Piedad Cordoba est une ancienne sénatrice, avocate, et activiste de la paix et des droits de l'Homme en Colombie. Ce pays vit son année la plus sanglante depuis la signature des accords de paix en 2016. Selon l'Institut colombien d'études sur la paix et le développement (Indepaz), les massacres qui ont eu lieu en Colombie cette année dépassent les 60, avec 260 civils tués. Ces chiffres ne prennent pas en compte les 241 ex guérilleros assassinés depuis 2016. Les 2 Rives

Dans la nuit du mercredi 30 septembre 2020, plusieurs sujets ont tiré avec des armes à feu sur le 4x4 blindé dans lequel se trouvait  l'équipe de sécurité de Piedad Cordoba quelques minutes seulement après que celle-ci soit arrivé à sa maison à Bogota.

"Mon collègue me laisse dans la maison, je sors. Une camionnette noire est arrivée, ils sortent des armes. Cinq autres personnes armées arrivent par derrière, je m'écarte, parce qu'ils m'ont mis un pistolet sur la tempe", a déclaré l'un des gardes du corps..

Jeudi matin, Piedad Córdoba a déclaré lors d'une interview sur la radio W : "C'était très similaire à l'époque où j'ai été kidnappée", qui a également déclaré que "ce n'était pas une tentative de vol".

"Je ne vais pas me taire. Aujourd'hui, j'allait signaler certains messages et appels qui m'ont été adressés", a déclaré Mme Córdoba. Et quelques secondes plus tard, elle a ajouté : "Je ne peux pas rester silencieuse face à l'injustice, je n'aspire pas à la politique (...), je sais qui a ordonné la mort d'Álvaro Gómez Hurtado et j'en ai la preuve, j'en parlerai devant la Commission de la vérité", a déclaré l'ancienne sénatrice.

Par le biais du réseau social Twitter, Cordoba a déclaré : "Medellín 2019, ils entrent dans ma maison, ils pointent une arme sur mon fils. C'était un vol.
Bogotá 2019, ils sont entrés chez moi et ont pris des ordinateurs : Un vol.

La nuit dernière, huit hommes nous ont tiré dessus et pris un fusil. "Un vol. Soit les voleurs se promènent avec ma photo, soit ce ne sont pas des "vols".

Dans un autre tweet, l'ancienne sénatrice a déclaré : "Pensez à un pays où vous pouvez être la voix critique et être capable de traverser les rues sans avoir besoin de gardes du corps, d'utiliser votre téléphone portable sans avoir peur qu'il soit sur écoute, de regarder vos enfants sans être terrifié à l'idée que quelque chose puisse leur arriver... c'est le pays qui doit être construit.

 

Source: Con El Mazo Dando - Traduction: Romain Migus