Le procureur spécial pour l'affaire Ayotzinapa, Omar Gómez Trejo, a annoncé que 70 mandats d'arrêt ont été obtenus contre des agents de la police fédérale, militaire, municipale et d'État de l'époque, ainsi que des fonctionnaires de l'ancien bureau du procureur général, liés à l'affaire Ayotzinapa.

Gomez Trejo a indiqué que sur les 70 mandats d'arrêt, 34 ont été exécutés, "notre engagement est de continuer à rechercher et à identifier chacun des étudiants disparus, l'unité d'enquête ne va pas s'arrêter, nous allons continuer à chercher", a-t-il ajouté.

"Les résultats des nouvelles enquêtes montrent que sous le gouvernement précédent (du président Enrique Peña Nieto), il y a eu une inaction pour faire taire la recherche et la vérité, pour cacher des choses par une vérité qui n'existait pas", a déclaré le procureur Trejo.

Trejo a également souligné que lors de la dernière administration, il y a eu une tentative de laisser impunis les responsables de la disparition des 43 normalistes d'Ayotzinapa, "la dissimulation des responsables de l'événement est confirmée", a-t-il ajouté.

Les déclarations du procureur ont été faites dans le cadre de la commémoration des six ans de la disparition des étudiants d'Ayotzinapa. L'événement solennel a été mené par le chef de l'État, Andrés Manuel López Obrador, qui a promis de ne persister sur la clarification de l'affaire.

"Il y a des conditions imbattables pour savoir où se trouvent ces personnes et nous allons tous nous sentir très satisfaits quand nous n'aurons plus de doutes", a déclaré le président mexicain.

Lors de la cérémonie au Palais national, à laquelle ont assisté certains des parents des victimes, Lopez Obrador a reconnu que son gouvernement ne protège personne et qu'il n'y a pas d'impunité comme les années précédentes.

 

Source: Telesur - Traduction: Romain Migus