Robert Serra et son assistante parlementaire Maria Herrera sont assassinés par un groupe de paramilitaires ayant à leur tête le colombien Leiver Padilla. Robert Serra est le deuxième dirigeant de la Révolution bolivarienne assassiné en quelques mois après le meurtre d’Otaiza.

12 février 2015: Les autorités vénézuéliennes démantèlent une tentative de coup d’État, baptisée « Coup d’Etat bleu » ou « Opération Jéricho ». Le plan consistait à doter d’artillerie un avion Tucano et à attaquer le palais de Miraflores, ou tout autre lieu où le président participerait aux « Journées de la jeunesse ». Ce projet avait été planifié par un groupe de responsables vénézuéliens de l’aviation militaire et du gouvernement états-unien. Lors de cette journée, le siège du ministère de la défense, de l’intérieur ainsi que celui de la chaine latino-américaine Telesur devaient aussi être bombardés.

17 janvier 2016 : Le leader du cartel narco-paramilitaire colombien Los Rastrojos, Walter Raul Silva (alias « Cara de vieja ») est abattu par les forces de sécurité vénézuélienne dans l’État du frontalier de Tachira. Après la mort de leur chef, le cartel Los Rastrojos passe sous le commandement de Wilfredo Torres Gomez, alias Necocli.

12 et 13 février 2016: Un plan a été démantelé dans lequel cinq militaires et trois civils étaient impliqués opérationnellement : José Gregorio Delgado, Ruperto Chiquinquirá Sánchez, Juan Carlos Nieto Quintero, César Orta Santamaría, Víctor José Ascanio, Nery Adolfo Córdoba, Andrés Thompson Martínez, Laided Salazar et José Acacio Moreno, respectivement. L’idée était d’attaquer les points stratégiques des institutions de l’État par voie aérienne ; cela comprenait aussi des opérations contre les civils. Une tentative de coup d’Etat militaire basé sur la doctrine du choc. La capture d’Antonio Ledezma a été dérivée de ce plan, grâce au suivi des renseignements militaires.

3 mai 2016 : Jose Antonio Tovar, alias El Picure, est abattu par les services de sécurité du Venezuela. Ce chef d’une des bandes du crime organisé au Venezuela était en guerre ouverte contre l’État pour le contrôle des voies stratégiques dans le centre du pays. Étonnamment, plusieurs membres de l’opposition ont dénoncé cette mort qui intervient pourtant lors d’un affrontement.

20 juillet 2016 : Joshua Anthony Holt, un citoyen des États-Unis, est arrêté avec sa compagne dans la ville nouvelle de Ciudad Caribia au Venezuela, en possession d’armes de guerre (un fusil AK47 et un fusil M4), des grenades et des munitions. Holt est accusé d’espionnage au profit des États-Unis.

Premier trimestre 2017: L’opération « Epée de Dieu » avait pour principaux membres Angel Vivas et Raul Baduel, respectivement ancien général de brigade et ancien général des Forces Armées Bolivariennes, qui avaient recruté des officiers subalternes afin de perpétrer un assassinat contre le président Maduro. L’État a réussi à capturer différents membres appartenant à cette opération, tous accusés de subversion ; cependant, à la fin de cette année-là, certains d’entre eux se sont échappés de la prison de Ramo Verde (Miranda). Le suivi réalisé par un agent infiltré a été la clé du démantèlement du plan.

Avril 2017: Opération Bouclier de Zamora. Eduardo Ventacourt et Johan Peña, anciens responsables de la DISIP (renseignements), ainsi que le colonel (r) Zomacal Hernández, devaient exécuter « l’opération Bouclier de Zamora” . Ce dernier s’est vu confisquer 32 kilogrammes d’explosifs C4 et d’autres armes qui seraient utilisés dans un plan de coup d’État. Parmi les planificateurs figuraient les hommes politiques Roberto Enriquez, Oswaldo Alvarez Paz (tous deux de COPEI, démocratie chrétienne) et Julio Borges (Primero Justicia, extrême-droite), directement impliqués dans l’insurrection de certains responsables des Forces Armées.

Juin 2017: L’opération Victoria est démantelée par les services de renseignement militaire. Un groupe de mutins prétendaient prendre le contrôle de la caserne Paramaconi dans l’État de Monagas.

27 juin 2017: L’ancien policier Oscar Perez – du Corps scientifique d’enquêtes criminelles et pénalistes (CICPC) – a détourné un hélicoptère, survolé plusieurs sites à Caracas, mitraillé et tenté d’attaquer différentes institutions de l’État vénézuélien, dont le bâtiment de la Cour Suprême de Justice et le Ministère de l’intérieur. Ce fanatique de l’Ordre Nouveau, se déclarant « envoyé de Dieu », a tenté d’attenter à la vie des personnes se trouvant dans les bâtiments des institutions sur lesquelles il a tiré, y compris des enfants, avant de prendre la fuite.

6 août 2017: Ce jour-là, un affrontement militaire a eu lieu au Fort Paramacay (Carabobo) : la soi-disant « Opération David », dans laquelle il y a eu un vol d’armes et des appels à l’insurrection avec d’autres opérateurs non militaires, dirigée par Juan Caguaripano de la 41e Brigade blindée de Valence. Il a été neutralisé par les Forces Armées qui a capturé la plupart des membres. Les quelques personnes impliquées dans la tentative et qui ont réussi à s’échapper ont emporté les armes suivantes : 500 fusils AK-103 et 500 chargeurs de ce type de fusil ; 50 lance-grenades multiples de 40 mm ; 140 grenades de 40 mm ; 80 baïonnettes, 60 pistolets. Ce matériel de guerre a été placé dans un véhicule Toyota portant des plaques militaires et volé dans l’installation militaire correspondante.

18 décembre 2017: Pendant l’opération « Genesis », un groupe de mercenaires, de paramilitaires et d’anciens fonctionnaires de la sécurité de l’État, dirigé par Oscar Perez, a attaqué un poste de la Garde Nationale Bolivarienne à Laguneta de la Montaña (Miranda), où ils ont volé 26 fusils d’assaut et des munitions. Dans une vidéo, Perez apparaît lors de l’opération au cours de laquelle une poignée de sujets habillés en contre-espionnage militaire (DGCIM) ont attaqué le poste de la GNB. Lors de l’opération, les faux agents de la DGCIM ont également dérobé 26 fusils AK-103 de marque Kalachnikov ; 3 pistolets de 9 mm ; 108 chargeurs AK-103 ; 3 chargeurs de pistolets ; 3 240 munitions de fusil AK-103 et 67 munitions de 9 mm, selon les rapports de presse.

