Ce texte est une traduction d'une interview de Joe BIDEN dans le journal colombien El Tiempo. Elle a été réalisée avant l'élection présidentielle du 4 novembre 2020. Certaines questions ont donc été modifiées lors de la traduction au vu du résultat désormais connu qui fait de Joe Biden le 46ème président des USA. Les 2 Rives

Biden Les2Rives

Quelles seront les différences avec l'administration Trump en ce qui concerne l'Amérique Latine ?

Nous devons rétablir notre position en Amérique latine et dans les Caraïbes, car elle a été décimée par le président Trump.

Trump a affaibli nos institutions démocratiques, dorloté des dictateurs, abandonné ou intimidé nos alliés démocratiques, et maltraité les populations migrantes aux États-Unis.

En tant que président, je réparerai les dommages causés à nos alliances et à notre réputation dans toute la région, et je restaurerai la position de l'Amérique dans le monde.

Je défendrai toujours la démocratie et les droits de l'homme et j'affronterai les dictateurs. Je travaillerai en étroite collaboration avec nos principaux partenaires dans la région pour élaborer un programme qui favorise une croissance économique inclusive et qui réponde aux défis communs comme le changement climatique et les pandémies.

Trump assure que vous allez abandonner les hispano-américains et ouvrir la porte au socialisme aux États-Unis. Que répondez-vous à ces accusations ? 

Permettez-moi d'être clair : je ne suis pas un socialiste. Et une large coalition d'Américains s'est jointe à moi et à ma vision de l'avenir, y compris des indépendants, d'anciens élus républicains et des personnes nommées sous des présidents républicains. Trump a recours au mensonge, à la désinformation et invite l'ingérence étrangère dans nos élections - tout cela pour détourner l'attention de ses échecs en tant que président.

Je serai le président de tous les Américains, et pas seulement de ceux qui ont voté pour moi. Et contrairement à la personne qui se trouve à la Maison Blanche aujourd'hui, je gouvernerai de manière équitable, transparente et démocratique. Je vais affronter les dictateurs et les autocrates, de gauche comme de droite, comme je l'ai fait tout au long de ma carrière.

Que ferez vous pour la Colombie?

J'ai dit à maintes reprises que la Colombie est la pierre angulaire de la politique américaine en Amérique latine et dans les Caraïbes, et je ferai de la reconstruction de nos relations avec la Colombie une priorité essentielle de la politique étrangère de l'administration Biden-Harris. Non seulement parce que c'est bon pour le peuple colombien et les Colombiens américains, mais aussi parce que c'est dans l'intérêt vital de la sécurité nationale des États-Unis d'Amérique. L'alliance entre les États-Unis et la Colombie est stratégique pour les deux pays depuis des décennies.

Donald Trump a proposé des coupes dans l'aide américaine à la Colombie peu après son accession à la présidence, et récemment, la composante principale du programme America Crece consiste en des prêts à des taux supérieurs au marché de la Société financière américaine pour le développement international qui ne feront pas grand-chose pour attirer les investissements privés.

Trump a également politisé la relation entre les États-Unis et la Colombie, sapant des décennies de soutien bipartite à la Colombie et l'effort pour construire un partenariat stratégique du 21e siècle avec des implications régionales et mondiales positives.

Mon administration s'efforcera de faire progresser ce partenariat. Tant au Sénat qu'à la Maison Blanche, j'étais fier de travailler avec la Colombie car il était dans l'intérêt des États-Unis d'avoir une Colombie forte et stable.

J'ai fermement soutenu le Plan Colombie - et je me suis rendu deux fois dans le pays en 2000, au moment de son lancement - pour aider un ami proche [l'ex président colombien Andres Pastrana, NdT] à lutter contre le trafic de drogue et à faire face à la détérioration de la situation économique et sécuritaire du pays.

Lorsque Barack Obama et moi-même étions à la Maison Blanche, nous avons mis l'accent sur l'investissement dans le développement économique et les institutions de l'État de droit. Nous avons élargi les liens économiques par la ratification de l'accord de promotion commerciale entre les États-Unis et la Colombie, prolongé la validité des visas pour les colombiens aux États-Unis de cinq à dix ans et soutenu les aspirations de la Colombie à rejoindre l'Organisation de coopération et de développement économiques.

Tout au long de mes décennies de travail pour renforcer les relations américano-colombiennes, j'ai appris à admirer le courage et l'optimisme du peuple colombien et à comprendre le potentiel illimité d'une Colombie pacifique.

Comment allez-vous affronter les autocrates de la région comme Nicolas Maduro au Venezuela, Daniel Ortega au Nicaragua et le régime castriste à Cuba ?

Les politiques de Trump n'ont pas réussi. Les dictateurs sont toujours au pouvoir à Cuba et au Venezuela. La répression des droits et la crise humanitaire ne font qu'empirer.

Mon objectif sera de promouvoir et de réaliser la liberté des personnes vivant sous les régimes oppressifs dirigés par Maduro, Ortega et le régime cubain. Je défendrai les valeurs universelles de la démocratie et des droits de l'homme. Et, contrairement à Donald Trump, je protégerai les personnes qui fuient l'oppression de ces dictatures.

J'ai longtemps condamné la corruption et les abus de la dictature de Maduro. Lorsque j'étais vice-président, j'ai dirigé les efforts visant à imposer la première vague de sanctions contre le régime Maduro.

En tant que président, je soutiendrai le peuple vénézuélien et la démocratie en accordant le statut temporaire de protection (TPS) aux Vénézuéliens qui se trouvent déjà aux États-Unis et veillerais à ce que les demandeurs d'asile bénéficient de l'audition juridique équitable à laquelle ils ont droit.

Je vais mobiliser la communauté internationale pour faire face à la crise humanitaire, faire pression sur le régime et ses complices par des sanctions coordonnées contre les personnes impliquées dans la corruption et les violations des droits de l'homme, faire pression pour des élections libres et équitables et aider au redressement à long terme du Venezuela.

La politique cubaine de Trump est un spectacle bon marché. Son administration déporte des centaines de Cubains vers une dictature, et la répression du régime n'a fait que s'accroître sous sa direction.

Près de 10 000 Cubains croupissent dans des camps de tentes le long de la frontière avec le Mexique en raison du programme anti-immigrants de Trump, qui sépare les familles cubaines par des restrictions sur les visites familiales et les envois de fonds.

Ma politique envers Cuba sera guidée par deux principes : d'abord, les Américains, surtout les Cubano-Américains, seront les meilleurs ambassadeurs de la liberté à Cuba. Deuxièmement, je donnerai au peuple cubain le pouvoir de déterminer son propre avenir - c'est essentiel pour les intérêts de la sécurité nationale américaine. Je vais inverser les politiques inefficaces de Trump et permettre aux Américains d'origine cubaine de se rendre sur l'île et d'envoyer des fonds à leurs familles à Cuba.

Comme je l'ai fait en tant que vice-président, je vais une fois de plus exiger la libération des prisonniers politiques et donner la priorité aux droits de l'homme. Je vais également rouvrir les voies d'une migration légale et sûre à partir de l'île, notamment le programme de libération conditionnelle pour le regroupement familial cubain et le programme d'admission des réfugiés cubains, dès que possible. Ces personnes attendent leur tour depuis longtemps, et il n'est pas juste que nous ayons mis ce programme en suspens pendant si longtemps.

 

Joe BIDEN

Source: El Tiempo - Traduction: Romain Migus