Avec 7 voix pour et 2 contre, la Cour constitutionnelle a approuvé la dépénalisation de l'avortement en cas de viol en Équateur.

Les juges de la Cour constitutionnelle de l'Équateur ont ainsi déclaré inconstitutionnels les articles 149 et 150 du code pénal organique complet (COIP), qui punissaient l'avortement pour viol.

"Il s'agit d'un pas en avant nécessaire, bien qu'incomplet. Les femmes équatoriennes continueront à lutter pour exercer le droit d'être libres de choisir, de défendre et de protéger leur corps et leur santé dans le cadre de la dignité que nous méritons et que nous n'avons toujours pas", a déclaré la Coalition nationale des femmes équatoriennes.

Pour Sybel Martinez, vice-présidente du Conseil pour la protection des droits, il s'agit de la dépénalisation de la "douleur et de la souffrance".

L'organisation féministe Surkuna a déclaré : "Nous méritons ce jugement. Les survivantes de violences sexuelles ont le droit de vivre dans la dignité, de ne pas mourir d'un avortement dangereux, de vivre en liberté et de ne pas être emprisonnées pour avoir décidé de ce qui est le mieux pour leur vie, de vivre sans violence. Nous avons le droit de décider si et quand nous voulons être mères. Cependant, l'État nous oblige à poursuivre les grossesses résultant d'un viol. Nous le méritons aujourd'hui #SeaLey".

L'Assemblée a refusé ce droit

La dépénalisation de l'avortement est arrivée à l'Assemblée nationale, qui l'a rejetée plusieurs fois ces dernières années, entre autres raisons, sous la pression de l'exécutif.

"A l'Assemblée, ils doivent montrer qu'ils respectent les droits des femmes. La décriminalisation était sur le point de se produire, mais les actions de l'exécutif ont fait pression sur cette décision. Les politiciens pensent à partir de leurs préjugés et de leur morale. Ils oublient que le pays est un État laïque et que les femmes subissent des violences. En plus des conséquences psychologiques, elles sont obligées de donner naissance à l'enfant d'un violeur", a déclaré Pilar Rassa, directrice de l'Observatoire du genre du Barreau de Pichincha.

 

Source: Radio La Calle - Traduction: Romain Migus