15 janvier 2018: La DGCIM (renseignement militaire) a retracé la localisation de la cellule terroriste d’Oscar Pérez à El Junquito (Caracas). Après le travail du corps de sécurité et de renseignement, avec le déploiement de plusieurs brigades et de fonctionnaires du CONAS, du SEBIN, de la DGCIM, de la GNB, de la FAES de la PNB et de Policaracas, l’« Opération Gedeon » a été mise en œuvre, du nom des institutions policières-militaires, où plusieurs membres de l' « Opération Genesis » ont été tués, parmi lesquels le très médiatisé « héros » Oscar Perez.

Mars 2018: Depuis le début de ce mois, un plan de coup d’État a été détecté au sein des FANB, appelé « Mouvement de transition vers la dignité du peuple« , dans lequel l’ancien général Miguel Rodríguez Torres était impliqué. Parmi ses membres figuraient le lieutenant colonel Iver Marín Chaparro, le lieutenant colonel Henry Medina Gutiérrez, le lieutenant colonel Deivis Mota Marrero, le lieutenant colonel Eric Peña Romero, le lieutenant colonel Victoriano Soto Méndez, le lieutenant colonel Juan Carlos Peña Palmatieri, le premier lieutenant Yeiber Ariza, le sergent Julio Carlos Gutiérrez et le sergent Yuleima Medina. Au milieu du mois, il a été démantelé par la DGCIM (renseignements).

Avril 2018: L’opération « Gédeon II » des autorités de l’État, rapportée par le ministre Néstor Reverol le 18 avril, a réussi à démanteler une cellule terroriste impliquée dans des actes déstabilisateurs destinés à provoquer l’anxiété de la population et à empêcher les élections du 20 mai. L’opération était la continuation d’une enquête exhaustive qui a conduit au démantèlement de la cellule terroriste d’Oscar Pérez. Dix personnes ont été arrêtés, dont Alonso José Mora, Erick Anderson Villaba et Stephanie Madelein, membres actifs d’un groupe d’affrontement armé qui a participé aux insurrections de l’extrême droite de 2017. Dans la cellule se trouvait également Carlos Miguel Aristimuño, qui appartenait au DISIP et était pilote d’hélicoptère, engagé pour la formation des instructeurs.

Mai 2018: Nouvelle tentative de coup d’État menée par le général (r) Oswaldo Garcia Palomo de Colombie, dans le cadre des élections présidentielles, appelé « Opération Constitution » . Les services de renseignement et de contre-espionnage de l’État ont mis ce plan en échec et démantelé le groupe. Garcia Palomo a également été impliqué dans un autre plan de coup d’État au début de 2019. Il a été appréhendé fin janvier 2019 par les autorités vénézuéliennes.

Mai 2018 (bis): En même temps que l' “Opération Constitution”, l' “Opération Armageddon” était menée par du personnel militaire et civil et dirigée par le capitaine Luis Humberto de la Sotta Quiroga. Neuf membres de l’armée ont été accusés de trahison envers le pays, d’incitation à la rébellion militaire, d’instigation à la mutinerie. Cette fois, la tentative de coup d’État militaire visait à contrecarrer les élections présidentielles. L’opération était en cours depuis 2017 et consistait à reprendre la base aérienne de La Carlota (Caracas) et même d’assassiner le président Maduro. Le plan a été démantelé par la DGCIM (renseignements). L’enquête a montré que des militaires, Oswaldo Alvarez Paz (du parti COPEI) et des financements des États-Unis et de la Colombie étaient impliqués.

4 août 2018: Ce jour-là, une tentative d’assassinat a eu lieu contre le président (“Opération David contre Goliath”), certains ministres et membres du haut commandement militaire à Caracas lors d’un événement marquant le 81e anniversaire de la GNB. Là, des explosifs ont été déclenchés, dirigés par des drones, pour assassiner le président Maduro. Le travail des civils, des militaires et des forces de police dans leur ensemble a fait échouer l’opération.

Les autorités ont arrêté Argenis Ruiz, le pilote du drone, et Juan Carlos Monasterio, coordinateur de l’attaque et ancien de la GNB. Plus tard, en janvier 2019, le général (r) Oswaldo García Palomo a admis que le lieutenant-colonel Ovidio Carrasco, qui faisait partie de la garde d’honneur présidentielle, avait été capté par Julio Borges en 2013 et avait participé à la planification de l’assassinat. Outre Julio Borges, d’autres hommes politiques vénézuéliens étaient également impliqués : Fernando Albán et le député d’extrême droite Juan Requesens.

26 septembre 2018 : Interrogé au sujet du Venezuela, le président des États-Unis, Donald Trump déclare : "Toutes les options sont sur la table, y compris les plus fortes. Et vous savez ce que j'entends par fortes". L’option de l’intervention militaire étrangère contre le Venezuela est donc une réalité contemplée à la Maison Blanche.

29 novembre 2018 : Le président Maduro dénonçe lors d’une allocution télévisée la constitution d’un bataillon de 734 mercenaires sur les bases militaires d’Eglin en Floride et de Tolemaida en Colombie pour agresser le Venezuela.

10 janvier 2019 : Un entrepôt de 22.000 m2 appartenant à l’Institut Vénézuélien de Sécurité Sociale est ravagé par un incendie criminel. Les pertes dans le domaine de la santé sont incalculables et sont venus frapper de plein fouet un pays qui affronte un féroce blocus de la part des États-Unis, et pour qui les importations dans ce domaine restent difficiles.

21 janvier 2019 : Un groupe de 27 gardes nationaux volent des véhicules blindés et prennent d’assaut le poste de sécurité urbaine de Petare à Caracas pour y dérober 51 fusils AK-103. Puis ils essaient d’occuper la caserne située à Cotiza dans le centre-nord de la capitale vénézuélienne. Ils seront soutenus dans cette opération par des groupes de choc civils liés au parti de Leopoldo Lopez, Voluntad Popular. Les mutins seront arrêtés, les armes seront récupérées.

