La puanteur a été la première chose qui a stupéfié la médecin argentine Sandra Font lorsqu'elle a atterri dans la ville de Guayaquil, à l'ouest de l'Equateur, qui a été secouée entre avril et mai par l'un des chocs les plus durs causés par la pandémie de coronavirus dans le monde.

"La chose la plus grossière qui nous a frappés à notre arrivée, c'est l'odeur, l'odeur des cadavres", raconte ce spécialiste de la médecine d'urgence à Sputnik. "Les morts s'accumulaient et les gens n'avaient aucun moyen de faire retirer leurs proches par les pompes funèbres. Le système de collecte des corps à Guayaquil a débordé. Cette image qui a fait le tour du monde, avec les corps dans les rues, était réelle".

Le 13 avril, Font est arrivé dans la ville équatorienne en tant que membre de la Commission des Casques blancs, une institution créée en 1994 sous les auspices du ministère argentin des relations extérieures qui fournit une aide humanitaire face aux urgences et aux catastrophes. Elle était accompagnée du coordinateur opérationnel de l'institution, Martín Torres, et de deux autres médecins ayant une expérience de la gestion des risques, Hugo Ginsberg et Néstor Moreno.

Catastrophe

Ce dernier reconnaît que la chose la plus terrible qu'il ait vécue en tant que médecin a été le débordement des systèmes de santé dans la ville équatorienne. "Les personnes qui ont survécu au premier coup de la pandémie ont témoigné des pertes des membres de leur famille, de leurs amis et de leurs voisins qui avaient souffert", dit-il à Spoutnik. "Au début, ils ont sous-estimé le problème, et le temps qu'ils réalisent ce qui se passait, il était trop tard".

Guayaquil s'est effondré sous la chaleur lorsque les frontières ont été fermées et que tous les vols ont été annulés. "La situation était écrasante, les gens ne comprenaient pas de quoi il s'agissait, ce qu'était le coronavirus, et ils ont minimisé la situation", convient Selva. "Les autorités n'ont pas fait preuve de fermeté et de sévérité à l'égard des personnes qui s'abritent chez elles, et les gens ont continué à se déplacer et à faire des ventes dans la rue. La seule chose qu'ils ont faite a été de rendre tout le monde malade en même temps et de saturer le système de santé".

C'est dans ce contexte que se sont retrouvés les 750 Argentins en Équateur, la plupart d'entre eux piégés à Guayaquil et à Quito. Le ministère argentin des affaires étrangères a commencé à travailler avec les ministères équatoriens de l'intérieur, de la santé et de la sécurité, la direction de la santé des frontières et les douanes pour organiser leur transfert.

Le départ

Pendant les 23 jours où la Commission des casques blancs a séjourné à Guayaquil, sept vols de C-130 Hercules de l'armée de l'air argentine ont décollé. Les premiers à revenir étaient âgés de plus de 60 ans, diabétiques et asthmatiques. Le retour des patients cardiaques et cancéreux était également une priorité. Sur ces vols cargo, même une femme enceinte de 36 semaines et un bébé de deux semaines ont entrepris le retour dans un vol qui a duré au total 9 heures.

Selva se souvient du cas d'un Argentin de 74 ans atteint de diabète qui s'était rendu en Équateur pour fêter l'anniversaire de sa fille. Le touriste était à court d'insuline et cherchait désespérément à rentrer dans son pays. Nous avons déplacé beaucoup de ressources et quand nous avons finalement obtenu l'insuline, et que nous étions au pied de l'Hercule, il nous a dit : "Je ne peux pas vous serrer dans mes bras mais je vais m'agenouiller pour remercier Dieu et vous qui êtes ici et me faire rentrer chez moi en toute sécurité".

Les histoires de fin heureuse sont liées à l'impact de la tragédie. Selva se souvient qu'une femme d'une cinquantaine d'années avait fait la une des journaux en "demandant aux gens de bien vouloir comprendre ce qu'était le COVID-19". La femme équatorienne avait perdu ses parents, âgés de 72 et 76 ans, son frère, 48 ans, et sa nièce, 23 ans.

"Aucun d'entre nous n'a vécu une situation similaire, bien que nous soyons habitués à opérer dans des territoires où les mécanismes de réponse sont débordés et que nous soyons prêts à évaluer les dommages et les besoins dans des contextes défavorables", a déclaré M. Néstor. "Mais nous n'avons jamais effectué notre travail dans un endroit à haut risque biologique, avec l'ampleur de cette maladie devenue pandémique".

Les malheurs laissent une leçon dans leur sillage, ainsi que de la douleur. "Cela nous a montré que nous sommes tous sortis de ce problème ensemble, que nous avons besoin d'un État qui nous accompagne avec des politiques publiques universelles et opportunes", conclut le médecin.

Le coronavirus montre le vrai visage de l'Équateur

Selva fait un signe de tête. "Pour nous, les Casques blancs, la première étape pour résoudre un problème est de s'impliquer. Nous n'admettons pas le "ne vous impliquez pas", l'indifférence sociale", tranche-t-il. "L'engagement est envers l'être humain qui a besoin d'aide et qui souffre."

Pendant la pandémie, 204 000 citoyens bloqués à l'étranger sont retournés en Argentine, dont 90 000 à bord de vols spéciaux.

 

Source: Sputnik - Traduction: Romain Migus