23 janvier 2019: L’autoproclamation de rue de Juan Guaido comme « président intérimaire » reconnu comme président par 46 pays donne le coup d’envoi de très violents affrontements entre les Forces Spéciales de la Police et des cellules de la pègre vénézuélienne à Caracas et dans certaines villes de provinces. Ces groupes liés au crime organisé prétendaient mettre la ville à feu et à sang comme «contribution» au soulèvement organisé par Guaido.

23 janvier 2019 (bis): Le siège du Psuv (parti au pouvoir) dans l’Etat du Monagas est réduit en cendres lors d’une attaque criminelle.

13 février 2019 : Le ministre des affaires étrangères de la République de Cuba dénonce le déplacement de Forces Spéciales des États-Unis sur les bases de Porto Rico et en République Dominicaine dans le but d’agresser le Venezuela.

22 février 2019 : Le gouvernement russe par la voix de Maria Zakharova, porte-parole du ministère des affaires étrangères de ce pays dénonce que « les États-Unis et leurs alliés de l'Otan étudient actuellement la possibilité d'acquérir dans un pays d'Europe de l'Est d'un lot important d'armes et de munitions destinés aux opposants vénézuéliens. Il s'agit de mitrailleuses lourdes, de lance-grenades intégrés et automatiques, de missiles sol-air portables, de différentes munitions pour armes à feu et de pièces d'artillerie. Cette cargaison devrait être transportée au Venezuela via le territoire d'un pays voisin à l'aide d'avions-cargos de l’entreprise d’État ukrainienne Antonov »

23 février 2019 : Sous couvert d’aide humanitaire, une opération politico-militaire est organisée aux frontières avec le Brésil et la Colombie. Des affrontements armés ont lieu contre des groupes du crime organisé à la frontière brésilienne. Dans l’État du Táchira, l’ancien général Cliver Alcala prétendait prendre d’assaut le poste frontière de San Antonio. Aidé par les paramilitaires membres du cartel Los Rastrojos, l’opposition vénézuélienne va déclencher une bataille de plus de 16 heures, connu sur le nom de « la bataille des quatre ponts ». 

Pour appuyer cette offensive, l’opposition a fait circuler de nombreux appels à la désertion, promettant même 20.000 dollars à chaque soldat qui abandonnerait le gouvernement légitime. La récompense augmentant selon le grade. Cette opération avait un but précis : construire médiatiquement l’image d’une armée de vénézuéliens prête à en découdre avec le président Maduro. Une sorte «d’Armée Vénézuélienne Libre», construite sur le modèle déjà testé en Syrie. Il s’agissait d’entrer au Venezuela, s’établir dans l’État frontalier du Táchira comme base permanente pour déclencher une guerre sur le sol vénézuélien. Grâce à la résistance héroïque du Peuple vénézuélien, présent à la frontière, l’opération échoue.

27 février 2019 : Un entrepôt d'aliments destinés à être distribués à la population via les systèmes publiques de distribution Clap part en fumée lors d’un sabotage. Plusieurs dizaines de tonnes d’aliments sont perdus.

5 mars 2019 : Les centrales hydro-électriques situés sur le fleuve Caroni, dans l’État du Bolivar, sont victimes d’un sabotage (hacking). Durant cinq jours, le pays est paralysé : plus d’électricité, plus d’eau (les pompes fonctionnant à l’électricité), plus de connexion internet. Le but recherché était que la population se soulève contre le gouvernement bolivarien. L’opération échoue une fois de plus.

14 mars 2019 : Un attentat détruit trois cuves de diluant naphta, indispensable pour mélanger le pétrole extra-lourd vénézuélien. Ce même jour, l’entreprise indienne Reliance Industries Ltd avait dû céder aux pressions des Etats-Unis, et refuser de vendre du naphta au Venezuela.

23 mars 2019 : Le ministre de la Communication, Jorge Rodriguez, annonce que 48 mercenaires recrutés au Salvador, au Honduras et au Guatemala sont rentrés sur le territoire vénézuélien, dans le but d’y commettre des attentats contre les hautes autorités du pays, ainsi que des actes de sabotages, et d’opérations sous fausses bannières. Selon les services de renseignement du Venezuela, ces mercenaires avaient été recrutés par Roberto Marrero, bras droit de Juan Guaido.

23 mars 2019 (bis) : Wilfredo Torres Gomez, alias Necocli, leader du cartel colombien Los Rastrojos est arrêté par la police vénézuélienne dans la ville de Valencia. Son arrestation a été rendu possible par l’examen du contenu du téléphone portable de Roberto Marrero, directeur de cabinet de Guaido, arrêté le 20 mars 2020, qui était en contact permanent avec lui.

Avril 2019 : Le fondateur de la compagnie de sécurité privée BlackWater, Erick Prince, aurait pris contact avec Juan Guaido dans le but de lever une armée de 5000 mercenaires pour aller combattre au Venezuela.

4 avril 2019 : Un oléoduc dans l’est du pays est pris pour cible d’un attentat, et explose, coupant l’approvisionnement de brut dans les régions orientales du Venezuela.

7 avril 2019 : Le sergent major Paul Rivero est assassiné alors qu’il est de garde dans un centre de production d’électricité, dans l’État de Bolivar.

30 avril 2019: La « phase finale » de l’« opération Liberté » a eu lieu avec Juan Guaidó, Leopoldo López, Cristopher Figuera (directeur des services de renseignement) et des militaires, dont Ilich Sánchez et Juvenal Sequea.

Le mouvement cherche à chasser du pouvoir le président Nicolas Maduro, en commençant par la prise de contrôle de la base aérienne de La Carlota, qui n’a jamais été prise. L’opération n’a duré que quelques heures le matin et a été démantelée par la DGCIM.

4 mai 2019 : La permanence du Psuv (Parti au pouvoir) dans le quartier de San Agustin (Caracas) est victime d’un incendie criminel.

6 mai 2019 : Le général d’aviation Jackson Silva, directeur de l’École de formation des troupes professionnelles, ainsi que quatre autres officiers trouvent la mort dans une embuscade tendue par le gang du Tren de Aragua. Quatre autres militaires ont été blessés lors du combat qui les opposa aux membres de ce syndicat du crime.

20 mai 2019 : Au vu des échecs successifs de l’opposition pour s’emparer du pouvoir, Juan Guaido envoie son représentant au États-Unis, Carlos Vecchio se réunir avec les gradés du SouthCom et des officiels du département d’État pour planifier une opération militaire des États-Unis contre le Venezuela.

Juin 2019: Après 14 mois de contre-espionnage par la DGCIM, l’opération « Vuelvan caras » a été démantelée. Parmi ses membres figuraient le général à la retraite Ramón Lozada Saavedra, le général Miguel Sisco Mora, le colonel Miguel Castillo Cedeño, le major à la retraite Pedro Caraballo, le premier lieutenant Carlos Eduardo Lozada Saavedra et les commissaires José Valladares Mejías et Miguel Ibarreto.

C’est un coup d’État militaire qui visait à assassiner le président et à prendre le palais de Miraflores, la base aérienne de La Carlota et la Banque centrale du Venezuela, dans lesquels Josnars Adolfo Baduel, fils de Raúl Baduel, était également impliqué.

9 juillet 2019 : Dans l’État du Tachira, à la frontière avec la Colombie, l’armée vénézuélienne arrête 5 paramilitaires colombiens dans la localité d’Ureña en possession de 3 têtes humaines découpés, et destinés à être jetées devant le siège de la police, de l’armée et de la gendarmerie.

28 juillet 2019 : 6 militants paysans de la Corriente Revolucionaria Bolivar y Zamora sont assassinés par un commando cagoulé dans l’État du Barinas. Selon l’organisation, ce massacre aurait été commis par des paramilitaires colombiens en lien avec la pègre vénézuélienne.

Août 2019: L’opération terroriste « Force et liberté » était une tentative d’attaque du siège de la FAES (police) à Propatria, du bloc 40 de la paroisse 23 de Enero et du Palais de Justice (Caracas). Il a été démantelé par la DGCIM (renseignements). Il s’agissait d’une action militaire pour tenter un coup d’Etat et un assassinat impliquant l’huissier du Palais de Justice, Ronnel Guevara, et Luis Ricardo Gómez Peñaranda, un citoyen colombo-vénézuélien qui a été arrêté alors qu’il transportait des explosifs.

A l’époque, le ministre Jorge Rodríguez avait dénoncé que Clíver Alcalá était en Colombie pour coordonner la formation de plus de 200 terroristes dans trois camps : à Maicao, Santa Marta et Riohacha.

13 août 2019 : L’armée vénézuélienne annonce la capture de 49 paramilitaires colombiens du cartel Los Rastrojos (les alliés de Juan Guaido) dans l’État du Tachira. Plusieurs armes sont saisis.

15 août 2019 : Le Ministère des affaires étrangères russe révèle que plusieurs dizaines de vénézuéliens reçoivent une formation militaire sur une base britannique situé au Guyana dans le but de réaliser des actes d’espionnage et de sabotage contre la République Bolivarienne du Venezuela.

26 août 2019 : L’explosion d’une usine de remplissage de bombonne de gaz à usage domestique fait un blessé à Ocumare del Tuy dans l’État du Miranda. Le gouverneur Hector Rodriguez accuse après enquête des membres du Parti d’opposition Primero Justicia. L’usine dévasté a une conséquence grave : priver les quartiers populaires de bombonnes de gaz ou rendre plus difficile leur approvisionnement.

11 septembre 2019 : L’Organisation des États Américains (OEA) réactive le Traité Inter-américain d’Assistance Réciproque dans le cas du Venezuela. Cette alliance militaire permet d’activer une force armée régionale conjointe pour une intervention militaire contre un pays menaçant un membre du TIAR. Il ne s’agit en réalité que de la construction d’une ordonnance légale pour pouvoir intervenir militairement au Venezuela.

Novembre 2019: Les services de sécurité déjoue l’Opération « Honneur et Gloire » qui prétendaient donner l’assaut à des casernes dans l’État de Sucre. Pour la partie civile, cette opération était coordonné par Yaneth Fermin et Fernando Orozco, membres du parti Voluntad Popular et proches collaborateurs de Juan Guaido.

Décembre 2019: Le matin du dimanche 29 décembre, une vidéo a été diffusée dans laquelle un groupe de militaires se soulevait, appelant à la rébellion, à un coup d’État et à un assassinat. Ils ont revendiqué le vol d’armes lors de l’attaque d’un détachement de la GNB le 22 décembre dernier dans la municipalité de Gran Sabana (Bolivar), dans le cadre de ce qu’ils ont appelé « l’opération Aurora ».

Il s’agit du lieutenant Josué Abraham Hidalgo Azuaje, du tireur d’élite José Angel Rodríguez Araña et du sergent-major Darwin Balaguera Rivas.

Directement impliqué dans l' “Opération Aurora”, Gilber Caro, arrêté lors de l’agression du 22 décembre, a bénéficié du soutien public de l’ex-policier Ivan Simonovis, un membre de l’équipe de Juan Guaidó des États-Unis et proche de Donald Trump. En janvier 2020, le ministère public a inculpé 18 personnes qui ont participé à l’opération.

24 janvier 2020 : Plus de 100 parachutistes de la 82e division aéroportée de l'armée des États-Unis arrivent en Colombie pour réaliser une opération conjointe à la frontière colombo-vénézuélienne avec le commandement des opérations spéciales des forces militaires colombiennes.

8 février 2020:  Un incendie dans les hangars Flor Amarillo des entreprises de télécommunications publiques Cantv y Movilnet, dans l’État de Carabobo, a ravagé du matériel stratégique de télécommunication, pour un valeur de 275 millions de dollars. Cinq personnes ont été arrêtées et placées sous les verrous.

10 février 2020 : Une patrouille de l’armée vénézuélienne tombe dans une embuscade de paramilitaires colombiens dans le secteur Las Cachameras dans l’État frontalier du Táchira. Durant l’affrontement, 6 paramilitaires seront abattus, et des armes seront saisis.

7 mars 2020 : Un incendie criminel ravage les hangars du Centre National Électoral, dans l’est de Caracas. 49.408 machines électroniques de vote, et une quantité importante de matériel partent en fumée. Cet incendie intervient au moment où le chavisme et une partie de l’opposition étaient en train de trouver un accord pour réaliser des élections parlementaires. Juan Guaido et son Gang s’oppose au renouvellement des députés, pourtant prévu par la loi.

9 mars 2020 : Début de l’Opération Vita. L’opération Vita  un opération militaire réalisée entre la Joint Task Force Bravo (JTS-Bravo) de l’Armée des États-Unis et l’armée colombienne. Elle a lieu du 9 au 20 mars dans la zone de la Guajira, frontalière avec le Venezuela. Tout comme les exercices militaires conjoint du 24 au 27 janvier 2020 réalisés sur une autre frontière colombo-vénézuélienne, ces entrainements visent à se préparer à des scénarii de guerre contre le Venezuela.

14 mars 2020 : Un incendie a ravagé les cellules d'alimentation électrique de la station de pompage d’eau potable Taguacita, dans la Vallée du Tuy, état de Miranda. Plusieurs secteurs de Miranda et le District de la Capitale ont été privés d'eau pendant des jours et bien que le rétablissement du service ait commencé graduellement le dimanche 17 mars, il a fallu plusieurs jours pour que le service soit rétabli dans certaines zones.

20 mars 2020 : Une explosion a lieu sur le site pétrolier de El Carito, dans l’État de Monagas. L’attentat a détruit une partie importante de l’infrastructure pétrolière et gazifière de la région. L’incendie est contrôlé et on ne reportera par de blessés.

24 mars 2020 : La police routière colombienne intercepte un convoi d’armes de guerre destinée à des groupes terroristes vénézuéliens situés dans la péninsule de La Guajira en Colombie. Les terroristes sont logés sur la propriété de Elvis Lopez, alias « Doble Rueda » un narcotrafiquant colombien, qui finance en partie l’opération. Le chef du groupe, l’ex général Cliver Alcala donnera le jour même une interview à la radio colombienne W Radio dans laquelle il annonce que son groupe militaire répond à un contrat entre Juan Guaido et un conseiller états-unien (il s’agira de Jordan Goudreau).  

26 mars 2020 : Le procureur général des États-Unis, William Barr, a mis à prix la tête de Nicolas Maduro et de hauts dignitaires de l’État vénézuélien pour « narco-terrorisme ». Récompense : 15 millions de dollars pour le président vénézuélien, 10 millions pour les autres. Cette décision digne d’un mauvais far-west vise à stimuler les chasseurs de prime du Venezuela et du monde entier.

31 mars 2020 : Le navire brise-glace Resolute, battant pavillon portugais, emboutit et coule par le fond la frégate militaire Naiguata dans les eaux territoriales vénézuéliennes. Le Resolute fuira et trouvera refuge dans l’ile hollandaise de Aruba. Les autorités vénézuéliennes suspecte alors que le bateau ait pu transporter des mercenaires. Que faisait un navire brise-glace dans la mer des Caraïbes ?

1 avril 2020 : A la suite de la mise à prix du président Maduro pour « narco-terrorisme », le président des États-Unis, Donald Trump, lance une opération anti-drogue dans les caraïbes. Cette opération qui mobilise à la fois les réservistes de la Garde Nationale de USA et les pays vassaux dans la région a pour objectif de faire augmenter la pression militaire contre le Venezuela.

21 avril 2020 : Un assaut contre la caserne de Puerta Morocha dans la ville de Los Teques dans le but de dérober des armes est déjoué par les services vénézuéliens

24 avril 2020 : Juan Montero Buitrago, responsable des finances du cartel narco-paramilitaire colombien Los Rastrojos (allié à Juan Guaido) est arrêté par les forces de sécurité vénézuéliennes sur leur territoire.

Mai 2020: Une incursion de mercenaires armés (« Opération Gedeon« ) à Macuto (La Guaira) et dans d’autres régions de la côte vénézuélienne a été neutralisée par l‘union civile-militaire (« Opération Negro Primero ») depuis le dimanche 3 mai. La DGCIM a traité les données relatives à l’opération, notamment la localisation des camps en Colombie où se déroulait la formation et la coordination dirigée par Clíver Alcalá.

Juan Guaidó, J.J. Rendón, Sergio Vergara et l’avocat Manuel Retureta avaient signé un contrat avec la société mercenaire américaine Silvercorp, appartenant à Jordan Goudreau, pour effectuer une incursion armée, exécuter un plan de capture et d’assassinat du président Maduro, et à l’aide d’un armement très sophistiqué déclencher une intervention visant à éliminer les dirigeants chavistes, les sympathisants des bases populaires et abroger la Constitution de facto de la République Bolivarienne.

Comme on peut le lire dans le contrat mis en ligne par le Washington Post, la réalisation de « l’objectif premier » était de « capturer/détenir/éliminer Nicolás Maduro, éliminer le “régime” actuel et installer le président fantoche Juan Guaidó. Venait ensuite la participation de Silvercorp à une période de 450 jours -prolongée- de « rétablissement de la stabilité dans le pays ».

La « stabilisation du pays » signifiait que le contractant militaire participerait à l’attaque et à la persécution des « éléments non militaires du commandement et du contrôle du régime précédent », aux répressions, aux détentions, à l’application des couvre-feux, aux contrôles aux frontières, avec l’autorisation de « recourir à la force, jusqu’à et y compris la force mortelle, pour éliminer la menace ».

Tout est écrit dans une annexe de 41 pages avec des détails sur, par exemple, quand et comment utiliser les mines antipersonnel M18A1 claymore, les chaînes de commandement, les formes de paiement, où, en cas d' « insolvabilité monétaire », Silvercorp facturerait « en barils de pétrole ».

L’opération a été financé en partie par Juan Guaido et par des narco-trafiquants colombiens (notamment par Elkin Lopez, alias «doble rueda», chef du cartel de la Guaijira).

12 mai 2020 : Un incendie a eu lieu dans le système d'électricité de la station de pompage Nº 32 d'Hidrocapital, située dans le secteur Caujarito, sur la route nationale Charallave-Santa Teresa. Cet incendie a affecté la cellule de l'interrupteur numéro 6 et a obligé à prendre des mesures de sécurité comme la suspension temporaire du service électrique dans cette station de pompage, à la Chara et dans l'usine de potabilisation de Caujarit, privant plusieurs milliers de personne d’accès à l’eau potable pendant plusieurs jours.

20 mai 2020 : Un des lieutenants du cartel narco-paramilitaire colombien Los Rastrojos (allié à Juan Guaido), Moisés Contreras Santana, est arrêté à Coloncito, dans l’État frontalier du Táchira.

24 mai 2020 : Un incendie s'est produit dans les environs de la station de pompage Nº 33 d'Hidrocapital, située dans le secteur de Sabaneta de Los Anaucos, près de Caracas. Ce sont les fonctionnaires du Corps de Pompiers de l'état de Miranda qui se sont occupés de ce troisième sinistre en moins d'un mois qui a provoqué la suspension momentanée du service d'eau potable dans la Capitale.

28 mai 2020 : 800 fantassins des forces spéciales des États-Unis arrivent en Colombie pour entraîner et conseiller les forces militaires colombiennes. En moins de six mois, c’est le troisième exercice conjoint entre les forces armées étatsuniennes et colombiennes, avec le Venezuela en ligne de mire.

14 juin 2020 : Un campement du cartel narco-paramilitaire colombien Los Rastrojos (allié à Juan Guaido) est démantelé dans le municipio Catatumbo, dans la zone située au sud du lac de Maracaibo. Des uniformes, des explosifs et du matériel de guerre ont été saisis par l’armée vénézuélienne.

17 juin 2020 : Un groupe du cartel narco-paramilitaire colombien Los Rastrojos (allié à Juan Guaido) attaque une colonne de l’armée vénézuélienne dans l’État du Zulia. 2 paramilitaires seront abattus lors de l’affrontement. Plusieurs armes ont été saisis.

23 juin 2020 : Le Venezuela proteste contre l’entrée du destroyer USS Nitze du SouthCom dans ses eaux territoriales.

16 juillet 2020 : Le Venezuela exprime son vif rejet de l'entrée du bateau de guerre des USA, le USS Pinckney (DDG-91) dans ses eaux territoriales.

14 septembre 2020 : Un agent des USA a été capturé au Venezuela et une cellule terroriste démantelée. Le groupe terroriste planifiait des actes de sabotages contre des installations militaires, et des industries stratégiques (pétrole, électricité). Lors de leur arrestation, ils étaient en possession d’un lance-grenades AT4, de calibre 84 mm, d’une mitraillette modèle UZI de calibre 9 mm, et de quatre pièces rectangulaires de matière explosive (C4).  

18 septembre 2020 : Le secrétaire d’État des USA, Mike Pompeo, commence une tournée dans les pays voisins du Venezuela (Guyana, Brésil, Colombie). Le but déclaré de ces visites officiels est d’isoler le Venezuela et de trouver des solutions à la « crise » dans ce pays. Les options militaires étant sur la table, comme l’a déclaré Donald Trump, la visite de Pompeo n’a pu éluder cette question.

19 septembre 2020 : Un affrontement a lieu entre une colonne de l’armée vénézuélienne et un groupe narco-paramilitaire venu de Colombie qui a établi trois camps situés dans les secteurs de Tres Esquinas, Mata de Bambú et Las Palmitas, tous dans la municipalité de José Antonio Páez dans l'état d'Apure. L’affrontement va se solder par la mort de quatre officiers de l’armée vénézuélienne, et quatre blessés graves. Tous les paramilitaires ont été arrêtés, cinq fusils d'assaut, trois pistolets automatiques, d'abondantes cartouches de différents calibres, des uniformes camouflés, du matériel audiovisuel et téléphonique, ainsi que divers équipements de guerre ont été saisis. 

22 septembre 2020 : L'armée brésilienne a dépensé 6 millions de dollars en carburant et en transport uniquement pour simuler une guerre contre le Venezuela en Amazonie. La simulation a eu lieu entre le 8 et le 22 septembre et a impliqué 3 600 militaires dans les villes de Manacapuru, Moura et Novo Airão, dans l'État d'Amazonas.

Plusieurs moyens militaires ont été utilisés, tels que des véhicules, des avions (avions et hélicoptères), des radeaux, des bateaux, des ferries, des pièces d'artillerie, le système de lancement de fusées, des pièces d'artillerie de l'armée, des canons, des mitrailleuses, des obus Oto Melara et des mortiers de 60, 81 et 120 mm, en plus de véhicules et camions spéciaux.

24 septembre 2020 : Lors d’une allocution via zoom, Juan Guaido, invoque la Responsabilité de Protéger (R2P) et demande indirectement aux États-Unis et à leurs alliés de déclencher une opération militaire contre le Venezuela.

1 octobre 2020 : La République bolivarienne du Venezuela dénonce les intentions d'intimidation du Commandement Sud des États-Unis, par la présence du destroyer de missiles guidés USS William P. Lawrence (DDG-110) de la classe Arleigh Burke de la marine américaine, dans la zone contiguë vénézuélienne, à une distance de 16,1 milles nautiques des côtes vénézuéliennes.

10 octobre 2020 : Le secrétaire général de l’OEA annonce avoir nommé Jared Genser, un avocat de Leopoldo Lopez, comme conseiller spécial pour imposer la « responsabilité de protéger » (R2P) contre le Venezuela. Sous ce vocable, il ne s’agit, ni plus ni moins, que d’échafauder les stratégies militaires contre le pays caribéen.

11 octobre 2020 : Le président du Venezuela, Nicolás Maduro, dénonce le fait que des actions sont organisées en Colombie pour saboter les élections législatives du 6 décembre 2020.  Dans une opération destinée à « saboter le climat politique et électoral » du Venezuela, il a révélé que plus de 1 000 mercenaires sont entraînés par l’armée colombienne et les services de renseignement.

13 octobre 2020 : Le général de brigade de la Garde Nationale Bolivarienne, Sergio Nerin, est assassiné dans l’État du Carabobo. Il se déplaçait vers l’État frontalier d’Apure pour y occuper le poste de responsable de la Zone Opérative de Défense Intégrale, qui chapeaute les organismes de défense de la Nation. Les assassins du général Nerin ont déposé une barricade sur l’autoroute où circulait le général et son garde du corps. Lorsque leur véhicule a ralenti, ils les ont assassinés.

27 octobre 2020 : Un missile tiré depuis un drone (ou une embarcation navale) détruit la tour nº4 de la principale raffinerie du Venezuela, Amuay. Cette attaque contre les installations industrielles du Venezuela intervient alors que le pays caribéen était en train de reprendre sa production d'essence.

30 octobre 2020 : Le président de Pdvsa, Tareck El Aisseimi, dénonce 87 attaques contre les installations électriques du pays ces dernières semaines.

11 décembre 2020 : Deux vénézuéliens, Francisco Javier Pacheco Pérez et César Antonio Guevara Díaz, sont arrêtés en possession de matériel explosif (plusieurs détonateurs, des mèches ainsi que 27kg d’explosif Muster). Leur objectif était de détruire l’oléoduc principale de la raffinerie d’El Palito, ainsi des installations pétrolières. Selon les autorités vénézuéliennes, l’attentat manqué aurait été planifié depuis la Colombie par des groupes terroristes vénézuéliens présent sur ce territoire.

20 décembre 2020 : Deux employés du palais présidentiel (un serveur et une hôtesse d’accueil) sont arrêtés en possession d’1,2kg d’explosif (C4), de mèches, ainsi que de détonateurs. Les autorités suspectent la préparation d’un attentat contre le président Maduro. L’enquête suit son cours pour déterminer les auteurs intellectuels ainsi que les financiers derrière cette tentative d’attentat.

30 décembre 2020 : La ministre de l’intérieur vénézuélienne annonce que les services de sécurité vénézuélien ont démantelé une opération militaire (« Opération Boycott ») visant à empêcher l’installation de la nouvelle Assemblée Nationale élue le 6 décembre 2020. Cette opération visait aussi à des actes de sabotages contre la raffinerie d’Amuay, la plus importante du pays, ainsi que contre la Centrale Hydroélectrique du Guri. Le plan prévoyait l’assaut du bataillon 825 situé dans l’État d’Aragua et comptait assassiner le procureur général de la Nation, des députés élus, ainsi que des membres des familles de hauts responsables de l’État vénézuélien.

Selon les révélations de terroristes arrêtés, l’opération Boycott aurait été planifié en Colombie lors de la rencontre entre Leopoldo Lopez et l’ancien président de ce pays, Alvaro Uribe. Des membres du renseignement colombien, des paramilitaires, ainsi que des déserteurs de l’armée vénézuélienne ont participé à cette tentative d’opération terroriste.

5 janvier 2021 : La vice-présidente vénézuélienne, Delcy Rodriguez, dénonce une attaque contre le système électrique nationale qui a affecté plusieurs régions du pays.

9 janvier 2021 : Une opération militaire maritime conjointe entre les États-Unis et le Guyana se déroule près de la zone maritime en réclamation entre le Venezuela et le Guyana. Cette zone est riche en pétrole off-shore. Il s’agit là d’une provocation militaire contre la souveraineté du Venezuela.

20 janvier 2021 : La police colombienne saisit six fusils d'assaut Anderson AM-15 et sept chargeurs de munitions de calibre 5,56. Les armes, transportées de Bogotá à Riohacha à la frontière vénézuélienne, étaient destinées à des groupes terroristes vénézuéliens.

23 janvier 2021 : Le président vénézuélien, Nicolas Maduro, révèle qu’un attentat terroriste a eu lieu contre un gazoduc dans l’ouest du pays. Malgré l’incendie, l’objectif de couper l’approvisionnement des citoyens en gaz n’a pas été atteint. La guerre de l’ombre continue.

27 janvier 2021 : Le département de contre-espionnage militaire (DGCIM) a neutralisé l'opération Octobre Rouge, qui avait entre autres objectifs d'attaquer le système d'antennes de communication de l’armée, et d’assassiner des hauts fonctionnaires et politiciens de l’État du Tachira, frontalier avec la Colombie comme les membres du parlement régional Yhon Luna et José Belisario ainsi que le préfet Freddy Bernal.

L’opération, piloté par le Gang de Guaido, comptait sur la participation du spécialiste en cyber-attaques étasunien, Ben Smith Benson. De son vrai nom, Luis Alberto Medina Guzmán alias El Gringo, ce dernier a participé à des opérations aux cotés d’Israël, mais aussi contre des installations pétrolières en Iran mais aussi à des opérations de déstabilisation en Équateur et en Bolivie. El Gringo est rattaché à la Brigade d'élite de la Division 82 de la base de Tolemaida, base étatsunienne en Colombie d’où sont formés de nombreux mercenaires et terroristes pour attaquer le Venezuela.

Sur la base des enquêtes, la DGCIM a capturé deux citoyens identifiés comme Karelys Silva, alias la Negra, et Jean Carlos Roa, alias el Porky.

31/01/2021 : Le président de l'Assemblée nationale, Jorge Rodriguez, a annoncé que les services de renseignement ont réussi à capturer un individu qui avait l'intention de perpétrer un attentat terroriste au siège du Palais législatif fédéral.

L’enquête a montré que ce plan avait été planifié par l'extrémiste et fugitif de la justice, Leopoldo Lopez, qui se trouve en Espagne.

L'action terroriste devait être exécutée au cours d'une session ordinaire du Parlement vénézuélien.

08/02/2021 : Les forces de sécurité vénézuéliennes saisissent dans un appartement situé à La Guaira (principal port du pays et entrée à Caracas) 9 pistolets 9 mm, un pistolet de calibre .40, une mitrailleuse 9 mm, une mitraillette, deux silencieux, une grenade, quatre chargeurs de fusil ARI 5,56MM. Ils ont également trouvé 1 040 cartouches de fusil de calibre 7,62 et 320 cartouches de 9 mm.

09/02/2021 : La Colombie annonce la création d’une unité spéciale au sein de ses forces armées pour lutter contre les « guérilleros » supposément protégé par le Venezuela. Cette mesure absurde renforce la pression militaire contre le Venezuela.

17/02/2021 : Les Forces armées nationales bolivariennes du Venezuela ont annoncé avoir saisi du matériel explosif appartenant au groupe paramilitaire Autodefensas Gaitanistas de Colombia, ou Clan del Golfo, avec lequel ce groupe criminel avaient l'intention de "commettre des actes de sabotage et des attaques" contre les installations frontalières et stratégiques du pays.

10/03/2021 : Selon des renseignements des Forces Armées Bolivariennes du Venezuela, la Direction Centrale du Renseignement de la Colombie a cherché à corrompre 600 gradés vénézuélien, à voler de l’armement et des systèmes de défense au Venezuela et à chercher à provoquer un casus belli pour déclarer la guerre au pays bolivarien.

14/03/2021 : La Garde Nationale Bolivarienne a saisi du matériel de guerre qui était transporté dans un véhicule portant une chargeuse-pelleteuse. L'inspection a été réalisée à El Sombrero, dans État de Guárico. Pendant l'inspection, les militaires ont détecté un compartiment caché dans le véhicule et ont trouvé de grandes quantités de matériel militaire

28 fusils AK-103 avec des numéros de série classés et avec des boucliers FANB, 7 fusils AK-47, 8 pistolets Browning PGP, 1 pistolet Pietro Beretta, 1 revolver de calibre 38, 97 chargeurs AK-103, 34 chargeurs de fusil FAL,12 000 cartouches Cal. 7.62x39 (AK-103), 6 844 cartouches Cal. 7,62x51 (FAL).

Ce matériel saisi provenait de la ville de Maracay à destination de El Callao, dans l'État de Bolivar. La procédure a été notifiée au contre-renseignement militaire (DGCIM) et au bureau du procureur militaire de l'État de Guárico.

15 mars 2021 : 5 policiers de la police régionale de l’État d’Aragua ont été blessés lorsqu’ils sont tombés dans une embuscade tendue par une bande du crime organisé.

16 mars 2021 : Le parquet de Colombie détermine que l’Opération Gédéon (invasion du Venezuela par des mercenaires) a été planifiée depuis Bogota par le Gang de Guaido.

19 mars 2021 : Des membres du crime organisé de la banque criminelle El Coqui, situé dans le quartier de la Cota 905, attaque la caserne de la Garde Nationale d’El Paraiso à Caracas dans le but de dérober une batterie de missiles anti-aériennes. Après des affrontements, les leaders de la bande criminelle ont assassiné quatre de leurs membres et les ont jeté au pied de la caserne en guise de paix. Trois gardes nationaux qui avait été kidnappés ont été libérés dans la foulée. Cette attaque donne crédit aux dénonciations du de l’armée vénézuélienne sur le rôle de la Colombie dans des tentatives de vol de système de défense, réalisés le 10 mars 2021. 

21 mars 2021 : Le ministre vénézuélien du pétrole, Tareck El Aissami, a dénoncé une attaque terroriste contre un gazoduc de la compagnie nationale Petroleos de Venezuela SA (PDVSA).

El Aissami a dénoncé que l'événement s'est produit sur une section de gazoduc à El Tejero, une ville située dans la municipalité Ezequiel Zamora, au nord de l'État vénézuélien de Monagas. L'usine qui a subi l'attaque est chargée de comprimer le gaz pour l'injecter à haute pression dans les puits pétroliers situés à El Tejero, La Leona et Urica.

22 mars 2021 : Des affrontements avec des narcotrafiquants colombiens dans l'État d'Apure à la frontière avec la Colombie, dans le secteur de La Coromoto, municipalité José Antonio Páez, ont fait 2 morts chez les militaires et un chez les narcos, en plus de plusieurs blessés. Au cours de cette action, 32 personnes ont été capturées et des armes, de la drogue, des explosifs et des véhicules ont été saisis. Six camps de narcos ont été détruits.

24 mars 2021 : Le poste de douane de La Victoria, dans l’État d’Apure est réduit en poussière par des charges explosives déposées par des narcotrafiquants colombiens. Cette action s’inscrit dans les combats qui on eut lieu deux jours auparavant.

25 avril 2021 : L'assassin fugitif de justice vénézuélienne, Ivan Simonovis (conseiller en "sécurité" de Guaido), a reconnu que les agressions qui ont eu lieu dans l'état d'Apure par des groupes irréguliers colombiens et les actes de violence par des membres de la pègre à la Cota 905 à Caracas, n'ont rien de fortuit et visent à instaurer le chaos dans le pays.

"Il y a un dénominateur commun entre les événements d'Apure il y a un mois et les événements qui se sont produits aujourd'hui à Cota 905, ou ceux qui se sont produits à Cota 905, le dénominateur commun s'appelle le chaos. Il s'agit d'une guerre hybride dont l'objectif final est de rendre le pays dysfonctionnel jusqu'à ce que tout s'effondre. Rien n'est fortuit, tout obéit à un plan bien structuré depuis plusieurs années". Confession du Mr Sécurité du Gang de Guaido qui confirme que ce dernier cherche à mettre le pays à feu et à sang pour s'emparer du pouvoir. 

14/05/2021: Le ministre de la Défense du Venezuela dénonce le kidnapping de huit officiers vénézuéliens par le groupe narco colombien qui s'affronte avec l'armée vénézuélienne depuis plusieurs jours à la frontière dans l'État d'Apure. Ce groupe irrégulier avait écrit à la Croix-Rouge pour signaler l'enlèvement des militaires vénézuéliens.

20/05/2021 : Un groupe de 30 personnes portant des armes longues et des pistolets a pris d'assaut le commandement de PoliGuárico à Cabruta pour secourir deux détenus qui y étaient enfermés. Deux officiers des Forces spéciales de la police ont été blessés durant l'affrontement.

13/06/2021: Tradewinds, un exercice conjoint combiné parrainé par le SouthCom des États-Unis mené avec plusieurs pays partenaires débute au Guyana, à la frontière avec le Venezuela. Le but de ce partenariat militaire est contrer les organisations criminelles transnationales et de mener des opérations d’aide humanitaire. Le Venezuela dénonce une provocation. 

16/06/2021: Une voiture piégée explose près d'une base militaire à Cúcuta en Colombie faisant 36 blessés. Au sein de l'infrastructure militaire, on note la présence de 11 militaires étasuniens. Leur présence dans une base militaire étrangère située à la frontière avec le Venezuela pose question. 

22/06/2021: Le commandant en chef du SouthCom, l'amiral Craig Faller réalise une visite dans la ville de Puerto Carreño, en Colombie. Cette dernière, frontalière avec l'État vénézuélien d'Apure, où les Forces Armées Bolivariennes s'affrontent avec des groupes irréguliers depuis plusieurs semaines, est dénoncé par le gouvernement bolivarien.

30/06/2021: William Burns, le directeur de la CIA, visite la Colombie afin de coordonner une "mission délicate". Depuis le Venezuela, le président Maduro dénonce les récentes visites de Burns et de Faller comme faisant partie d'un plan visant à l'assassiner ainsi que de hautes personnalités de la Révolution bolivarienne. 

 

Romain MIGUS

Article actualisé chaque mois. Nous avons repris dans cette chronologie certains éléments décrits par l'équipe d'investigation de Mision Verdad. 

Source: Les 2 Rives

 

Romain Migus

About

Comunicador social, escritor. Francia/America Latina